Retrouve-nous

À la une

Quand Iron Maiden a fait payer les producteurs de télévision après avoir exigé qu’ils fassent du playback

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Quand Iron Maiden a fait payer les producteurs de télévision après avoir exigé qu’ils fassent du playback

Quand un groupe se produit à la télévision, il est compréhensible qu’un réseau préfère le playback au réel. Les gens vont aux concerts pour ressentir la musique se créer en temps réel, mais l’expérience en direct ne se traduit pas toujours pour le public qui s’attend à quelque chose de propre.

En plus de cela, un enregistrement en studio réduit les risques d’erreurs et garantit presque la durée d’une performance, ce qui constitue une sécurité pour ceux qui regardent depuis leur canapé.

Cela peut être avantageux pour les réseaux, mais de nombreux groupes trouvent cette pratique hypocrite et insultante. Iron Maiden a posé ses conditions avec la BBC dès les débuts de Paul Di’Anno, lorsqu’ils ont refusé de faire du playback sur leur premier single “Running Free” à l’émission Top Of The Pops en février 1980.

“Je n’aimais pas trop Top Of The Pops”, se souvient le leader du groupe, Steve Harris. “Ils n’invitaient jamais personne de bien, et j’étais vraiment catégorique : je ne le ferai pas s’ils nous demandent de faire du playback. Je me disais ‘Merde pour eux. Qu’est-ce qu’ils ont déjà fait pour moi ?’”

Étonnamment, la BBC a cédé et Iron Maiden a pu jouer en direct. C’était la première fois depuis que The Who avait joué à Top Of The Pops en 1974. Même si le groupe a remporté cette bataille, tous les réseaux du monde n’étaient pas aussi accommodants envers les têtes brûlées de Londres. Lorsque l’émission de télévision allemande P.I.T. a invité Maiden à interpréter “Wasted Years” en août 1986, ils ont à nouveau exigé du playback.

Publicité

Le groupe a accepté cette fois-ci de faire du mime lors de leur performance, et les producteurs de l’émission allaient le regretter. Les téléspectateurs attentifs ont pu remarquer que quelque chose n’allait pas dès le début, lorsque le bassiste Steve Harris est apparu avec une guitare et que le guitariste Dave Murray tenait une basse lors du plan d’ensemble. Moins d’une minute plus tard, Harris échange de place avec le chanteur Bruce Dickinson pendant un moment, avant que le batteur Nico McBrain ne prenne le micro, laissant le bassiste derrière la batterie.

À lire aussi :  Bruce Dickinson critique la catégorisation des sous-genres du métal

Tout cela est extrêmement ridicule et un pur plaisir à regarder. Regardez ça juste ici !





Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag