Retrouve-nous

À la une

Shannon Larkin de Godsmack se confie sur sa sobriété et ses trois “presque” licenciements du groupe

Kylian Lecore

Publié

le

Godsmack
Stefan Brending, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Des problèmes liés à l’alcool

Shannon Larkin, le batteur de Godsmack, célèbre bientôt ses huit ans de sobriété. Récemment, il s’est entretenu avec Spin au sujet de sa vie sobre. Lorsqu’on lui a demandé s’il avait déjà réalisé que l’alcool était un problème qu’il devait régler, Larkin a révélé qu’il avait été sur le point d’être renvoyé de Godsmack à plusieurs reprises à cause de certains épisodes où il était ivre et ne se souvenait de rien.

Il a déclaré :

“Oui, cela m’est arrivé à plusieurs reprises. En fait, j’ai été renvoyé – enfin, menacé d’être renvoyé – de ce groupe à trois reprises au cours des 20 dernières années. L’un des problèmes des alcooliques, lorsque l’on est trop ivre, c’est que l’on perd connaissance. Et quand je perdais connaissance, je faisais des choses folles et je me bagarrais avec des personnes bien plus grandes que moi, entre autres choses.”

Il poursuit :

“Ce qui était amusant, c’est que j’attaquais toujours les personnes qui m’étaient le plus proches, les personnes que j’aimais le plus. C’était l’un des aspects que j’ai découverts lors de ma réhabilitation : pourquoi attaquer les personnes que j’aime le plus ? C’était donc un problème intérieur. Et ils m’ont aidé à comprendre pourquoi. Je ne vais pas le dire au monde entier, mais tout le monde a ses problèmes. Je pense que l’alcoolisme, la toxicomanie, c’est une question de trouver le problème, de le résoudre, puis de trouver sa force intérieure, de s’améliorer, de trouver le bonheur en soi. Ça semble simple, mais ce n’est pas si simple.”

La réhabilitation comme solution

Larkin a également révélé qu’il n’était pas partisan de l’idée d’aller en thérapie, mais qu’il a finalement réalisé que c’était soit aller en réhabilitation, soit mourir.

Il explique :

Publicité

“Je n’étais pas vraiment quelqu’un qui croyait aux psys. J’étais même contre ça, mais après avoir senti que j’allais mourir si je ne m’arrêtais pas, j’ai essayé. Et j’ai découvert en réhabilitation – c’était Recovery Unplugged, et il y en a quelques-uns maintenant ; à l’époque, il n’y en avait qu’un à Fort Lauderdale.”

“Et cela a fonctionné, et ces personnes ont trouvé en moi toutes ces choses sombres cachées que je n’aurais probablement pas pu me rappeler sans la thérapie, sans l’accepter et la suivre, en me disant : ‘Regarde, je ne suis pas vraiment fan de la thérapie. Je n’y crois pas vraiment, mais je vais essayer et je vais faire tout ce qu’ils me demandent et sauter tous les obstacles.’ Et cela a changé ma vie.”

Il conclut en ajoutant :

“Donc, je suppose que la morale de l’histoire est que la réhabilitation fonctionne si on l’accepte, si on y croit et si elle vient de l’intérieur de nous ; notre bonheur est en nous. Nous n’avons pas besoin de drogues et d’alcool.”



À lire aussi :  Annonce d'un documentaire perdu depuis longtemps mettant en vedette Black Sabbath, System of a Down + autres au Ozzfest

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.