Retrouve-nous

À la une

L’album de 1993 devenu un modèle du Metalcore extrême

Kylian Lecore

Publié

le

WanderingTrad, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Le pionnier du metalcore : l’album Protestant de Rorschach

La fusion de l’agressivité brute du punk hardcore avec l’agression méticuleuse du heavy metal a donné naissance à un genre qui s’est enfoncé profondément dans le tissu de la musique extrême.

Les influences de Rorschach et la création de l’album Protestant

L’un des pionniers de ce mouvement révolutionnaire était Rorschach, un groupe qui, à l’époque, élaborait les plans sonores de ce qui allait devenir le metalcore. Leur album de 1993, Protestant, a capturé l’aventure du groupe dans un monde terrifiant où le chaos et l’ordre se sont heurtés, ouvrant la voie à des groupes futurs.

Lorsqu’on aborde les fondements du metalcore, il faut se tourner vers les influences immédiates de Rorschach : une combinaison de mélodies dissonantes marquées par le metal avant-gardiste de Voivod, mêlées à la ténacité du punk hardcore de Black Flag et aux rythmes décalés rappelant Die Kreuzen.

Protestant témoigne de l’évolution du groupe depuis leur premier album Remain Sedate. Ici, le groupe, composé de Charles Maggio (chant), Keith Huckins (guitare), Nick Forte (guitare), Thomas Rusnak (basse) et Andrew Gormley (batterie), a canalisé la ferveur de la scène hardcore de la fin des années 80 et l’a imprégnée d’une sophistication métallique revigorante.

Publicité

À l’époque de la sortie de Protestant, le contexte était très différent. L’absence d’Internet et la nécessité d’interactions tangibles dans la vie réelle pour créer et distribuer de la musique n’ont pas dissuadé Rorschach de se lancer dans des tournées qui couvraient des lieux ruraux et des métropoles animées. Leur musique, enregistrée avec des contraintes de calendrier à temps partiel et d’engagements scolaires, défiait les attentes en termes de qualité, tissant un mélange punitif de metal et de hardcore qui résonnerait pendant des décennies.

C’est cette authenticité, associée aux adversités personnelles auxquelles le groupe a dû faire face, en particulier la confrontation de Maggio avec la maladie de Hodgkin, qui a insufflé un sentiment de réalité débridée dans leur musique. Ce courant émotionnel a propulsé Protestant au-delà de simples sons lourds : il s’agissait d’un catalogue d’horreurs qui tourmentent l’expérience humaine.

À lire aussi :  Le classique dévastateur de 1999 qui a totalement bouleversé le Metal Extrême pour toujours

L’héritage de Protestant et l’influence sur le metalcore

Protestant a fait bien plus que présenter des sons marginaux : il a été un signe avant-coureur d’un genre qui a vu naître d’innombrables sous-genres à partir de ses racines. La dissolution du groupe la même année que la sortie de l’album n’a en rien atténué son impact. Alors que les scènes metal et hardcore sont passées d’une hostilité mutuelle à une camaraderie plus nuancée, Protestant s’est imposé comme une étape cruciale marquant la transition.

L’héritage de l’album est évident dans son sillage. Les futurs porte-étendards de la musique extrême ont rendu hommage à Rorschach, et l’influence continue de Huckins dans Deadguy en est un lien direct. Décrire la contribution de Protestant comme étant cruciale serait peu flatteur. Pour beaucoup, du chaos tourbillonnant de The Dillinger Escape Plan à la déferlante sonique terrifiante de Converge, Protestant était et reste la pierre angulaire d’un genre qui glorifie l’intensité, la complexité et le déversement émotionnel débridé.

« Pendant des années, des gens m’ont dit que Rorschach était responsable du metalcore », a déclaré Huckins à Decibel en 2011 (comme le rapporte MetalSucks), « et je me suis dit : ‘Wow, les gens pensent que je suis en partie responsable d’un genre, et ce genre est bien seulement une partie du temps.’ »

Publicité

Avec chaque chant tendu et chaque riff discordant, Protestant représente une révolte contre l’alliage prévisible de la musique – et inévitablement, il est devenu le modèle sur lequel le metalcore a été construit.

 

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *