Retrouve-nous

À la une

Les 10 meilleurs albums de la scène Hardcore de New-York de tous les temps

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

mistress_f from rome, italy, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons

10 Meilleurs Albums Hardcore de New York (NYHC) de tous les temps

Émergente de la première vague du punk au début des années 1980, la scène hardcore de New York a émergé des bas-fonds avec une fureur juste qui façonnerait le paysage de la musique underground pour toujours. Armés de la ténacité de la classe ouvrière et de récits tumultueux de survie au milieu de la décadence urbaine, des groupes comme les Psychos, Urban Waste, Reagan Youth et Kraut ont posé les fondations d’un son et d’une esthétique qui se démarquaient de leurs contemporains dans d’autres villes. Alors que la scène se développait au fil des décennies, de nombreux groupes établis et artistes en herbe ont commencé à incorporer des éléments d’oi!, de thrash et de death metal dans leur musique. Aussi diverses que puissent avoir été leurs inspirations, la scène continuait de faire écho aux réalités de la vie à un moment et en un lieu très spécifiques. Voici les Dix Meilleurs Albums Hardcore de New York de Tous les Temps :

Merauder – Master Killer

Master Killer de Merauder est vénéré comme un archétype de la transition du hardcore new-yorkais vers le métal à part entière. Sorti en 1996, il fusionnait de manière agressive la brutalité percutante du paysage sonore de la ville avec une puissance sonique sans précédent. En canalisant la fureur à poings nus de leurs prédécesseurs aux côtés d’une bonne dose de death metal, l’album a affiné l’essence du hardcore avec un son si profond qu’il a redéfini les limites du genre. Les riffs de guitare délivraient un coup redoutable, tandis que les motifs de batterie complexes faisaient écho aux bottes de combat qui piétinaient le béton urbain. Master Killer est le témoignage d’une époque où le hardcore était une déclaration d’identité et de résistance féroce et inflexible.

Killing Time – Brightside

Après leur métamorphose depuis Raw Deal, Killing Time a déchaîné un son avec Brightside qui imprégnait le tissu rugueux du hardcore de New York et le guidait vers un royaume plus lourd. L’agression viscérale et l’intensité pure présentes dans l’hymne “No More Mr. Nice Guy” et le rythme implacable de “New Release” capturent l’essence des rues, distillée dans une expérience musicale brute et non filtrée. Le triomphe de Killing Time était double : ils ont réussi à incarner la fureur du thrash tout en évitant ses excès, livrant un album à la fois agressif, sincère et résolument authentique.

Publicité

Sheer Terror – Just Can’t Hate Enough

Sorti dans les jours sombres de 1989, Just Can’t Hate Enough de Sheer Terror est un pilier de la scène hardcore de New York qui est salué pour son intensité inégalée tant au niveau du son que du contenu. Sur le plan sonore, il dépasse le modèle typique du NYHC avec les voix de Paul Bearer oscillant entre un grognement glaçant et un hurlement lyrique, canalisant une amplitude émotionnelle unique bien au-delà des cris standard de la scène. Bearer explore les profondeurs de la misanthropie lyrique, offrant une perspective sans concession qui sert de contrepoint séduisant au message socialement chargé de la jeunesse de l’époque. Pendant ce temps, le jeu de guitare d’Alan Blake évoque un pouvoir sombre et implacable rappelant Celtic Frost et Hellhammer, donnant à l’album une densité tonale qui l’aide à se distinguer. Ce chef-d’œuvre misanthropique perdure en tant que pilier du genre, non seulement pour son agression mais aussi pour son approche pionnière de la mélodie et de l’ambiance.

Judge – Bringin’ It Down

Salué à juste titre comme une pierre angulaire du hardcore, l’album Bringin’ It Down de Judge, sorti en 1989, est né de la scène musicale agressive de New York. Les membres de Youth of Today, Mike “Judge” Ferraro et John “Porcell” Porcelly, ont donné naissance à un album qui a canonisé leur héritage straight-edge avec une touche plus lourde et métallique. Les voix graves de Ferraro associées aux riffs impitoyables de Porcelly ont forgé un son à la fois plus glacial et plus redoutable que leur travail précédent. Leurs paroles intenses et militantes sur la vie saine ont attiré un public fervent, car la maîtrise de Judge des grooves écrasants et de messages sévères sont devenus des hymnes pour tout un mouvement.

