Retrouve-nous

À la une

Quand un groupe de metal mythique a tiré avec une mitrailleuse sur son public

Kylian Lecore

Publié

le

Judas Priest
Frank Schwichtenberg, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Quand un groupe de metal  a tiré avec une mitrailleuse sur son public

L’attrait des concerts de heavy metal dépasse largement la musique elle-même. Les performances emblématiques tissent souvent des récits visuels grandioses, où les artistes deviennent des personnages plus grands que nature.

Des spectacles macabres inspirés du Grand Guignol d’Alice Cooper, qui ont laissé le public à la fois enthousiasmé et horrifié, aux récits épiques d’Iron Maiden, avec de gigantesques mascottes Eddie qui dominent les fans, la scène devient une toile pour l’imagination. À l’opposé, un groupe comme GWAR crée un univers profondément immersif et misanthrope, en éclaboussant les fans de faux sang et de substance visqueuse.

La nécessité d’un showman

Ces éléments théâtraux s’impriment dans l’âme même des spectateurs. De bonnes chansons, c’est bien, mais pour que le billet en vaille la peine, un groupe a besoin de faire preuve de spectacle.

Rob Halford de Judas Priest en sait quelque chose en matière de spectacle. L’entrée emblématique du Metal God sur scène sur une Harley Davidson étincelante est devenue un emblème du groupe lui-même.

Publicité

Pendant la tournée British Steel en 1980, Halford a poussé les théâtralités encore plus loin avec un coup d’éclat qui ne serait probablement pas accepté aujourd’hui.

Alors que le groupe jouait “Genocide”, les moments finaux ont abouti à une surprise spectaculaire lorsque Halford, brandissant une véritable mitrailleuse, s’est tourné vers la foule et a ouvert le feu (avec des balles à blanc, bien sûr).

Cet acte effronté mêlait l’art de la performance à la représentation symbolique des thèmes lourds de la chanson, repoussant les limites de la théâtralité des concerts vers des territoires nouveaux et terrifiants.

À lire aussi :  Doro dévoile sa nouvelle chanson "Living After Midnight"

Lors d’une interview avec Goldmine, Halford a déclaré :

“J’ai eu cette idée, à la fin de ‘Genocide’, – et, je veux dire. ‘Genocide’ parle de génocide, vous savez – et je me suis dit que ce serait génial à la fin (de la chanson), avec cette mesure de temps inhabituelle [il fredonne le riff]… Je prendrais la mitrailleuse (rires) et je tirerais sur la foule.”

Le concept a été accueilli avec incrédulité, mais la conviction de Halford a conduit Judas Priest à emmener une mitrailleuse de type John Dillinger lors de cette tournée. Cependant, réaliser cette partie du spectacle n’a pas été sans embûches.

Publicité

Halford admet :

“C’était gênant parce que ça ne fonctionnait pas putain. Ouais, parfois ça se coinçait.”

Le défi logistique d’intégrer une mitrailleuse dans un spectacle était aussi complexe que controversé, car un chef des pompiers devait inspecter et approuver l’utilisation de l’accessoire dans chaque lieu ; un processus qui suscitait de manière compréhensible l’étonnement.

“Voici la mitrailleuse… Et ils disaient, ‘Qu’est-ce que c’est que ça ? Une mitrailleuse ?’”

Les précautions assuraient la sécurité, mais ne faisaient rien pour atténuer le choc. Le bruit de la mitrailleuse ne nécessitait pas d’amplification ; la cacophonie suffisait à percer le son du groupe et à susciter une terreur horrifiée chez la foule.

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.