Retrouve-nous

À la une

Corey Glover de Living Colour parle du manque de reconnaissance des médias.

Kylian Lecore

Publié

le

Corey Glover : Vivre dans l’ombre du rock et du métal

Dans une récente interview accordée à Esquire, Lenny Kravitz, chanteur et auteur-compositeur lauréat d’un Grammy Award, s’est ouvert sur le fait d’avoir été ignoré par les médias de divertissement afro-américains. Dans cette interview, Kravitz a déclaré : “Jusqu’à ce jour, je n’ai pas été invité à un événement BET ou aux Source Awards. Et c’est comme si, voici un artiste noir qui a réintroduit de nombreuses formes d’art noir, qui a brisé des barrières – tout comme ceux qui m’ont précédé l’ont fait. C’est positif. Et ils n’ont rien à dire à ce sujet ?” À la lumière de ces commentaires, Corey Glover, le chanteur du groupe Living Colour, a publié une déclaration sur Instagram, affirmant que son groupe avait également connu des difficultés similaires.

Depuis sa formation en 1984, Living Colour est devenu une force créative passionnante, mêlant rock, métal, funk, jazz et hip-hop. Dans sa déclaration, Glover parle des expériences de Living Colour, ignoré par les médias de divertissement afro-américains, ainsi que dans le “milieu du rock”. Il exprime également qu’il y a “à peine une mention de la contribution du rock à ce qui est la musique noire moderne, sans parler des cercles du rock and roll”. Vous pouvez lire la déclaration de Glover ci-dessous.

La lutte pour la reconnaissance

“J’ai pris conscience que les gens ont répondu à la déclaration de Lenny Kravitz, selon laquelle les organisations noires de l’industrie du divertissement ne l’ont jamais vraiment sollicité. En rétorquant qu’elles ont fait des efforts pour le contacter, mais que ses ‘gens’ ont dit que M. Kravitz n’était pas intéressé. C’est faux. Je ne peux pas dire si ses ‘gens’ ont fait cette déclaration. Living Colour a toujours fait un effort conscient pour se rendre disponible sur des plateformes comme BET, The Source, etc. Notez que cela se passait simultanément pour nous dans le milieu du rock. Leur réponse était généralement que nous ne correspondions pas à leur format. Ironique, c’était la même réponse que nous avons reçue de la part des organisations du rock’n’roll / du divertissement blanc.

Publicité

Célébrer la diversité dans le domaine du divertissement ne commence pas avec le blues et ne se termine pas avec le hip-hop. Il y a eu des expressions entre les deux. George Clinton Parliament/Funkadelic, Fishbone, Tracy Chapman, Meshell Ndegeocello ; bien que quelqu’un comme Jimi Hendrix ait été brièvement accepté, l’influence du rock sur la diaspora est très rarement reconnue.

À lire aussi :  Découvrez la performance en direct de Chuck D aux côtés d’Anthrax pour « Bring The Noise » à Hollywood !

Lenny avait raison. Aucun d’entre nous n’a été récompensé, sans parler d’être reconnu pour nos réalisations. Living Colour a collaboré par le passé avec des personnalités historiques comme Little Richard et Mick Jagger. Nous avons travaillé avec la royauté du hip-hop, de Queen Latifah, Doug E Fresh, Chuck D & Flava Flav à Run DMC. Et pourtant, il y a à peine une mention de la contribution du rock à ce qui est la musique noire moderne, sans parler des cercles du rock and roll.

Nous avons constaté que la plupart des personnes de couleur ne savent pas à quel point l’influence des Noirs dans le rock’n’roll moderne est profonde et étendue, sans parler de son impact sur le R&B et le hip-hop. Ce que nous entendons, c’est ‘c’est un truc de Blancs’, alors que ce n’est pas le cas !

Il est déjà assez difficile de vivre dans des endroits où l’on s’attend à la suprématie blanche, mais pas de la part de nos propres semblables.”

~ Corey Glover / Living Colour

Publicité

Vivre dans l’ombre de la reconnaissance

Dans ce témoignage poignant, Corey Glover soulève une problématique importante dans l’industrie de la musique. Malgré les contributions significatives de Living Colour à la scène musicale, le groupe n’a pas reçu la reconnaissance qu’il méritait. Cette situation met en évidence les inégalités persistantes et les stéréotypes qui persistent dans l’industrie du divertissement.

L’importance de reconnaître les contributions du rock à la musique noire moderne ne peut être sous-estimée. Des artistes tels que Jimi Hendrix ont ouvert la voie, repoussant les limites et brisant les barrières dans un genre musical souvent associé à la musique blanche. Il est essentiel de célébrer la diversité et de reconnaître le rôle que le rock et le métal ont joué dans l’évolution de la musique noire.

Il est également important de remettre en question les stéréotypes et les préjugés qui persistent dans l’industrie du divertissement et de soutenir les artistes noirs et les groupes qui repoussent les limites et créent une musique innovante et inspirante.

En fin de compte, la reconnaissance et la visibilité sont des éléments essentiels pour permettre aux artistes de prospérer et de continuer à créer de l’art significatif. Espérons que cette prise de conscience conduira à des changements positifs dans l’industrie de la musique et à une reconnaissance accrue pour des artistes tels que Living Colour.




Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *