Retrouve-nous

À la une

Top 10 des meilleurs albums de Killing Joke

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Les 10 meilleurs albums de Killing Joke

Les architectes audacieux du metal industriel, peu de groupes ont laissé une plus grande empreinte sur le paysage de la musique heavy que Killing Joke. Avec leur fusion sans compromis d’électronique et de rythmes tribaux aux côtés de lignes de guitare grandioses et d’une véritable paranoïa dystopique, ils ont inspiré tout le monde, de Metallica et Fear Factory à Helmet et Foo Fighters, qui ont tous repris les titres du groupe en hommage. Avec la récente perte du légendaire guitariste de Killing Joke, Geordie Walker, un vide se fera sans aucun doute dans le cœur de tous ceux qui sont tombés amoureux de ses riffs innovants et contagieux. En plongeant dans leur discographie, nous commémorons l’audacieux héritage que Walker et ses camarades de groupe ont forgé dans l’histoire de la musique.

10. Revelations

Même s’il ne fait pas partie des albums les plus connus de Killing Joke, leur troisième effort studio marque incontestablement un tournant majeur dans leur carrière. Le vétéran du krautrock Conny Plank a été chargé de la production pour ajouter un nouvel éclat aux rythmes tribaux emblématiques du groupe, qui se sont révélés étrangement proches de la synthpop. Malgré le départ abrupt du bassiste Youth après la sortie, insatisfait de la tonalité de l’album, Révélations a grimpé à une respectable 12e place dans les charts britanniques, porté par des succès comme “Empire Song” et “Chop Chop”. Un mélange pour les critiques mais un incontournable.

9. Democracy

Démocratie est un joyau négligé du parcours musical de Killing Joke, offrant un contraste audacieux avec la musique populaire des années 90 et le répertoire du groupe lui-même. Abandonnant les claviers et les rythmes palmés qui avaient marqué leur album de retour deux ans plus tôt, le dixième album du groupe s’aventure dans des accroches mélodiques riches en guitare, des lignes de basse lourdes et des rythmes captivants. Les manifestes rauques de Jaz Coleman résonnent sur les riffs sombres de Geordie, créant une atmosphère de charme inquiétant rappelant les débuts de U2 dirigé par un véritable démon.

Publicité

8. What’s This for…!

Bien que pas aussi marquant que leur premier album, le deuxième album de Killing Joke, “What’s This for…!”, annonce les signes embryonnaires d’un changement esthétique décisif associé à des étincelles sporadiques de génie post-punk. Un mélange harmonieux de rythmes tribaux, de jeu de guitare tranchant et du chant apocalyptique de Jaz Coleman, Qu’est-ce que c’est…! évite le piège du deuxième album grâce à son intensité sonique unique et sa critique socio-politique dans des titres emblématiques comme “The Fall of Because” et “Follow the Leaders”. Capturant la vitalité brute des concerts live infâmes de Killing Joke à l’époque, “What’s This for…!” confirme le statut évolutif du groupe en tant que formation à prendre en compte.

7. Hosannas From The Basements Of Hell

Sorti en 2006, le douzième album de Killing Joke est une affirmation audacieuse de la maîtrise inégalée du groupe dans la création d’une ambiance sombre. Évitant les inclinaisons mélodiques de leur précédent enregistrement, ils plongent avec confiance tête la première dans un féroce abîme de metal industriel. Enregistré dans le sombre ventre d’un studio de sous-sol à Prague, Hosannas From The Basements Of Hell utilise habilement du matériel d’enregistrement datant de la fin des années 1970 pour obtenir sa texture atmosphérique unique. Marquant la dernière performance en studio du bassiste Paul Raven avant son décès prématuré, l’album a reçu des louanges universelles pour son son audacieux et sa brutalité intransigeante.

6. Pandemonium

Une œuvre d’art qui reflète l’ambiance metal industriel de son époque, le neuvième album studio de Killing Joke a annoncé un nouveau chapitre pour le groupe après une pause de quatre ans et a servi de rappel puissant aux groupes émergents qu’ils avaient influencés, comme Nine Inch Nails et Ministry, que rien ne vaut l’original. Unique dans sa composition, les voix de plusieurs pistes ont été enregistrées dans la Chambre du Roi de la Grande Pyramide de Gizeh. Pandemonium s’est fortement inspiré de la musique arabe et de la vision cosmique étendue de Jaz Coleman, créant ce qu’il envisage comme un album concept. Célébré pour son mélange hypnotique de techno-metal et de post-punk, l’album est l’entreprise la plus vendue de Killing Joke, avec des singles comme “Millennium” et la piste éponyme atteignant même le top 40 au Royaume-Uni.

