Retrouve-nous

Stories Rock & Metal

Avant ‘Joker’, le réalisateur Todd Phillips a réalisé un film sur le musicien le plus odieux de tous les temps

Kylian Lecore

Publié

le

Todd Phillips et son documentaire emblématique sur GG Allin

Avant de recevoir des nominations aux Oscars et de réaliser certains des films les plus acclamés du XXIe siècle, Todd Phillips a fait ses preuves dans le monde du punk rock cru et sordide. Son documentaire de 1993, intitulé “Hated: GG Allin & The Murder Junkies”, est à la fois un témoignage de son talent naissant et une étude stupéfiante de l’une des figures les plus notoires du rock.

GG Allin : l’homme le plus détestable de la musique

GG Allin, l’homme qui se proclamait “l’homme le plus dangereux du rock n’ roll”, vivait sa vie au bord du précipice, se livrant à des comportements autodestructeurs qui se traduisaient souvent par des performances horribles et sanglantes. Il était répugnant, il était repoussant, il était tout ce que le grand public détestait, et pourtant, il y avait quelque chose d’indéniablement captivant dans son engagement inébranlable envers son art.

Phillips, alors étudiant en cinéma à l’Université de New York, s’est plongé tête baissée dans le chaos, réalisant un documentaire aussi impitoyable que son sujet. “Hated” ne fait pas dans la dentelle, capturant parfaitement la saleté, la fureur et la folie totale qui faisaient de Allin une fascination grotesque. C’est une œuvre crue et viscérale, aussi inconfortable à regarder qu’impossible à détourner du regard.

L’apport de John Wayne Gacy

Phillips a ajouté une autre couche de merde et de sang à l’ensemble en demandant à John Wayne Gacy, tueur en série, de peindre une affiche pour le film. Ami de GG, Gacy a accepté avec plaisir. “Il a dit : ‘Je le ferai pour 50 dollars, pour des fournitures d’art en prison, et une photo compromettante de toi-même’”, a déclaré Phillips à Bedford and Bowery. “J’ai répondu : ‘D’accord, peu importe…’”

Publicité

Au départ, Phillips prévoyait de faire signer des tirages de l’affiche par Gacy, mais la prison a mis fin au processus. Même sans la signature du tueur, les affiches se sont bien vendues. “Nous les avons vendues 15 dollars chacune dans les magazines Maximum Rock ‘n’ Roll et Flipside, entre autres”, se souvient le réalisateur. “Nous avons fini par gagner environ 10 000 ou 11 000 dollars. John Wayne Gacy est donc vraiment le producteur exécutif.”

Le début d’une carrière prometteuse

Le film a servi de tremplin à la carrière de Phillips, révélant son talent pour brouiller les frontières entre divertissement et malaise. Dans ses œuvres ultérieures, d’Old School à Joker, nous retrouvons cette même propension à dévoiler les couches des normes sociales et à se délecter de l’abject, de l’absurde et de l’extrêmement perturbant.

Avec le recul, “Hated” n’est pas seulement le portrait d’un homme qui a vécu et est mort selon ses propres règles destructrices, mais aussi un aperçu de la brillance précoce d’un cinéaste qui n’avait pas peur de repousser les limites. C’est un rappel brutal que même les artistes les plus aboutis peuvent avoir des débuts difficiles, et qu’il y a une étrange beauté à trouver dans les endroits les plus improbables.





Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *