Retrouve-nous

À la une

L’album de Metal de 1998 tellement extrême qu’il était presque injouable

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Meshuggah
Jonas Rogowski, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Le classique album de metal de 1998 qui était si extrême qu’il était presque impossible à jouer

L’album “Chaosphere” de Meshuggah, sorti en 1998, est un monument dans le monde du metal, connu pour son approche révolutionnaire et son immense influence sur le genre.

Ce groupe suédois, déjà connu pour sa maîtrise technique, a pris une décision audacieuse avec “Chaosphere”, repoussant les limites du metal vers de nouvelles extrêmes.

Une approche rythmique novatrice

L’approche de Meshuggah en matière de rythme, en particulier, distingue “Chaosphere” de ses contemporains. Le groupe entrelace habilement des polyrythmies et des signatures rythmiques non conventionnelles, créant un son qui est non seulement lourd, mais aussi intellectuellement stimulant. Cette complexité rythmique est devenue une caractéristique déterminante de l’album et une influence significative pour les futurs groupes de metal.

Un changement stylistique marqué

“Chaosphere” a également marqué un léger changement stylistique pour Meshuggah. L’album s’éloigne de certains de leurs éléments précédents, adoptant une tonalité plus nerveuse et agressive. Le batteur de Meshuggah, Tomas Haake, a récemment confirmé que c’était l’intention du groupe:

Publicité

“Mais nous avons également eu une discussion spécifique et l’intention était définitivement d’avoir quelque chose de plus frénétique et un peu plus extrême que Destroy Erase Improve et c’est ainsi que nous avons abordé le processus de cet album.”

Ce changement de style a influencé toute une scène de groupes de metal, les encourageant à explorer des territoires musicaux plus extrêmes et complexes. Ironiquement, cependant, Meshuggah s’est tellement poussé à l’extrême techniquement sur l’album qu’ils ont du mal à jouer les chansons en live maintenant. Selon Haake:

“C’est comme si nous ne l’avions plus dans nos corps. En tant que batteur, je ne peux plus jouer beaucoup de ces choses. C’est juste trop. (rires) C’est trop frénétique et trop technique à bien des égards et avec nos corps qui vieillissent, ce n’est pas toujours facile de revenir en arrière et de jouer des choses avec lesquelles on a perdu contact, pour ainsi dire.

Je veux dire que ce n’est pas que nous jouons un style de musique complètement différent aujourd’hui, mais nous nous sommes certainement calmés et les choses que nous jouons dans la veine de cet album sont toujours beaucoup plus jouables, pour ainsi dire. C’est un peu plus facile à appréhender.”

“Chaosphere” de Meshuggah n’est pas seulement le témoignage de l’esprit novateur du groupe, mais aussi une étape importante dans l’évolution de la musique metal. Son héritage continue de se faire sentir dans la scène metal, inspirant de nouvelles générations de musiciens à repousser les limites de ce qui est possible dans le genre.

À lire aussi :  Wolfgang Van Halen révèle s'endormir en écoutant Meshuggah : une alliance inattendue entre deux géants du Rock & Métal !

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.