Retrouve-nous

À la une

La collaboration éphémère de 1994 qui a donné naissance à un chef-d’œuvre du metal industriel

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

La collaboration éphémère de 1994 qui a donné naissance à un chef-d’œuvre du metal industriel

En 1994, une année marquée par les échos du coup de fusil de Kurt Cobain et le démantèlement subséquent du grunge, émergea une force qui non seulement ébranlerait les fondements de la scène métal underground, mais graverait également son nom dans les annales de l’histoire du métal industriel.

Nailbomb, une collaboration brève mais puissante entre Max Cavalera, alors chanteur de Sepultura, et Alex Newport, cerveau derrière Fudge Tunnel, s’est concrétisée en un projet qui défiait les conventions, laissant derrière lui un album unique en son genre – “Point Blank”.

Une rencontre inattendue

“Nous nous sommes rencontrés lorsque Fudge Tunnel a assuré la première partie de Sepultura lors de l’une de nos tournées en Europe”, a déclaré Max à Metal Hammer. “J’étais déjà fan de ce qu’Alex faisait avec Fudge Tunnel, et quand j’ai découvert qu’il vivait à Phoenix – où je vis – il nous a semblé naturel de nous réunir pour jouer de la musique et écrire des chansons.”

Le projet a pris une tournure plus significative lorsque la femme et manager de Max, Gloria, est entrée en jeu. Max reconnaît son rôle inattendu, affirmant : “Je ne pensais pas que Gloria s’intéresserait à ce que nous faisions, mais c’est elle qui nous a poussés, Alex et moi, à enregistrer un album et à obtenir un contrat avec Roadrunner. Je maintiens toujours que Gloria était le cerveau derrière ce que nous avons fait à l’époque.”

Publicité

Une fusion de styles uniques

Les sessions en studio, alimentées par un mélange d’excitation et de méthodes non conventionnelles, ont illustré la dichotomie entre les deux musiciens. Tandis qu’Alex endossait le rôle de technicien du son et de producteur, Max, selon ses propres termes, avouait “foutre le bordel et se saouler”. Cette approche peu orthodoxe a donné naissance au son distinctif pour lequel Nailbomb serait connu – une fusion de métal, de hardcore et de musique industrielle brutale.

Influencé par des groupes tels que Ministry et Godflesh, l’approche unique de Nailbomb en matière de musique était un mélange de styles. Les racines hardcore de Max, puisant leur inspiration dans des groupes comme Discharge, se heurtaient à l’inclination d’Alex pour les samples et un son plus industriel. Le compromis était évident dans leur premier album, “Point Blank”, où ils ont fait appel aux talents du frère de Max, Iggor Cavalera, d’Andreas Kisser, de Dino Cazares et de Ritchie Bujnowski pour atteindre un équilibre entre l’aspect brut et vivant et l’aspect industriel.

Une carrière éphémère

Véritable reflet de leurs méthodes d’enregistrement peu conventionnelles, l’idée d’Alex pour le refrain de “Sum Of Your Achievements” impliquait que Max enregistre ses voix par téléphone depuis le Pays de Galles jusqu’à Phoenix alors qu’il était en tournée avec Sepultura. Réfléchissant à cette approche unique, Max a plaisanté en disant : “Je hurlais à travers le téléphone, pendant que toutes ces personnes ‘normales’, comme des chefs, passaient à côté. Je ne sais pas ce qu’ils pensaient de moi.”

À lire aussi :  ‘J'adore la vitesse’ : Pete Sandoval et l'évolution du blast beat

Sorti début 1994, “Point Blank” était une explosion sonore de colère désaccordée qui défiait les normes commerciales. Malgré les préoccupations concernant la pochette provocatrice mettant en scène une paysanne d’Asie du Sud-Est avec un pistolet pressé contre sa tempe, l’album a enchanté Roadrunner Records. Le souvenir de Max de cette période confirme : “Malgré le fait que ce que nous faisions n’était pas commercial, Roadrunner ne s’est jamais immiscé. Au contraire, ils nous ont laissé faire.”

Un héritage durable

Fidèles à leur nature, Nailbomb n’était pas destiné à être une entité durable. Max et Alex envisageaient “Point Blank” comme un projet ponctuel, une déclaration sonore brutale qui ponctuerait leur incursion non conventionnelle dans l’industrie musicale.

Publicité

Cependant, le destin en a décidé autrement. Le duo a reçu une offre qu’il ne pouvait pas refuser – une chance de se produire au Dynamo Festival à Eindhoven, aux Pays-Bas, en juin 1995. Avec plus de 100 000 spectateurs, l’événement n’était pas seulement un concert, mais aussi un spectacle extraordinaire. La programmation prestigieuse comprenait Evan Seinfeld, Dave Edwardson, DH Peligro, Rhys Fulber, et d’autres. L’album live qui en a résulté, “Proud To Commit Commercial Suicide”, et un DVD, “Live At The Dynamo”, ont capturé l’essence de la performance unique en son genre de Nailbomb. “La chose étrange, c’est que nous ne savions pas à l’époque que quelqu’un enregistrait ou filmait le spectacle”, se souvient Cavalera. “Je ne me souviens même pas avoir vu des caméras à un moment donné !”

Sorti en octobre 1995, “Proud To Commit Commercial Suicide” a marqué la fin de la carrière fulgurante de Nailbomb à peine 18 mois après sa création. Malgré des offres lucratives pour se reformer, Max et Alex ont résisté à la tentation. Cependant, l’esprit de Nailbomb a connu un regain inattendu en 2017 lorsque le groupe de longue date de Max, Soulfly, s’est lancé dans une tournée où il a joué l’intégralité de “Point Blank”. Le fils de Max, Igor Jr., a pris la place de Newport, insufflant une nouvelle vie au chef-d’œuvre industriel de Nailbomb.

Aujourd’hui, “Point Blank” est un témoignage d’un projet qui a transcendé son existence éphémère. “Je suis vraiment surpris de voir à quel point Nailbomb est resté important pour beaucoup de gens”, réfléchit Cavalera. “En fait, je dirais que, d’une certaine manière, il est même plus grand que jamais. Nous avions beaucoup à dire et nous étions déterminés à choquer les gens.”

Nailbomb, avec son parcours éphémère mais marquant, continue de résonner à travers les années – un chef-d’œuvre du métal industriel qui a laissé une empreinte indélébile sur un genre en perpétuelle évolution.





Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.