Madball – Set It Off

Au début des années 1990, la scène hardcore de New York connaissait un bouleversement sismique qui réinitialiserait sa boussole musicale. Au milieu de cette renaissance, Set It Off de Madball est apparu comme une force déterminante qui mêlait habilement les racines rugueuses du genre à un son novateur axé sur les grooves. Sa sortie en 1994 a marqué un retour à l’authenticité de la rue qui a fait écho chez les fans de tous les horizons, de l’urbain à la banlieue. L’intensité brute et le rythme implacable de l’album capturaient l’essence de la survie face à l’adversité, avec des hymnes qui portaient sur des thèmes d’unité et de persévérance. Set It Off de Madball était l’incarnation de l’esprit rugueux de New York au début de l’ère Giuliani.

Publicité

Leeway – Born To Expire

Révéré pour avoir fusionné l’intensité du hardcore punk avec la complexité du thrash metal, le chef-d’œuvre Born to Expire de Leeway en 1989 est un jalon de la scène hardcore de New York. L’album est un tourbillon de riffs monumentaux et de changements rythmiques vifs qui mettent en valeur les capacités musicales intimidantes du groupe. Avec leur touche unique de cadence hip-hop, les voix d’Eddie Sutton poussent cet enregistrement au-delà des limites du genre, tandis que la production atteint des sommets monumentaux de puissance auditive. L’art de couverture capture parfaitement l’essence inoubliable de l’album. Born to Expire est une photographie d’un moment de fusion alchimique, où la rudesse du métal rencontre la vélocité du punk.

Warzone – Don’t Forget The Struggle, Don’t Forget The Streets

Apparaissant à l’apogée de l’âge d’or du hardcore new-yorkais, l’album pivot Don’t Forget The Struggle, Don’t Forget The Streets de Warzone incarne parfaitement l’esprit brut et la détermination inflexible de l’époque. Le chanteur Raymond “Raybeez” Barbieri a insufflé à ce premier album une authenticité viscérale, sa voix étant un appel à l’unité au milieu de la culture skinhead mal comprise. Des titres comme “Crazy But Not Insane” et “As One” représentent la parfaite fusion de riffs de guitare intenses et de chants de groupe anthémiques dans des chansons à la fois agressives et accueillantes. L’album résonne avec la force de la solidarité, faisant écho à la toile vibrante et diversifiée de la scène.

Publicité

Bad Brains – Bad Brains

Le disque éponyme de Bad Brains en 1982 n’est pas seulement un pilier du hardcore de New York ; c’est une explosion de fureur créative qui transcende les origines géographiques pour devenir la base d’un genre entier. Alors que les débats font rage quant à leur inclusion dans le panthéon du NYHC, l’énergie électrique capturée dans des morceaux comme “The Regulator” a sans aucun doute contribué à définir le son et l’éthos de la scène (en plus, ils ont déménagé à New York deux ans avant la sortie de l’album, alors ne nous attardons pas sur les détails sémantiques). Bad Brains a introduit un rythme distinctif dans le punk rock qui n’avait pas d’égal, combinant les voix acrobatiques de H.R. avec des riffs déchaînés pour créer un album plus frénétique et vivant que toute autre sortie contemporaine. Leur musique était l’incarnation auditive des valeurs du hardcore : rapide, fort et authentique sans équivoque.

Agnostic Front – Victim In Pain

Sorti en 1984, “Victim In Pain” d’Agnostic Front a redéfini le paysage de la musique underground avec sa brutalité sonique impitoyable et sa sensibilité de la rue. En tant que pionnier du hardcore à New York, le groupe a insufflé une intensité brute dans le tempo punk vif qui prévalait à D.C. et en Californie. Leur musique, imprégnée d’une tonalité plus sombre et plus lourde, contrastait nettement avec leurs pairs dans d’autres villes, mais c’était les paroles ancrées de Roger Miret et sa livraison fervente qui ont vraiment façonné le tranchant et le cœur du genre. L’aura quasi-manifeste de l’album et la vision de l’unité sont devenues l’éthique du hardcore new-yorkais, établissant son statut légendaire.

Cro-Mags – The Age Of Quarrel

Un véritable tour de force musical, “The Age Of Quarrel” des Cro-Mags capture parfaitement l’essence brute des rues dont il est issu. Il est un instantané d’une éruption culturelle, mêlant des riffs de guitare incisifs à une intensité qui crépitait avec l’énergie unique de l’époque. L’album a établi un précédent en tant que prototype du thrash crossover, repoussant les limites avec son mélange de punk hardcore et de thrash metal. Avec chaque note furieuse et chaque parole agressivement franche, “The Age Of Quarrel” est devenu un emblème de rage pure et de sonorité novatrice qui a créé un nouveau genre, laissant une empreinte indélébile dans l’histoire en cours de route.

Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *