Retrouve-nous

À la une

Ce classique du Grunge de 1993 était destiné à l’échec, mais s’est vendu tout de même à 15 millions d’exemplaires.

Kylian Lecore

Publié

le

Pexels de Pixabay

La genèse d’un chef-d’œuvre

Dans le monde de la musique alternative et du rock, peu d’albums ont suscité autant d’intrigue et de respect que le chef-d’œuvre de Nirvana en 1993, “In Utero”. Après le colossal succès de “Nevermind”, les attentes étaient élevées pour le prochain mouvement de Nirvana. Cependant, “In Utero” était un départ radical de son prédécesseur, à la fois musicalement et thématiquement.

Et alors que la plupart des artistes craqueraient sous la pression de devoir livrer un autre succès, le groupe ne semblait vraiment pas s’en soucier. Du tout. Cette intention se reflétait dans le son brut et abrasif de l’album, en contraste frappant avec le son plus poli et accessible de “Nevermind”. Le groupe, en particulier Cobain, cherchait à défier son public et à se débarrasser d’une partie de l’attrait grand public qu’ils avaient acquis.

Un album qui défie les conventions

Pour preuve, le groupe a choisi le producteur indépendant Steve Albini afin de se distancer de la production trop “léchée” de “Nevermind”. Et si Cobain et son équipe cherchaient vraiment une plus grande diffusion radio, ils n’auraient pas choisi “Rape Me” comme single.

Au cours d’une interview de 1993 avec MTV News, le bassiste Krist Novoselic a expliqué que répéter le succès était vraiment la dernière chose à laquelle le trio pensait à l’époque :
“Vous savez, nous étions là pour commettre un suicide commercial. Faire chier notre directeur artistique. On se fichait de ce qui était sur l’album, on voulait juste sortir un album cru, juste pour le scandale.
Ça nous plaît de stresser tout le monde, notre management, notre label, nous-mêmes. On en tire quelque chose, c’est une sorte de dysfonctionnement que nous avons.”

Publicité

Malgré son inaccessibilité voulue, “In Utero” a été un triomphe commercial. L’album est certifié 5 fois platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) aux États-Unis et s’est vendu à plus de 15 millions d’exemplaires dans le monde entier.

À lire aussi :  Krist Novoselic sur le spectacle hologramme de Nirvana : "Quand est-ce qu'on commence ?!"

Cette vente devient encore plus remarquable compte tenu du fait que les ventes initiales n’étaient pas aussi élevées que prévu (par leur label). Entre avril 1994 et février 1995, “In Utero” a vendu 3 millions d’exemplaires supplémentaires, témoignant d’une popularité constante après sa sortie.

“In Utero” était plus qu’un simple album ; c’était une déclaration. Il a encore mis en valeur le talent de composition de Cobain et la capacité du groupe à rester fidèle à sa vision artistique, malgré d’énormes pressions externes. C’est un témoignage de l’intégrité du groupe et de son engagement envers sa vision artistique, renonçant souvent au succès commercial au profit de l’expression créative.

C’est un brillant exemple de la façon dont l’art véritable peut triompher, en résonnant auprès du public de manière qui dépasse le simple succès commercial.




Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.