Retrouve-nous

À la une

L’album de Black Sabbath qu’Ozzy Osbourne trouve “répugnant”

Kylian Lecore

Publié

le

Black Sabbath
Warner Bros. Records, Public domain, via Wikimedia Commons

Black Sabbath : L’album controversé “Never Say Die!”

Le parcours de Black Sabbath est bien plus qu’une simple chronique de la naissance du heavy metal – c’est le récit d’une détermination brute d’un groupe luttant contre vents et marées jusqu’à son dernier souffle.

La résistance de Black Sabbath

Bien sûr, c’était une bataille qu’ils étaient destinés à perdre. Le dernier acte de défi ? Leur album de 1978, “Never Say Die!”, qui, malgré son héritage controversé, témoigne de leur ténacité.

En 1975, Black Sabbath a transformé le plomb en or en utilisant leur querelle avec leur management comme inspiration pour leur album classique, “Sabotage”. Pourtant, cette victoire a laissé des cicatrices sur le quatuor de Birmingham. Indépendamment de cela, ils se sont rendus en studio un an plus tard et ont donné naissance à “Technical Ecstasy” en trois mois tourbillonnants, suivi d’une tournée épuisante de six mois. Ce rythme effréné n’a fait qu’approfondir les fissures au sein d’un groupe déjà tendu.

Publicité

Une courte accalmie après “Technical Ecstasy” n’a pas suffi à apaiser les blessures causées par une pression constante. Alors que les problèmes de toxicomanie des membres du groupe étaient devenus notoires, les relations se sont tendues jusqu’au point de rupture.

Le chaos s’est installé lorsque Ozzy Osbourne a soudainement quitté le groupe pour poursuivre une carrière solo. Tony Iommi a fait appel à Dave Walker de Savoy Brown et Fleetwood Mac pour combler le vide. Bien qu’le retour soudain d’Ozzy ait créé de nouveaux obstacles (il a refusé de jouer les chansons créées en son absence), le groupe avait déjà goûté à la notoriété avec Walker lors de l’émission “Look! Hear!” de la BBC Midlands, où ils ont interprété une première version de “Junior’s Eyes”.

L’enregistrement de “Never Say Die!”

Alors que la mort du père d’Ozzy a entraîné une pause créative, la maison de disques, avide de résultats de la part d’un groupe connu pour sa rapidité d’exécution, a poussé Sabbath à revenir à la charge en l’espace de trois mois. Le groupe s’est réuni à Toronto, attiré par des avantages fiscaux.

Cependant, leur choix de studio s’est révélé décevant. L’isolation médiocre a produit un son terne, bien loin de la dynamique live de leurs précédents enregistrements. Arracher les tapis du studio a résolu le problème, mais ils ont eu du mal à trouver un espace de répétition adéquat. Pendant ce temps, le fossé entre Geezer Butler et Ozzy s’est creusé, le chanteur rejetant constamment les paroles qui lui étaient présentées.

À lire aussi :  Les dix actes les plus controversés de l'histoire du Rock & Métal

Dans un contexte de discorde interne, de conditions de travail difficiles et de pression de la maison de disques, “Never Say Die!” est sorti en septembre 1978. Les critiques l’ont rejeté, mais les singles en tête des charts et une deuxième apparition dans l’émission “Top of the Pops” racontent une autre histoire, et l’engagement du groupe à faire évoluer leur son est louable. Au lieu de chercher à recréer leur magie d’antan, Black Sabbath a élargi leur palette musicale en ajoutant des éléments plus jazz à leur style caractéristique.

Publicité

Leur tournée mondiale autour de “Never Say Die!” a vu Sabbath constamment éclipsé par leur groupe de soutien, Van Halen. Alors qu’un retour à Los Angeles pour un nouvel album était entravé par une consommation excessive de substances, la fin du groupe semblait imminente. Le choix pour Iommi était clair : renvoyer Ozzy ou voir Sabbath se noyer dans un océan de débauche. Il a choisi de survivre.

Black Sabbath a finalement été relancé avec Ronnie James Dio à sa tête, se transformant et perdurant sous diverses formes. Mais à ce moment-là, “Never Say Die!” annonçait la fin du groupe, une ironie qui n’a pas échappé à ses membres. “Les gens ne se rendaient pas compte que c’était un peu ironique, cette histoire de \”Never Say Die!\””, a déclaré Geezer Butler à Guitar World. “Parce que nous savions que c’était fini ; nous savions juste que cela n’allait plus jamais se reproduire. Nous avons fait cette tournée du 10e anniversaire avec Van Halen en 1978, et tout le monde disait ‘Pour encore 10 ans !’ Et moi je pensais, (lève les yeux au ciel) ‘Ouais, bien sûr !’”.

Avec le temps, “Never Say Die!” a su se constituer un public fidèle parmi les aficionados de Sabbath, mais Ozzy reste peu impressionné. “C’est le pire travail auquel j’ai jamais participé”, se lamenta le Prince des Ténèbres. “J’en ai honte. Je trouve ça dégoûtant.”





Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.