Retrouve-nous

À la une

Le producteur de Megadeth se souvient d’avoir failli abandonner les démos de Dave Mustaine pour Countdown To Extinction

Kylian Lecore

Publié

le

Megadeth - Dave Mustaine
Frank Schwichtenberg, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Une collaboration inattendue pour l’album “Countdown to Extinction”

Se rappelle-tu de ce riff emblématique de “Symphony of Destruction” ? Nous aussi, et il n’aurait pas existé sans une lutte surprenante en coulisses. Le producteur Max Norman a récemment révélé au podcast “Talk Louder” (transcrit par Ultimate Guitar) sa confusion initiale avec les démos de Megadeth pour “Countdown to Extinction”, allant même jusqu’à envisager d’abandonner.

Un défi musical pour Max Norman

Déjà rompu avec Ozzy Osbourne, Max Norman a dû affronter une bête différente avec Megadeth. Leur album commercialement réussi “Rust in Peace” avait fixé la barre haute, et le leader Dave Mustaine l’avait choisi pour le nouvel album, même s’il était ingénieur du son pendant “Rust in Peace” et que la production était assurée par Mike Clink. Mais les démos pour “Countdown to Extinction” ont dérouté Norman.

“Dave m’a envoyé une cassette avec toutes les démos pour ‘Countdown’. Et je les ai écoutées. Je les ai écoutées pendant des jours et des jours, et je n’avais aucune idée de ce que j’allais en faire”, admet-il.

Déterminé à aider, Norman a passé des jours à analyser la musique. Après avoir envisagé d’abandonner, une percée est arrivée. Il a versé ses critiques dans un énorme document de quatre pages, suggérant des modifications, des réarrangements et même des coupes. Imagine dire à Dave Mustaine comment retravailler sa musique !

Une réaction positive et un succès incontestable

“Donc j’ai pensé, ah, je laisse tomber, je vais juste écouter une dernière fois puis je le rappellerai et je lui dirai, ‘D’accord, peu importe. Je n’ai pas vraiment d’idées’”, a déclaré Norman. J’ai écouté une dernière fois, et tout à coup, j’ai commencé à avoir une idée de ce qui se passait. Et j’ai commencé à avoir des idées. Et j’ai dit, ‘Ce premier morceau, cette partie est trop longue. Et je ne pense pas que cette partie convienne, enlevez-la, regardons cela.’”

Il a continué :

Publicité

“J’ai donc écrit environ quatre pages de notes pour toutes les chansons, essentiellement en les éditant et en signalant des endroits où peut-être nous pourrions trouver autre chose ou lui donner une idée ou autre chose. Passer à travers et tout découper comme un éditeur.”

Il a ajouté :

“Je lui ai envoyé ces quatre pages de notes. Et je n’ai rien entendu pendant trois ou quatre jours. Et puis ma femme à l’époque m’a appelé, elle a dit, ‘Dave Mustaine est au téléphone.’”

Craignant la réaction de Mustaine, Norman s’est préparé au pire. Mais au lieu de l’outrage attendu, la réponse a été totalement positive.

“Il a dit, ‘D’accord, j’ai toutes vos notes.’ Il y a eu un long silence. Et je me suis dit, ‘Il va me démolir complètement, je le sens.’ Parce que je connaissais déjà Dave, nous étions déjà un peu amis de toute façon. Alors il a dit, ‘Ouais, je suis d’accord à environ 99%.’ Donc j’étais là, ‘D’accord ?’ Il a dit, ‘Super, faisons-le.’”

“Countdown to Extinction” a connu un grand succès, devenant l’album le plus important de Megadeth à ce jour. Des morceaux comme “Symphony of Destruction” et “Sweating Bullets” ont cimenté leur héritage. Même lorsque son voyage de la démo au chef-d’œuvre n’a pas été sans embûches, il a prouvé que parfois les meilleurs résultats viennent de faire confiance à l’expertise des autres, même si cela signifie affronter ses propres zones d’ombre créatives.

À lire aussi :  Megadeth joue "Devils Island" pour la première fois en 10 ans

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Hard Rock Mag