Retrouve-nous

À la une

La Bataille des Egos : Quand Fred Durst et Scott Stapp ont failli en venir aux poings

Kylian Lecore

Publié

le

Il n’y a rien de mal à une saine compétition entre pairs, mais cela ne fait jamais bonne impression lorsque les rivalités privées débordent dans des querelles publiques à grande échelle. C’est d’autant plus vrai dans le monde du rock’n’roll, où ceux qui ont de gros egos et un accès illimité à la presse ont tendance à se ridiculiser autant que les cibles de leur animosité. Il serait difficile de trouver deux figures de la culture populaire à l’aube du nouveau millénaire qui avaient plus d’influence que Fred Durst, le charismatique chanteur de Limp Bizkit, et Scott Stapp, le chanteur hyper-pieux de Creed. Le premier dominait les ondes de MTV et le monde du néo-métal, tandis que le second exerçait son emprise sur la radio rock traditionnelle. Le bon sens aurait dicté que ces deux-là avaient mieux à faire que de se lancer dans des querelles publiques mesquines. Mais nous sommes dans le monde du rock’n’roll. Le bon sens, on s’en fiche.

Les ennuis ont commencé lorsque les deux groupes étaient programmés pour jouer lors de l’édition 2000 du Dysfunctional Family Picnic de la station de radio new-yorkaise WXRK K-Rock. Ayant déjà épuisé la bonne volonté des fans et de l’organisation du festival en montant sur scène une heure après l’heure prévue, Durst a exacerbé les mauvaises vibrations en lançant ce qui semblait être une attaque arbitraire contre Creed, en disant : “Je veux dédier cette prochaine chanson au chanteur de Creed. Ce gars est un égomaniaque. C’est un putain de punk, et il est en coulisses en train de se comporter comme Michael Jackson. Ce connard, et vous aussi… et s’il vous plaît, il y aura un stand avec des oreillers et des couvertures pour quand Creed montera sur scène.”

Pour sa part, Stapp n’a pas apprécié les commentaires de Durst. Le chanteur de Creed a répliqué lors de leur concert, en disant : “Il faut beaucoup plus de courage pour dire quelque chose à quelqu’un en face que dans son dos.” Comme Durst l’a raconté quelques jours plus tard à MTV’s Total Request Live, bien que les deux hommes ne se soient pas parlé, le camp de Creed a bel et bien répondu aux provocations en dehors de la scène ; ils lui auraient apparemment envoyé un manuel de gestion de la colère dédicacé avec un morceau de texte religieux. Le chanteur de Limp Bizkit a encore exacerbé la situation en déclarant aux animateurs Brian McFayden et Carson Daly : “Pour commencer, ce gars [Stapp] est fou. Il pense qu’il est un meilleur être humain que tout le monde, il prétend être tout spirituel, ce type super tueur… il se fout de ses fans, il ignore tout le monde.” Durst a continué : “Il fait le mec Jésus dans ces vidéos ; il est du genre ‘hé mec, je suis trop cool…’”

De toute évidence, Stapp n’a pas apprécié les attaques à la télévision. La direction de Creed a rapidement publié une déclaration exposant leur point de vue sur les événements. Il est écrit : “Nous sommes extrêmement déçus que Fred Durst ait rendu publics ses sentiments personnels à notre égard, alors que nous ne l’avons jamais rencontré ni parlé avec lui. Nous sommes encore plus déçus que Fred manipule les médias et la vérité en utilisant Creed comme bouc émissaire pour ses propres actions immatures et égocentriques. Des informations fausses ont prétendu que Fred était coincé dans les embouteillages, ce qui a fait attendre les fans une heure sous la chaleur au Dysfunctional Family Picnic de K-Rock. En réalité, Fred est arrivé et était très en colère contre la programmation prévue, car Limp Bizkit devait jouer avant la tombée de la nuit et avant Creed. “Ensuite, il a refusé de monter sur scène, ce qui a poussé la direction de K-Rock, Creed, Stone Temple Pilots et Ozzy Osbourne à passer près d’une heure à essayer de trouver comment faire monter Limp Bizkit sur scène. Fred a finalement accepté de jouer seulement après avoir “terminé son dîner”, ayant accompli son objectif évident de retarder son concert. Nous n’apprécions pas le traitement que Fred réserve à Creed, aux autres artistes du festival, à K-Rock, à la station de radio qui soutient Creed, aux fans, et nous n’apprécions pas son manque de responsabilité pour ses propres actions, ni ses tentatives de détourner la responsabilité en nous critiquant, nous et nos fans.” Stapp a ensuite proposé d’organiser un match de boxe caritatif entre les deux chanteurs, ce à quoi Durst n’a pas répondu à l’époque. La confrontation publique aurait pu en rester là si les nouveaux venus de Taproot n’avaient pas ajouté une touche inattendue en utilisant dans leur dossier de presse un message téléphonique plein de jurons laissé par le chanteur de Limp Bizkit (qui avait tenté en vain de signer le groupe sur son label Flawless, une filiale d’Interscope). Dans ce message, transcrit par Atlantic Records, Durst dit : “Steve, c’est Fred Durst. Hé mec, tu as merdé. Tu ne mords jamais la main qui te nourrit dans ce business, mec. Et ton soit-disant manager est un putain d’idiot – un connard perdant qui ne va nulle part. Tu viens juste de choisir cette voie.”

“Je t’ai pris sous mon aile, t’ai invité chez moi, j’ai parlé de toi à la radio, dans la presse, et tu m’as embarrassé, moi et la famille Interscope. Ta relation avec Limp Bizkit n’existe plus. Ton manager utilise ce nom, il va être blackboulé et probablement effacé, et toi aussi. C’est un putain d’idiot. Tu es en train d’apprendre comment ruiner ta carrière avant même qu’elle ne commence. Bonne chance, frère. Va te faire foutre.” Bien que Durst ait largement évité le sujet de l’appel téléphonique dans la presse, Creed a saisi l’occasion de la possible vulnérabilité. Dans une autre déclaration de la direction du groupe, il est dit : “Jusqu’à présent, Creed n’a pas ressenti le besoin de se défendre contre les nombreux dérapages à l’antenne de Fred Durst, pensant que sa série continue d’opinions négatives non sollicitées finirait par ruiner toute crédibilité que sa musique géniale et son travail acharné lui avaient valu. “Ayant entendu ses récents commentaires sur Taproot et leur manager, après qu’ils aient refusé de signer sur son label Flawless/Interscope, nous pensons que Fred a épuisé sa bienvenue en tant que porte-parole de notre industrie. Les commentaires vulgaires de Fred et ses menaces violentes sont totalement indicatifs d’une mentalité de gangster dont cette industrie a essayé de se débarrasser ces dernières années. Si Fred veut représenter notre industrie en tant que vice-président principal d’une grande maison de disques, alors il devrait envisager de lire le manuel de gestion de la colère que nous lui avons envoyé ou simplement revenir à être un artiste dont la musique parle d’elle-même. Quant au défi de Scott Stapp à Fred Durst pour un match de boxe, ce défi tient toujours. Notre seule demande est que ce soit un événement payant dont les recettes seraient reversées à des œuvres caritatives. Notre intention est de prendre cette situation négative de “il a dit, elle a dit” et d’en faire une situation positive.” Durst a finalement répondu au défi, en disant : “Creed devrait comprendre l’allusion et passer plus de temps à signer des autographes plutôt qu’à parler de moi.” Il a continué : “Le match de boxe semble amusant, mais je préfère ne pas recourir à la violence, car je suis occupé avec une tournée gratuite.” Bien que le match de boxe n’ait pas encore eu lieu, les deux groupes connaissant une sorte de renaissance culturelle en 2023, il y a de nombreuses occasions de tensions renouvelées. Cela dit, deux décennies d’expérience de vie depuis ces premières piques semblent avoir donné aux deux hommes une perspective bien nécessaire. S’il devait y avoir bagarre aujourd’hui,…



Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.