Retrouve-nous

À la une

Le chanteur de soul dont la reprise d’une ballade métal surpasse l’original

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Le chanteur de soul dont la reprise d’une ballade métal surpasse l’originale

Dans l’immense océan de la musique, les reprises de chansons peuvent parfois émerger comme des vagues déferlantes qui éclipsent leur source avec une force ressentie à travers les genres et les générations.

Pensez aux profondeurs envoûtantes que Johnny Cash a ajoutées à “Hurt” de Nine Inch Nails, ou comment Jimi Hendrix a électrisé “All Along The Watchtower” de Bob Dylan avec une ferveur psychédélique. Ces adaptations emblématiques signifient que parfois, la reprise est meilleure que l’originale.

Un tel moment appartient à Charles Bradley, un chanteur de soul qui a sublimé “Changes” de Black Sabbath de toutes les manières imaginables.

Une ballade renommée à travers le monde depuis 1972, “Changes” témoigne de l’incroyable étendue de Black Sabbath. Présent sur leur album mythique Vol. 4, ce morceau minimaliste d’une beauté tragique, avec sa mélodie au piano et ses paroles déchirantes, défie l’archétype doom qui a rendu le groupe célèbre. Avec des paroles du bassiste Geezer Butler, le récit offre un aperçu poignant de la profondeur émotionnelle immense à laquelle les Brummies pouvaient accéder.

Publicité

“Changes” était une anomalie dans le catalogue lourd de Sabbath qui servait de pause introspective nécessaire et posait les bases pour que le groupe explore des territoires sonores inexplorés. La genèse de la chanson était le résultat d’une tourmente personnelle – une réflexion déchirante sur les conséquences de l’amour malheureux. Avec les couplets de Butler tirés directement du premier divorce du batteur Bill Ward et l’oreille avertie de Tony Iommi pour le piano, l’essence mélancolique de la chanson était un véritable effort de groupe.

À lire aussi :  11 artistes de metal qui ont changé de genre et réussi

D’innombrables artistes, allant des groupes punk et métal aux groupes pop, ont tenté d’interpréter “Changes” au fil des ans. Bien que chaque nouvelle version ajoutait une couche d’individualité distincte à la ballade, ce n’est qu’avec l’arrivée de Charles Bradley que la chanson a trouvé une voix empreinte de sagesse et d’expérience.

Avec le soutien du Budos Band, sa reprise pour le Record Store Day en 2013 a dévoilé une confession pleine d’âme, puissante et brute dans son plaidoyer ouvert pour la compréhension et l’acceptation.

Publicité

Cette version de “Changes” est rapidement devenue le moment déchirant de haute volée des performances scéniques de Bradley, et l’impact palpable qu’elle a eu sur le public a conduit la chanson à devenir le titre phare et le centre de l’album de Bradley, Changes.

Tout comme Johnny Cash a transformé les méditations sur l’auto-mutilation de Trent Reznor en une odyssée confessionnelle qui a encapsulé toute la vie de l’Homme en Noir, “Changes” est devenu bien plus qu’une ballade mélancolique sur un amour perdu entre les mains de Charles Bradley.

Né en 1948, Bradley a passé la majeure partie de sa vie à subvenir à ses besoins grâce à des petits boulots et à prendre occasionnellement des engagements en tant qu’imitateur de James Brown sous le nom de “Black Velvet”.

Publicité

Son talent remarquable est resté largement inaperçu jusqu’à ce que le chanteur soit découvert par le co-fondateur de Daptone Records, Gabriel Roth, qui l’a présenté à son futur producteur, Tom Brenneck. Après avoir co-écrit plusieurs chansons avec Brenneck, Daptone a commencé à sortir certaines de ces premières enregistrements en vinyle à partir de 2002. Malgré cette exposition, le premier album de Bradley, No Time For Dreaming, n’a pas vu le jour avant 2011.

À lire aussi :  Le lieu historique où Black Sabbath a donné son premier concert a été épargné de la démolition

Il a fallu des décennies à Bradley, avec des périodes de sans-abrisme et des problèmes de santé chroniques, pour devenir une sensation du jour au lendemain. Sa version de “Changes” reflète une vie de douleur et de désir, cristallisant les luttes et les épreuves auxquelles le chanteur a été confronté tout au long de sa vie.

Charles Bradley est décédé des suites de complications liées à un cancer de l’estomac le 23 septembre 2017, à l’âge de 68 ans. Changes reste le dernier album studio de Bradley à être sorti de son vivant, marquant l’aboutissement d’une carrière qui, bien que tardive à s’épanouir, a finalement laissé une empreinte poignante sur le monde.

Publicité

 

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag