Retrouve-nous

À la une

Comment une icône féministe a réinterprété l’un des hymnes les plus brutaux du Metal

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Comment un icône féministe a réutilisé l’un des hymnes les plus brutaux du Metal

En 2001, Tori Amos s’est penchée sur les tréfonds les plus sombres du metal pour en extraire l’hymne emblématique de Slayer, “Raining Blood”, et lui donner une nouvelle forme encore plus glaçante. Cette interprétation audacieuse, qui figurait sur son album Strange Little Girls, a pris l’un des thrash les plus brutaux jamais créés et l’a transformé en une ballade au piano engagée socialement.

Un choix surprenant

À première vue, l’idée d’une icône féministe reprenant l’un des groupes de metal les plus notoires de tous les temps peut sembler presque comique. Mais en y regardant de plus près, on trouve un fil conducteur commun – une puissance inexplicable et brute qui a laissé une profonde empreinte sur leurs fans respectifs.

Dans un article de 2008 du Guardian, Slayer est arrivé en tête de la liste des musiciens ayant les fans les plus dévoués et les moins rationnels, suivi de près par Tori Amos.

Un message fort

Tori Amos a toujours été prête à explorer l’inconfortable. Elle a donc enveloppé l’hymne de Slayer de son propre style envoûtant – une démarche qui ferait même hésiter les headbangers les plus hardcore.

Pour Amos, la chanson était un message – un cri de ralliement pour la libération des femmes et la justice sociale dans les jours qui ont suivi le 11 septembre. Face à l’oppression généralisée et à la destruction des statues religieuses en Afghanistan, elle a trouvé l’inspiration.

Publicité

“Tout a commencé lorsque le bassiste de Beck, Justin Meldal-Johnsen, m’a suggéré de reprendre ‘Raining Blood’ de Slayer”, a-t-elle déclaré dans une interview pour Spin. “Je lisais ce qui se passait en Afghanistan – la manière dont les femmes étaient opprimées, la destruction des statues religieuses. Et quand j’ai entendu cette chanson, j’ai simplement imaginé un énorme vagin juteux sortant du ciel, faisant pleuvoir du sang sur tous ces connards racistes et misogynes.”

À lire aussi :  Tobias Forge de Ghost parle de l'échec de son groupe de Death Metal à percer : "Ça m'a brisé le cœur"

Dans ses mains, “Raining Blood” n’était pas seulement une chanson ; c’était une arme, un outil, un miroir tendu à la société, reflétant ses réalités les plus dures. C’était un hymne qui transcendait les limites du genre, comblant le fossé entre le thrash frénétique de Slayer et les ballades introspectives d’Amos dans une démonstration imposante de génie artistique.

Après tout, n’est-ce pas là l’essence de la musique – abattre les barrières et révéler l’expérience humaine universelle qui se cache en dessous ?

Dans les royaumes distinctifs du thrash transgressif de Slayer et des ballades conscientes d’Amos, nous trouvons une pulsation commune – un battement de cœur partagé qui résonne avec le pouvoir de bouger, de provoquer et, surtout, d’inciter au changement.





Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.