Retrouve-nous

À la une

Les légendes du Alt-Metal dont le nom est subversif de toutes les mauvaises manières

Kylian Lecore

Publié

le

Zach de la Rocha - Rage Against the Machine
Carlos Ginard, CC BY 2.0, via Flickr

Le défi de choisir un nom pour un groupe de musique

Comme de nombreux musiciens vous le diront, trouver un nom digne de ce nom est l’une des choses les plus difficiles auxquelles un groupe devra faire face. Vous pouvez toujours écrire une nouvelle chanson et enregistrer un nouvel album, mais ce que vous décidez de vous appeler deviendra votre identité à partir de ce moment-là. Bien qu’il ne soit pas rare qu’un groupe change de nom, cela signifie généralement un grand changement et demande un énorme travail. La plupart des groupes s’en accommodent et apprennent à vivre avec le nom qu’ils ont choisi dès le départ.

Quand Zack de la Rocha est devenu Rage Against The Machine

Avant de se lancer avec Tom Morello, Tim Commerford et Brad Wilk et de devenir involontairement un phénomène mondial, Zack de la Rocha était déjà une figure respectée de la scène hardcore d’Orange County. En tant que leader de Inside Out, groupe de jeunesse, il a contribué à l’émergence d’un nouveau genre de punk agressif et novateur dans le sud de la Californie. “No Spiritual Surrender”, le seul 45 tours du groupe (réédité plus tard avec deux chansons supplémentaires), est une violente dénonciation du matérialisme et s’inscrit dans la lignée de groupes contemporains tels que Chain Of Strength. Bien que le disque s’inscrive sans aucun doute dans un genre, Inside Out jouait avec une passion unique en son genre et ce 45 tours est encore considéré comme un incontournable parmi les fans de hardcore à ce jour.

Kent McClard, fondateur du label Ebullition Records et éditeur de fanzines underground tels que “HeartattaCk” et “No Answers”, était un collègue de Inside Out. Partisan des valeurs punk de do-it-yourself, l’essai anti-capitaliste de McClard dans le neuvième numéro de “No Answers” allait avoir des conséquences inattendues. Il écrivait notamment :

“Nous avons besoin d’une révolution en nous-mêmes. Nous avons besoin d’une révolution au sein de notre scène. Nous avons besoin d’une révolution. Comprenez-vous ? Est-ce que je comprends ? Nous devons radicalement changer notre manière de mener nos vies. Nous devons changer notre façon de nous relationner les uns aux autres. Nous devons réorganiser nos objectifs et nos désirs. La machine doit être détruite. Je suis sérieux. Ce n’est pas une blague. Ce n’est pas un jeu. Ce n’est pas des paroles en l’air. C’est la guerre. Faites la guerre. Engagez-vous. Agitez-vous. Eduquez-vous. Parlez. Agissez. Apprenez. Désobéissez. Faites rage contre la machine.”

La transformation du sens de “Rage Against The Machine”

Inspiré par cet essai, de la Rocha a demandé à McClard la permission d’appeler le prochain album de Inside Out “Rage Against The Machine“. L’éditeur de fanzine a accepté avec plaisir, mais le groupe s’est séparé lorsque le guitariste Vic DiCara a rejoint un temple Hare Krishna, exprimant ses croyances de manière plus explicite avec son prochain groupe 108. Plutôt que d’abandonner totalement l’idée, de la Rocha a apporté cette phrase à son prochain projet, mais dans un contexte différent. Le reste appartient à l’histoire…

Publicité

En réponse à une chronique rejetée par “HeartattaCk” en 2001 sur le concept de vendre son âme, McClard a expliqué le choix du nom sur son site web :

“J’ai trouvé le nom “Rage Against The Machine”. C’était une phrase que j’ai écrite pour une chronique dans le numéro 9 de “No Answers” où je défiais le hardcore d’être une force contre le capitalisme des grandes entreprises. J’appelais à une guerre contre l’industrie de la musique et je demandais à tous ceux qui étaient impliqués dans le hardcore de reprendre le contrôle de leur vie et de lutter pour leur indépendance vis-à-vis de la machine qui est notre société. Zack a vraiment aimé la phrase et il voulait l’utiliser comme titre de l’album de Inside Out. J’ai bien sûr accepté. Cependant, l’album de Inside Out n’est jamais sorti et Zack a décidé d’utiliser la phrase comme nom de son nouveau groupe.”

“À mon avis, il a dévoyé le sens. Je ne crois pas qu’on puisse se révolter contre la machine si on fait partie de la machine. Je crois que Zack a de bonnes intentions et je pense sincèrement qu’il essaie de changer le monde pour le mieux. Mais il a choisi de le faire d’une manière qui ne m’intéresse pas. Il a pris cette phrase qui était censée être un appel à l’indépendance, à l’autonomie, à la maîtrise de soi et à l’attaque contre les grandes maisons de disques et les multinationales qui cherchent à tirer profit de notre scène et de nos vies, et il l’a transformée en un nom rentable qui aiderait les multinationales à faire encore plus de profits et, en fin de compte, il en a dévoyé le sens. Alors quand je vois “Rage Against The Machine” en couverture d’un magazine corporate, je me sens trahi. Il a pris mes mots mais pas ma signification.”

“C’est pourquoi je suis probablement plus sensible à l’existence de Rage Against The Machine dans le monde de l’entreprise que la plupart des gens. À mes yeux, ils représentent le vol de ma culture et de mon idéologie au profit de l’Amérique corporatiste. Comment ne pas avoir l’impression qu’ils m’ont trahi ?”





Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.