Retrouve-nous

À la une

Lars Ulrich sur le retour de James Hetfield en cure de désintoxication en 2019 : Le groupe et moi “devions lui accorder l’espace dont il avait besoin”

Kylian Lecore

Publié

le

James Hetfield et sa lutte contre l’addiction

En 2019, James Hetfield, le chanteur du groupe de thrash metal Metallica basé à Los Angeles, en Californie, a décidé de se rendre en cure de désintoxication. Hetfield a déjà lutté contre l’addiction par le passé et s’était déjà rendu en cure en 2001.

Plus récemment, dans une conversation avec le fanzine Metallica So What! plus tôt cette année, le frontman a réfléchi sur sa récente visite en cure et a parlé de son état d’esprit en mars 2020. Parmi les commentaires qu’il a partagés, Hetfield a déclaré :

“Les sentiments de 2020, au début du printemps 2020… pour moi, il y a eu une renaissance, en réalisant que ma vie avait besoin d’aide. Partir en cure, mettre un terme à certaines choses pour des raisons de santé personnelle, de santé mentale, vous savez ?”

La réaction de Lars Ulrich face à la visite de Hetfield en cure

Plus récemment, dans une conversation séparée avec So What!, le batteur de Metallica, Lars Ulrich, a été interrogé sur la visite de Hetfield en cure en 2019. On lui a demandé comment l’entrée de Hetfield en cure avait impacté la création du dernier album du groupe et s’il avait craint à l’époque que “le groupe ne s’en sorte pas”.

En réponse, Ulrich déclare : “Cela relève des questions du type “et si”, et je ne suis jamais partisan de ce genre de question. “Et si cela s’était passé différemment ?” Eh bien, ça ne s’est pas passé ainsi. Nous avons avancé avec la situation dans laquelle nous nous trouvions”.

Publicité

Face à l’insistance de l’intervieweur sur le sujet, Ulrich donne une réponse plus détaillée sur la manière dont lui et les autres membres de Metallica ont réagi à l’entrée de Hetfield en cure et sur la façon dont le groupe a navigué dans sa carrière pendant la période de COVID-19 et de confinement. Selon Ulrich :

À lire aussi :  Rex Brown ouvert à faire de la nouvelle musique avec Pantera : "Je pourrais vous en dire plus mais je ne le ferai pas."

“Lorsque vous traversez un processus, il y a deux phases. Il y a “traverser et avancer” et puis il y a “s’asseoir et en parler deux ou trois ans plus tard” et essayer de voir comment vous allez le présenter. Ce sont deux choses différentes, donc pour revivre chaque émotion ou chaque haut et bas qui vous sont arrivés à tel ou tel moment, je ne sais pas si j’ai suffisamment de souvenirs précis.

“Ce que James a traversé à la fin de 2019 et en 2020 était quelque chose qui nous a vraiment donné l’impression, à moi et aux autres gars du groupe, que nous devions lui donner l’espace dont il avait besoin, que nous devions vraiment prendre du recul et suspendre tout ce qui était sur la table. Nous devions le faire pour notre ami, notre camarade de groupe et notre partenaire. Puis, lentement, les pièces ont commencé à se remettre en place au printemps 2020, et ensuite tout a été bouleversé par les événements horribles du Covid et du confinement. Donc, alors que nous accordions le temps nécessaire aux dynamiques internes du groupe, nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait pas besoin de se précipiter. Et en même temps, comme je l’ai dit précédemment, nous cherchions à comprendre : comment Metallica peut-il faire la différence, comment la musique peut-elle faire la différence, que pouvons-nous faire ?

“Je n’arrive toujours pas à me défaire de l’analogie que j’ai déjà utilisée un million de fois : vous essayez de garder le train sur les rails. Vous ne voulez pas forcément lui donner une direction à 100 %, mais vous voulez éviter que le train déraille. Et quand je repense à 2020, c’est un peu l’aperçu que j’ai. Évidemment, il y a eu quelques choses. Il y a eu le concert au cinéma en plein air, et à chaque fois que nous nous retrouvions, à chaque fois que nous faisions des appels Zoom ou autre, nous commencions à comprendre dans quel état d’esprit chacun se trouvait et ce que chacun était capable et prêt à faire. Aussi, où étaient les limites alors que nous essayions de faire avancer les choses.

À lire aussi :  Robert Trujillo aimerait ressusciter son ancien groupe Mass Mental

“Mais rien de radicalement différent des autres moments où nous avons été mis au défi dans le passé, donc il y a une partie de moi qui, en quelque sorte… on retrousse ses manches. On veut revenir et s’impliquer. On accepte les paramètres qui sont imposés et on essaie de progresser à l’intérieur de ceux-ci. Trois ans plus tard, nous avons cet incroyable album. C’est difficile de croire que ce qui se trouve dans cet album – l’énergie, les paroles, les thèmes, la production, tout ça – n’est pas en quelque sorte lié aux défis auxquels nous avons été confrontés.”

Publicité





Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Hard Rock Mag