Retrouve-nous

À la une

Le groupe viral de Black Metal qui prétendait être originaire de Chine

Kylian Lecore

Publié

le

Le mystère du black metal : entre authenticité et illusion

Le black metal prospère sous un voile d’obscurité. Enveloppé dans l’énigme des noms de scène, des masques et du maquillage funèbre, le genre se délecte de sa façade clandestine, comme s’il s’agissait d’un manteau d’obscurité cousu des fils du mystère. Certains groupes s’enfoncent encore plus dans l’illusion, abandonnant la réalité elle-même pour tisser des mythologies élaborées et des histoires fictives. Bien que cette mascarade ne soit pas exclusive au black metal, c’est un paradoxe intéressant étant donné la vénération du mouvement pour l’authenticité.

Ghost Bath : le groupe de black metal viral qui prétendait être chinois

Émergeant de ce labyrinthe énigmatique, Ghost Bath est un groupe qui imite un Deafheaven de seconde zone, manquant de talent d’écriture pour captiver leur fanbase sans recourir à une ruse élaborée qui frôle le mensonge pur et simple. Utilisant une esthétique si imprégnée de la culture chinoise que les fans, la presse musicale et même les personnes qui éditent leurs disques ont cru qu’ils venaient de Chongqing, leur premier album, “Funeral”, a été publié sur le label chinois Pest Productions en 2014.

Passant de Pest Productions à Northern Silence Productions, un label allemand, Ghost Bath a sorti leur deuxième album, “Moonlover”, acclamé par la critique en 2015. Cependant, une grande partie de la célébration fut de courte durée, car il est rapidement apparu que le groupe était en réalité un groupe d’Américains blancs originaires du Dakota du Nord. On pourrait arguer qu’il s’agit d’un cas classique d’un groupe qui trompe ses fans, tout comme Velvet Cacoon, un duo de black metal psychédélique qui a entraîné ses fans dans une chasse au trésor pendant des années avec des histoires de folie, d’écoterrorisme et d’albums qui n’existent pas, avant d’avouer leur tromperie.

Publicité

L’exploitation de l’industrie et de la fanbase

Cependant, l’histoire de Ghost Bath diverge du scénario habituel en ce sens que leur fabrication était moins une plaisanterie et plus une exploitation d’une industrie et d’une fanbase qui valorisent la nouveauté et l’exotisme. En examinant attentivement cette histoire, on se rend compte qu’il ne s’agit pas tant d’un acte de tromperie malveillante que d’un reflet de notre échec collectif à remettre en question et à vérifier le récit qui nous est présenté.

Les mots de Denis Mikula, l’homme derrière Ghost Bath, lors d’une conversation avec Kim Kelly de Vice, offrent un aperçu de la mentalité d’un musicien utilisant la tromperie comme outil artistique. Cependant, bien que le groupe ait peut-être voulu rester anonyme et se connecter avec tous les êtres humains sur un plan basique, on ne peut pas ignorer le fait qu’ils ont essentiellement menti sur leurs origines.

Quoi qu’il en soit, l’histoire de Ghost Bath est un rappel des risques du fétichisme envers les groupes ethniques et des conséquences potentielles d’un échec à authentifier le récit d’un groupe. Quelle que soit la controverse, Ghost Bath a continué à avoir une carrière réussie. Ils ont signé avec Nuclear Blast, l’un des labels de metal les plus influents au monde, et ont sorti deux albums depuis l’affaire “Moonlover”. Cependant, leur héritage sera à jamais entaché par leur tromperie initiale. Alors que la poussière retombe, une question hante l’esprit : Ghost Bath aurait-il suscité le même niveau d’attention sans le gimmick chinois ? Nuclear Blast aurait-il manifesté de l’intérêt ? Leur musique aurait-elle été reçue de la même manière ? Les réponses restent insaisissables. Alors que la saga de Ghost Bath se dévoile, elle sert de rappel frappant de la frontière ténue entre la création d’une personnalité captivante et l’aventure dans le domaine de la tromperie.

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *