Retrouve-nous

À la une

Les 10 albums de Métal les plus sous-estimés des années 2000

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Les 10 albums de métal les plus sous-estimés des années 2000

Au début du nouveau millénaire, le monde de la musique heavy était en plein bouleversement. Les groupes classiques de heavy metal traditionnel sortaient certains de leurs meilleurs albums depuis des décennies, mais beaucoup de ces disques sont passés inaperçus dans un paysage post-grunge dominé par le nü-metal et les nouveaux médias. Les temps ont changé, et une nouvelle appréciation pour le métal de qualité fait de ce moment le moment idéal pour mettre en avant une musique fantastique qui n’a pas reçu l’amour qu’elle méritait lors de sa sortie. Voici les albums de métal les plus sous-estimés des années 2000.

King Diamond – Give Me Your Soul… Please

Bien sûr, il est de nouveau en tête d’affiche des festivals en tant qu’artiste solo et avec son groupe principal, mais il ne semblait pas que quelqu’un prêtait attention lorsque King Diamond a sorti son 12ème album studio en 2007. C’est vraiment dommage, car Give Me Your Soul… Please est facilement son meilleur disque depuis l’apogée du dieu occulte du métal dans les années 1980. Rempli de morceaux puissants et d’une production qui s’intègre parfaitement aux albums plus célèbres comme Abigail et Them, ce joyau méconnu est prêt à être redécouvert.

Pantera – Reinventing The Steel

Sorti à un moment tumultueux de leur carrière légendaire, Pantera a réévalué sa formule éprouvée consistant à devenir de plus en plus lourd à chaque album (et vraiment, comment auraient-ils pu devenir plus lourds que The Great Southern Trendkill ?) avec leur neuvième et dernier album à ce jour. S’inspirant de leur passé inspiré par Judas Priest tout en prenant quelques indices boueux du sud de leurs contemporains comme Eyehategod, Reinventing The Steel est un cours magistral de heavy metal pur d’un groupe avec l’histoire et les compétences pour se montrer aussi fort qu’il le souhaite. Sorti pendant l’explosion du nü-metal, il n’a pas reçu la reconnaissance qu’il méritait légitimement.

Celtic Frost – Monotheist

Après une série d’albums transcendant les genres dans les années 1980, les légendes suisses du metal extrême Celtic Frost ont semblé anéantir leur carrière lorsqu’ils sont passés au glam complet avec l’album désastreux Cold Lake en 1988. Bien qu’ils aient essayé de redresser la barre deux ans plus tard avec l’épopée gothique Vanity/Nemesis, c’était trop peu, trop tard et le groupe est entré en hiatus pendant les 16 années suivantes. Heureusement, Tom G. Warrior et sa compagnie avaient rempli le réservoir créatif bien au-delà de la limite en 2006, lorsqu’ils ont sorti leur superbe album de retour, Monothiest. Un mariage parfait entre des paysages sonores sombres et une brutalité black metal de la première vague, le tout maintenu avec une précision magistrale, il se tient aux côtés de l’apogée du catalogue de Celtic Frost et présente certains de leurs meilleurs morceaux.

Publicité

Dio – Magica

On ne peut pas garder un homme bon en bas. Après le faux pas grunge des années 90 avec Angry Machines, Ronnie James Dio a recalibré une fois de plus son groupe solo et a pris le contrôle total de son fantastique côté. Le résultat a été Magica, un album concept multi-couches qui est le meilleur des enregistrements de la fin de carrière de Dio. Comme le maître l’a dit à propos du thème narratif : “Magica est la saga de Blessing, un monde souterrain envahi par des forces obscures qui vaporisent les gens en énergie pure et maléfique. J’ai laissé la fin ambigüe car le mal existe toujours, le bien ne triomphe pas toujours et c’est l’équilibre universel.” Cela peut sembler un peu cynique, mais après avoir survécu aux années 1990… qui pourrait blâmer le gars ?

Iron Age – The Sleeping Eye

Ils ne sont peut-être pas aussi connus que leurs progénitures, mais il est impossible de surestimer l’impact que les géants texans Iron Age ont eu sur le paysage du heavy metal moderne. Alors que leur premier album LP Constant Struggle en 2006 était un exercice phénoménal dans le culte de Cro-Mags, ce n’est qu’avec l’album de crossover The Sleeping Eye en 2009 que Iron Age a vraiment montré au monde de quoi il était capable. Un assaut incessant de crochets de guitare calculés avec expertise et de rythmes complexes délivrés avec sincérité et férocité, cela ne peut venir que d’une vie dédiée à l’underground. Comme les compatriotes Pantera l’avaient fait avant eux, Iron Age a jeté le livre des règles et redéfini ce que signifie être un groupe de heavy metal.

Gorguts – From Wisdom to Hate

Étant donné l’ubiquité actuelle du genre, il est difficile de croire que le death metal ait déjà connu une baisse de popularité. Cependant, le boom du grunge et l’avènement du nü-metal au milieu des années 90 ont coûté à Gorguts leur contrat avec Roadrunner Records après seulement deux albums. Au lieu de simplifier leur son pour un public plus large, les tyrans canadiens ont choisi de se laisser aller à leurs caprices techniques les plus profonds en 1998 avec Obscura ; un album profondément polarisant qui est maintenant considéré comme un chef-d’œuvre du tech-death mais qui était détesté par les fans à l’époque qui s’attendaient à une pure brutalité. Ils ont corrigé le tir un peu en 2001 avec From Wisdom To Hate, un album de death metal beaucoup plus traditionnel que son prédécesseur, tout en conservant une forte dose d’expérimentation jazz et de terreur atonale.

Outlaw Order – Dragging Down The Enforcer

Les voyous sludge de Louisiane, Eyehategod, sont probablement aussi connus pour leur réputation troublée que pour leur musique. Pionniers et champions d’un style de doom metal hardcore et drogué qui est devenu synonyme de la région de La Nouvelle-Orléans, la capacité du groupe à tourner était souvent limitée en raison des peines de prison des membres, des restrictions de probation ou (à l’époque meilleure) des engagements envers d’autres projets. Formé comme moyen de rester actif pendant que le batteur Jimmy Bower était occupé avec Down, Outlaw Order était composé de membres clés d’Eyehategod et de la scène sludge de La Nouvelle-Orléans qui étaient tous en probation à l’époque. Bien que n’étant pas fondamentalement différent de leur groupe principal, la musique sur Dragging Down The Enforcer fonctionne comme une inversion. Si Eyehategod ressemble à Poison Idea reprenant Saint Vitus, Outlaw Order ressemble à Saint Vitus reprenant Poison Idea.

Publicité

Insect Warfare – World Extermination

Ils n’ont peut-être qu’un seul véritable album studio à leur actif, mais personne en possession de ses facultés mentales ne considérerait Insect Warfare comme autre chose que prolifique. Ayant sorti un flot constant de EP et de splits au cours de leur carrière de treize ans, les marchands de grind de Houston ont brisé les codes en 2007 lorsqu’ils se sont lancés dans le format de l’album complet avec World Extermination. Épurés et sans prétention, les morceaux ici présents sont des explosions condensées de sauvagerie parfaitement conçues et tranchantes comme des rasoirs. Fidèles à l’underground, cet album est à juste titre considéré comme l’un des plus grands albums de grind de tous les temps par ceux qui connaissent, mais il reste largement inconnu et méconnu des générations actuelles.

Vader – Litany

Bien qu’ils ne soient pas aussi connus que leurs homologues nord-américains, les berserkers polonais de Vader sont un élément essentiel de la scène death metal mondiale. Fondé dès 1983, le groupe n’a sorti qu’une poignée de démos périodiques avant de finalement sortir son légendaire premier album complet, The Ultimate Incantation, en 1992. Alors que de nombreux groupes de metal extrême ont languis dans les changements musicaux du nouveau millénaire, Vader a sorti ce qui est probablement leur meilleur album en l’an 2000. Un déferlement de violence et de chaos qui cherche à reproduire l’atmosphère d’un champ de bataille, Litany bénéficie d’une production incisive qui met l’accent sur les basses profondes tout en conservant une clarté

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.