Retrouve-nous

À la une

Le chef-d’œuvre quadruple platine de 1994 qui était attendu pour être un échec retentissant

Kylian Lecore

Publié

le

Le succès inattendu de l’album “The Downward Spiral” de Nine Inch Nails

En plein cœur de la vague grunge des années 1990, un outsider s’est hissé depuis les profondeurs obscures du rock industriel. Trent Reznor, avec son refus total de compromis et de suivre les tendances de l’époque, s’attendait à ce que le deuxième album de Nine Inch Nails, “The Downward Spiral”, s’écrase dans un kamikaze commercial flamboyant. Il a même remis l’album à son label avec des excuses écrites, un “désolé” préventif pour ce qu’il présumait être un désastre commercial. Et il s’est trompé.

Un album introspectif qui a su séduire les masses

Reznor, un homme qui porte son âme tourmentée non pas sur sa manche mais dans des vagues sonores corrosives et pénétrantes, pensait qu’il servait à son public un uppercut auditif qu’ils ne pourraient pas digérer. “Merci de m’avoir libéré de mon contrat. Désolé, j’ai dû le faire”, a déclaré Reznor à l’exécutif du label Jimmy Iovine. Mais au lieu d’être repoussées, les masses ont plongé dans le chaos introspectif sans compromis.

Inutile de dire que l’album n’a pas échoué. À ce jour, il s’est vendu à quatre millions d’exemplaires aux États-Unis et a été certifié quadruple platine par la Recording Industry Association of America.

Une exploration honnête de l’existence humaine

Dans une époque marquée par les jeans déchirés, les chemises en flanelle et les cris anxieux du grunge, Reznor était d’une autre espèce. Sa musique, une fantasmagorie de beats synthétiques, de guitares hurlantes et de paroles confessionnelles, a résonné avec une génération en proie à l’ennui de l’existence.

Publicité

Marqué par les luttes, le doute de soi et l’introspection, son voyage de l’obscurité relative à Cleveland à l’éclat intense des projecteurs est devenu le pouls d’une génération entière en quête d’authenticité.

À lire aussi :  Regardez : Britney Spears fait une danse sensuelle sur une barre de pole dance sur la chanson "Closer" de Nine Inch Nails

Son nouvel album, “The Downward Spiral”, était un album concept glaçant sur un homme se désintégrant dans des habitudes et des comportements autodestructeurs. Il explorait sans peur la psyché humaine, aussi perturbant qu’envoûtant. De l’intro menaçante de “Mr. Self Destruct” à la mélancolie hantée de “Hurt”, Reznor dévoilait tout le spectre de l’existence : le désir, le désespoir, la haine de soi et les regrets.

“The Downward Spiral” était un miroir de la réalité et un reflet des temps nihilistes. Les doutes et les luttes identitaires de Reznor ont résonné avec ceux qui se débattaient avec des préoccupations existentielles similaires. Si Reznor a peut-être été surpris par le succès commercial de l’album, cela témoigne d’une simple vérité : l’authenticité ne repousse pas, elle attire.

Rempli d’hymnes pour les tourmentés, “The Downward Spiral” était un témoignage du pouvoir de l’honnêteté et de l’attrait universel de la vulnérabilité. En s’attendant à ce que l’album soit un échec commercial, Reznor a sous-estimé l’enthousiasme du public pour quelque chose de brut et de réel.

Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.