Publicité

5. Night Time

Entrant dans la scène du gothic rock et transportant avec eux leur ambiance caractéristique de fin des temps, Night Time présente une évolution claire du son original de Killing Joke tout en parvenant à maintenir vivant l’esprit apocalyptique. Approchant de près les sept minutes, le single à succès ‘Love Like Blood’ est un chef-d’œuvre saisissant qui évoque le charme inquiétant de The Cure et la crainte glaçante de Black Sabbath. Et n’oublions pas le riff célèbre sur ‘Eighties’, que Nirvana a un peu, enfin peut-être, ’emprunté’ pour l’un de leurs succès – mais rappelez-vous, Geordie l’avait d’abord pris à The Damned, donc tout est permis dans l’amour et le post-punk.

À lire aussi :  James Hetfield présente son nouveau livre dans une vidéo unboxing

4. Absolute Dissent

Absolute Dissent a marqué le retour triomphant en 2010 de la formation originale de Killing Joke après près de trois décennies. La réunion de Jaz Coleman, Geordie Walker, Youth et Paul Ferguson a apporté une urgence revigorante au groupe, presque 30 ans après leur premier album. Leur treizième disque est un mélange harmonieux du son post-punk initial du groupe superposé à des éléments métalliques modernes, mettant en valeur l’énergie dynamique, l’inventivité et la synchronisation parfaite de sa formation emblématique. Du titre rugissant à l’essence dance-punk de “European Super State”, “Absolute Dissent” est un témoignage indéniable de l’influence musicale durable de Killing Joke et de son approche progressive.

Publicité

3. Extremities, Dirt and Various Repressed Emotions

Incorporant la puissance brute percussive du batteur ex-Ministry / Public Image Ltd, Martin Atkins, le huitième album de Killing Joke marque un changement de paradigme par rapport à l’influence synth-pop de leurs albums de la fin des années 80, vers un son métal industriel puissant rappelant leurs débuts. Sorti en 1990, “Extremities, Dirt and Various Repressed Emotions” résonne d’une rage apocalyptique qui reflète l’influence unique des innovateurs de la musique lourde, Big Black, particulièrement évidente dans des morceaux comme “Money is Not Our God” et “Intravenous”. Après la déception de leur album précédent, “Outside The Gate”, “Extremities, Dirt and Various Repressed Emotions” a marqué le renouveau de Killing Joke, capturant leur style initial et le fusionnant avec une intensité captivante qui résonnerait à travers la scène musicale de la décennie suivante.

2. Killing Joke (2003)

Killing Joke est revenu d’une pause de 7 ans en 2003 avec l’un de leurs albums les plus lourds et les plus puissants. Propulsé par les rythmes entraînants du fervent fan Dave Grohl (qui pourrait s’être retrouvé dans une position délicate avec toute l’affaire de “Come As You Are”), le style de batterie distinctif du leader des Foo Fighters a amplifié l’énergie brute de l’album ainsi que le son post-punk teinté de métal industriel. Des morceaux comme “Seeing Red” et “Total Invasion” présentent certains des riffs les plus lourds de Geordie Walker, tandis que le morceau d’ouverture “The Death And Resurrection Show” et la ballade déchirante de chagrin “I’ll Never Let You Get To Me” ont presque une atmosphère de garage rock grâce à l’expertise de production d’Andy Gill de Gang Of Four. Avec sa nature intense et robuste, l’album a rétabli la position de Killing Joke en tant qu’innovateurs et provocateurs, soulignant leur dévouement inébranlable à repousser les limites sonores.

1.Killing Joke (1980)

Sorti en 1980, le premier album éponyme de Killing Joke est un phare intemporel de peur et de décadence qui encapsule la paranoïa de l’Angleterre de l’ère Thatcher et jette les bases du métal industriel et du crust punk pour toujours. L’album regorge de riffs implacables, de rythmes tribaux et de synthétiseurs puissants, transformant l’énergie brute et agitée du prolétariat en une force musicale féroce et originale. Des morceaux comme ‘The Wait’, ‘Change’, ‘Wardance’, ‘Requiem’ et ‘Bloodsport’ résonnent avec une atmosphère apocalyptique sans précédent, faisant de cet album non seulement une étape importante dans la discographie de Killing Joke, mais aussi un fragment essentiel de l’histoire de la musique heavy.

Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.