Retrouve-nous

À la une

Le producteur légendaire du grunge des années 90 qui a refusé un demi-million de dollars de redevances par principe.

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Steve Albini
Mixwiththemasters, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Le producteur légendaire du grunge des années 90 qui a refusé un demi-million de dollars de redevances par principe.

Steve Albini, le producteur renommé derrière le dernier album studio de Nirvana “In Utero”, a pris une position de principe dans les années 90 qui est devenue légendaire dans l’industrie musicale. À une époque où les producteurs de disques prenaient généralement un pourcentage des ventes d’albums en guise de rémunération, Albini s’est démarqué de manière remarquable.

Une proposition unique

Lorsqu’on lui a proposé de produire “In Utero”, Albini a fait une proposition unique. Il a demandé un forfait de 100 000 dollars et a catégoriquement refusé d’accepter des redevances sur les ventes de l’album. Cette décision n’était pas seulement financière ; elle était profondément enracinée dans ses principes et ses opinions sur l’industrie musicale.

Albini considérait que prendre des redevances, qu’il qualifiait de pourcentage des ventes de l’album, était une pratique injuste qui exploitait les artistes. Il voyait son rôle de producteur comme un facilitateur, et non comme un actionnaire du succès financier de l’album. Albini voulait s’assurer que les artistes, en l’occurrence Nirvana, conservaient les gains maximum possibles de leur travail.

Dans une récente conversation avec les membres survivants de Nirvana et Conan O’Brien, Conan a interpellé Albini sur sa position : “Vous dites avec surprise ‘Je ne prends pas de royalties sur cet album… vous avez dit que vous vouliez être payé comme un plombier… donnez-moi juste de l’argent d’avance, mais vous pensiez que c’était immoral de prendre des royalties sur l’album.” Albini a répondu :

Publicité

“Oui, je veux dire, la façon dont les producteurs de disques et les personnes chargées de l’enregistrement étaient rémunérés à cette époque était essentiellement un tour de passe-passe comptable. Cela déplaçait le coût du label vers le groupe, rendant le groupe finalement responsable de ce que le producteur était payé.

Cet arrangement ne provenait pas des recettes globales de l’album, comme cela se ferait dans le contrat d’une maison de disques indépendante, par exemple. Il provenait spécifiquement de l’argent qui aurait sinon été versé au groupe. Littéralement, chaque dollar que je recevais signifiait qu’un dollar que Dave, Chris ou Kurt ne recevait pas. C’est juste la façon dont fonctionne la comptabilité dans ce genre de deals.

Je pense que c’est moralement indéfendable. J’avoue que je pense moins de ceux qui choisissent de faire les choses de cette façon. C’est absurde en soi. Je travaille sur un disque pendant quelques jours, et ensuite pour le reste de votre vie, vous devez continuer à me payer. C’est comme si vous me donniez une partie de chaque centime que vous gagnez.”

Cette approche fondée sur des principes contrastait vivement avec les normes de l’industrie et aurait pu coûter à Albini une somme importante. Selon les estimations, si Albini avait pris des royalties standard, il aurait pu gagner plus d’un demi-million de dollars, voire plus, compte tenu du succès massif de “In Utero”.

Cependant, le refus d’Albini de participer à ce qu’il considérait comme un système exploiteur soulignait son engagement envers l’intégrité artistique et le traitement équitable des musiciens.

La décision de Steve Albini avec “In Utero” n’est pas seulement une note de bas de page dans l’histoire de la production musicale ; c’est une déclaration puissante sur la primauté des principes par rapport au profit. Cet acte a contribué à sa réputation durable en tant que producteur fidèle à la vision artistique et au bien-être financier des musiciens avec lesquels il travaille. Regardez-le expliquer sa décision avec ses propres mots ci-dessous :

Publicité
À lire aussi :  Le guitariste de Soundgarden, Kim Thayil, qualifie l'étiquette "Grunge" de "stratégie marketing"

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.