Retrouve-nous

News

Kerry King pense que c’est le pire album de Slayer, mais il a tort.

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Kerry King pense que c’est le pire album de Slayer, mais il se trompe

Regardez, Slayer aurait facilement pu poursuivre sa carrière de plusieurs décennies en recyclant exactement le même album encore et encore. Les fans inconditionnels s’en seraient-ils souciés ? Probablement pas. Peut-être que c’est ce que la majorité aurait voulu de toute façon.

Mais les seigneurs du thrash de Los Angeles, en Californie, ont pris quelques risques créatifs tout au long de leur carrière. Le plus évident étant South Of Heaven. Le groupe a ralenti, non pas en termes de férocité mais de tempo, en adoptant beaucoup plus de grooves à mi-temps à la place de leur rythme de thrash effréné et impitoyable déjà signature.

Le virage du nu-metal

Mais maintenant, nous avançons rapidement vers la fin des années 90, une époque en particulier qui a été difficile pour de nombreux groupes de metal qui cherchaient leur identité, y compris les dieux du thrash. Slayer s’est réveillé un jour pour se retrouver dans un tout nouveau monde où les riffs de thrash étaient rejetés et les grooves rebondissants étaient adoptés.

Alors qu’ont-ils fait ? Slayer s’est engagé dans le son de l’époque avec Diabolus In Musica. L’influence du nu-metal est assez claire. Tom Araya lâche quelques chants chuchotés à la Chino Moreno tandis que le groupe fait de son mieux pour groover. Cela finit par sonner à mi-chemin entre Slayer, Sepultura, Deftones et Hatebreed, un son extrêmement éloigné des classiques de Slayer, et un peu trop décalé pour de nombreux fans inconditionnels.

Kerry King admet ses erreurs

S’exprimant dans l’émission “Metal Evolution” des années plus tard, le guitariste de Slayer, Kerry King lui-même, a déclaré : “C’est le seul album auquel je n’ai vraiment pas prêté assez d’attention parce que j’étais vraiment amer à propos du genre de musique qui était populaire. Je pensais que c’était des trucs de fraternité… et peut-être que c’est pour ça que c’était populaire. Diabolus n’a pas attiré autant mon attention parce que nous n’étions pas concentrés.”

Publicité

Et enfin, dans un documentaire de VH1, King a réitéré le sentiment selon lequel Slayer avait du mal à trouver sa place dans le zeitgeist du metal à l’époque de l’essor du nu-metal : “En regardant en arrière, nous disions simplement : ‘ok, comment est-ce que nous faisons en sorte que Slayer s’intègre dans la société d’aujourd’hui ?’ Mais, c’est probablement mon album préféré de notre histoire. C’est notre Turbo [rires].”

À lire aussi :  Kerry King explique pourquoi il a engagé Phil Demmel au lieu de Gary Holt pour son groupe solo

Mais voici le truc, avec plus de 20 ans de recul pour réfléchir et réécouter avec des oreilles neuves, ce n’est pas un mauvais album. Bien au contraire. Et honnêtement, il y a des tubes ici :

Il y a beaucoup de bons riffs et de bonnes chansons sur l’album. Alors peut-être que c’était tout simplement un peu trop déroutant sur le plan sonore à l’époque et que cela a influencé la perception de la qualité. Et pour ne pas transformer cela en un article de diffamation contre Machine Head The Burning Red, si nous sommes honnêtes, c’était l’exemple parfait d’un groupe énorme qui se laissait trop emporter par la tendance du moment, perdant ainsi presque totalement son identité.

En écoutant cet album en comparaison avec Diabolus, il devient assez évident que l’influence du nu-metal sur Slayer sur cet album n’était pas si profonde.

Des années plus tard, on ne peut s’empêcher de penser que Slayer était simplement un peu en avance. Tous les éléments des années 90 se sont réunis de telle manière qu’il n’est pas totalement inconcevable d’entendre un groove nu-metal dans une chanson de thrash crossover. Les groupes de hardcore se sont largement inspirés du nu-metal dans l’évolution du genre jusqu’à son état actuel, ce qui rend Diabolus plus prophétique que ce que personne dans le groupe ne pensait. Certainement mérite une réécoute. Donc en conclusion, il n’y a pas d’albums “mauvais” de Slayer. Tous hail Slayer.

Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag