Retrouve-nous

À la une

Les 10 meilleurs albums de tous les temps ayant influencé le heavy metal

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Deep Purple
Carlos Delgado, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Les 10 meilleurs albums de tous les temps ayant influencé le heavy metal (proto-metal)

Plongez dans les catacombes de l’histoire du rock et vous découvrirez un trésor d’albums de heavy rock qui ont été essentiels au développement du métal tel que nous le connaissons. Black Sabbath et Led Zeppelin monopolisent toujours la scène dans ces conversations, il est donc temps de monter le volume à onze pour ceux qui ont été tout aussi monumentaux dans le développement du genre. Préparez-vous à un voyage tonitruant à travers des albums qui ont secoué le monde et laissé une empreinte indélébile sur l’essence même du heavy metal. Plongeons tête la première dans les ondes sonores sismiques des meilleurs albums de proto-metal de tous les temps.

Lucifer’s Friend – Lucifer’s Friend

Avec le redoutable John Lawton à la barre (qui deviendra plus tard le chanteur d’Uriah Heep), Lucifer’s Friend a explosé sur la scène du hard rock allemand. Un cocktail envoûtant de jams orgueux et de rock énergique, leur premier album éponyme est un joyau clandestin pour les connaisseurs. Le groupe tisse des rythmes de rock progressif complexes avec des riffs puissants, grâce au style distinct du guitariste Peter Hesslien. Malgré des détours plus jazzy par la suite, ce premier album est un témoignage des premiers pas du heavy metal – un chef-d’œuvre tonitruant, sombre et lyriquement sombre qui vaut la peine d’être découvert.

Iron Butterfly – In-A-Gadda-Da-Vida

Premier album à avoir vendu un million d’exemplaires et à être certifié platine aux États-Unis, la réputation du chef-d’œuvre de 1968 d’Iron Butterfly repose en grande partie sur la stupéfiante chanson-titre qui occupe toute la deuxième face du disque. Cependant, cette chanson est loin d’être la seule pépite à trouver sur In-A-Gadda-Da-Vida. C’est un album qui offre un mélange intrigant de psychédélisme dérangé et de rythmes garage pulsants, quelque peu semblable à l’enfant illégitime des Doors et de Led Zeppelin après avoir pris de l’acide. Des morceaux comme “My Mirage” et “Flowers And Beads” donnent plutôt l’impression de faire un voyage en enfer que de célébrer l’amour libre.

Publicité

Dust – Dust

Célébré comme l’un des groupes de hard rock les plus puissants de leur époque, le trio new-yorkais Dust a compté parmi ses membres des personnalités qui ont connu la célébrité après leur séparation. Le batteur Marc Bell est devenu un Ramone après avoir joué avec Richard Hell & The Voidoids, tandis que le bassiste Kenny Aaronson a joué avec des grands noms tels que Bob Dylan et Billy Idol. De plus, le chanteur/guitariste Richie Wise et le parolier-manager de Dust, Kenny Kerner, ont produit les premiers albums de KISS. Le premier album éponyme du groupe, sorti en 1971 sur le label Kama Sutra Records, explose comme une bagarre de rue. C’est un album qui déborde de riffs sordides, de guitare slide et de ruptures psychédéliques délirantes, le tout poussé au maximum.

Deep Purple – Machine Head

Dans les années 1970, Deep Purple rivalisait avec des groupes comme Black Sabbath et Led Zeppelin en termes de puissance sonore, et Machine Head est sans aucun doute l’une des meilleures galettes de hard rock jamais sorties. Avec cet album, le groupe est devenu maître de son style unique et a assuré sa place au panthéon des légendes du heavy rock. Débordant de tubes tels que “Smoke On The Water”, “Lazy”, “Highway Star” et “Space Truckin’”, c’est une leçon magistrale d’écriture de chansons et d’attitude.

Sir Lord Baltimore – Kingdom Come

Considéré comme le premier album américain à être qualifié de “heavy metal”, Kingdom Come de Sir Lord Baltimore a frappé comme un coup de foudre de férocité déchaînée lors de sa sortie en 1970. Enregistré aux studios Electric Ladyland de Hendrix, l’album offre un festin inaltéré et assourdissant de chansons propulsives imbibées de riffs blues lourdement distordus et de rythmes martelants. Kingdom Come reste un monument intemporel à la puissance du heavy metal, même dans son enfance ; son influence continue de résonner chez de nombreux groupes modernes.

Publicité

Blue Öyster Cult – Secret Treaties

Faisant office de sommet de tout ce que Blue Öyster Cult s’était fixé comme objectif sur ses deux premiers albums, Secret Treaties distille le drame extraordinaire et l’attitude féroce de ses prédécesseurs dans une collection de chansons impeccables. Il est un peu plus poli que ses frères, mais le disque ne bénéficie que de la clarté et de l’attention aux détails. Sans place pour la médiocrité, chaque chanson sur Secret Treaties est un témoignage de la puissance d’un riff parfait.

À lire aussi :  Morne annonce leur nouvel album "Engraved With Pain"

Flower Travellin’ Band – Satori

Si vous imaginez une chimère sonore qui combine les meilleurs éléments de Cream, Jimi Hendrix, Black Sabbath et Blue Öyster Cult, vous pourriez avoir une idée de l’alchimie musicale familière mais nouvelle que Flower Travellin’ Band représentait. Fruit de l’imagination de Yuya Uchida, cet ensemble japonais a connu plusieurs métamorphoses avant de cristalliser dans la formation qui livrerait son magnum opus de 1971, Satori. Parcourant une géographie musicale qui transcende les frontières conventionnelles du rock pour donner naissance à un son étonnamment plus lourd et plus exquis, Satori fusionne parfaitement des riffs glam rock, des blues plombés et une percussion féroce aux côtés de carillons et de harpes envoûtants. Un voyage de 42 minutes vers le côté sombre de la frontière du rock and roll.

Publicité

Scorpions – In Trance

Un groupe dont le flair pop-metal et les ballades sentimentales dominaient les ondes dans les années 80, les Scorpions remontent leurs racines au mouvement Krautrock de leur Allemagne natale une décennie plus tôt. Sorti en 1975, In Trance marque un moment décisif où le groupe a éliminé l’excès de ses tendances prog-rock des débuts et a affiné son son pour en faire un assaut de hard rock plus concentré. Le travail de guitare exceptionnel d’Ulrich Roth et de Rudolf Schenker brille particulièrement sur des titres tels que “Top of the Bill” et “Dark Lady”, sans doute l’un des débuts d’album les plus féroces des années 70. À noter que In Trance a marqué la première apparition de leur logo emblématique (et serait le premier de nombreux pochettes d’album représentant des femmes d’une manière un peu étrange).

Uriah Heep – Demons And Wizards

La quintessence de tout ce qui a rendu ce groupe britannique phénoménal jusqu’en 1972, le quatrième album d’Uriah Heep offre un mélange enivrant de rock cosmique progressif, de vignettes acoustiques et de boogie dur. Imprégné de thèmes fantastiques et de riffs incroyablement lourds, Demons & Wizards est un voyage irrésistible vers les frontières de l’imagination et en revenir. Bien que mieux connu pour le titre intemporel “Easy Livin’”, le véritable sommet de l’album est le tour de force de près de 13 minutes “Paradise/The Spell”, où tous ces éléments se fondent en une démonstration explosive du talent musical combiné du groupe.

Blue Cheer – Vincebus Eruptum

Baptisé d’après une marque d’acide particulièrement puissante, Blue Cheer de San Francisco a servi de contrepoint sombre à l’ère hippie. Fruit de l’imagination du chanteur et bassiste Dickie Peterson en 1966, le groupe a commencé en tant qu’ensemble de blues sans direction avec six membres avant qu’une expérience transformatrice lors d’un concert de Hendrix n’inspire un allègement des rangs et la naissance de leur son caractéristique – un tome apocalyptique de fuzz et de basses brutales qui ressemblait plus à une expression d’une zone de guerre qu’à une célébration de la paix et de l’amour. Leur premier album Vincebus Eruptum est sorti en 1968, une bande-son viscérale et troublante pour un champ de bataille cauchemardesque. La reprise déformée de Blue Cheer du hit d’Eddie Cochran “Summertime Blues” est devenue le symbole de cette époque turbulente, tandis que “Parchment Farm” et “Doctor Please” ont plongé dans des profondeurs plus sombres que même Black Sabbath.

Publicité

 

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.