Retrouve-nous

À la une

L’album de la fin de carrière qui a relancé un groupe de Metal légendaire

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Le nouvel album en fin de carrière qui a relancé un groupe de métal légendaire

La triste réalité est que la plupart des fans de metal ne sont pas intéressés par les nouveaux albums des groupes classiques. Avec le temps qui passe et le vieillissement de tous, un sentiment non-dit commence à s’installer. Il y a cette idée que nos meilleurs jours, nos jours les plus créatifs, sont derrière nous ; et cela s’applique également aux groupes que nous avons adorés dans notre jeunesse.

Alors que beaucoup se réjouissaient du retour de Rob Halford dans le groupe Judas Priest avec “Angel Of Retribution” en 2005, les sentiments positifs n’étaient pas partagés par tous. Certains fans de metal estimaient que l’approche symphonique de “Nostradamus” en 2008 ne collait pas vraiment avec l’image du groupe. Le départ du guitariste fondateur K.K. Downing en 2011 a remis en question l’avenir même du groupe.

Un nouvel espoir avec “Firepower”

Avec la sortie de “Redeemer Of Souls” en 2014, le groupe retrouvait une certaine stabilité, mais l’album avait plus l’air d’un album de fin de carrière acceptable que d’une entrée révolutionnaire dans un répertoire légendaire. Judas Priest était devenu un groupe de nostalgie respectable et cela convenait à certains, mais les fans les plus fervents se demandaient si les Metal Gods n’étaient pas en train de se reposer sur leurs lauriers passés.

Puis est arrivé “Firepower”…

Produit par les légendes récompensées Tom Allom et Andy Sneap, le groupe a réussi à créer certains de ses morceaux les plus lourds et les plus puissants à ce jour sur ces 14 pistes.

Publicité

Les chansons alternent entre des rythmes mid-tempo avec des accroches incroyablement entraînantes, des lamentations inspirées par le doom et des explosions frénétiques jouées avec une passion inégalée depuis “Painkiller”.

À bien des égards, Halford n’a jamais été aussi convaincant, car ses modulations vocales rythmiques transforment magiquement les moments plus lents en accroches mémorables.

En 2003, Rob Halford a réfléchi sur l’album dans une interview avec Mark Strigl d’Ozzy’s Boneyard, déclarant notamment : “Cet album ‘Firepower’ était un véritable effort de notre part pour faire une petite rétrospective et renforcer tout ce que nous aimons chez Priest depuis le début.

À lire aussi :  AC/DC ouvre son propre bar clandestin

“Cela ne signifie pas que nous avons dit : ‘D’accord, prenons un peu de l’ambiance de ‘Rocka Rolla’ ici.’ Et ensuite : ‘Que diriez-vous de ‘Sad Wings Of Destiny’ ?’ Et ‘N’oublions pas ‘Point Of Entry’.’ Ce n’était rien de tout ça. C’était vraiment cette idée générale de tout ce que nous avons accompli dans le metal, et de l’utiliser en arrière-plan tout au long des chansons. Et je veux dire que cela a rendu les choses un peu plus faciles. Et ce que je veux dire par là, c’est que lorsque vous avez un objectif, une direction et un modèle sur lesquels travailler, vous pouvez continuer à y revenir et vous dire : ‘D’accord, c’est là que nous mettons l’accent sur les idées et la créativité’, et ainsi de suite.

“C’est ainsi que ‘Firepower’ a pris forme. Cet album, pour moi, en tant que fan de Priest, est aussi important que, disons, ‘Painkiller’ pour réaffirmer ce groupe, et aussi important que ‘British Steel’ pour réaffirmer ce groupe. Et ce que je veux dire par réaffirmation, c’est que c’est comme une équipe de football ou de basket-ball.

Publicité

“Cette équipe a toujours été là, mais vous apportez ces idées, vous apportez ces mouvements, et puis vous vous dites : ‘Oui, ce sont ces choses qui font la grandeur de ce groupe.’ ‘Ce sont ces choses qui font la grandeur de cette équipe.’ Et comme je réfléchis trop à tout, c’était ma philosophie de pensée derrière ‘Firepower’. Donc, vous avez cela à l’esprit lorsque vous essayez d’écrire cet album actuel. Et cela peut être un jeu mental.”

Peut-être que Josh Gray de Clash a le mieux résumé dans sa critique de l’album : “… autant que je sache, Judas Priest s’est réveillé un matin et s’est soudain souvenu comment être le plus grand groupe de heavy metal de la planète.

“Bien qu’il soit encore trop tôt pour parler de ce disque comme l’un de leurs meilleurs, je ne doute pas que ‘Firepower’ pourrait passer à travers un trou de ver dans le temps et se trouver face à face avec ‘British Steel’ et ‘Screaming For Vengeance’ sans ressentir de honte.”





Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.