Retrouve-nous

À la une

Geddy Lee dévoile les “années cocaïne” de Rush: “La coke était partout”

Kylian Lecore

Publié

le

Geddy Lee dévoile des aspects intrigants de sa vie avec Rush dans son autobiographie

Près de cinq décennies après le premier album de Rush, la nouvelle autobiographie de Geddy Lee intitulée “My Effin’ Life” et son interview avec le podcast Rolling Stone Music Now révèlent des aspects intrigants de sa vie avec le groupe.

Des expériences hallucinantes et la gestion de la célébrité et de la consommation de substances

Lee, le charismatique chanteur, bassiste et claviériste de Rush, aux côtés du guitariste Alex Lifeson et du regretté batteur Neil Peart, partage des informations sur leurs expériences, des hallucinations induites par l’huile de haschich lors de l’enregistrement de l’album “Caress of Steel” en 1975 à la gestion de la célébrité et de la consommation de substances.

Dans “Caress of Steel”, Lee se souvient que le groupe était tellement sous l’influence de l’huile de haschich qu’ils percevaient de la réverbération dans la musique qui n’était en réalité pas présente. Cette expérience, note-t-il, était une mise en garde contre les risques de la consommation de drogues lorsqu’on travaille sur de la musique sérieuse. Il décrit également un incident déconcertant où ils ont joué un concert sous l’effet de l’acide, qu’il considère comme l’une de ses pires expériences, lui enseignant ainsi de ne jamais mélanger une performance sérieuse avec la consommation de substances.

Les années de la cocaïne et la prise de conscience

Les années soixante-dix et quatre-vingt ont marqué la brève rencontre de Lee avec la cocaïne, une période qu’il appelle les “années de la cocaïne”. C’était la seule période où la consommation de substances a croisé les performances de Rush. Lee parle franchement de la prévalence de la cocaïne à cette époque, notant sa nature insidieuse et son impact sur toute l’équipe. Il attribue à son éducation sa prise de conscience de la nécessité d’arrêter la consommation de cocaïne.

À lire aussi :  Tommy Thayer parle de ses projets après la tournée d’adieu de Kiss !

“Par exemple, pendant le solo de batterie, vous prenez une ligne. Je ne prenais vraiment pas de coke avant un concert car je pouvais le sentir dans ma gorge, et cela était difficile pour ma voix”, a déclaré Lee. “Occasionnellement, peut-être après les balances, vous pouviez en prendre un peu et continuer votre journée, mais c’était surtout vers la fin de la soirée, lorsque vous aviez l’impression d’avoir mérité une récompense [rires], que vous vous défonciez.

Publicité

Mais c’est une drogue insidieuse, qui se répand rapidement et silencieusement dans toute une équipe, dans toute une organisation. C’était très dangereux, et il m’a fallu du temps avant de réaliser le piège dans lequel je m’étais glissé. Heureusement, ma mère m’a bien élevé. Je me suis rendu compte que je me comportais comme un chien perdant. Je devais arrêter.”

Par ailleurs, Lee a également parlé à Toronto Life de sa consommation de drogues. Interrogé sur les drogues qu’il prenait, il déclare :

“Tu veux dire, quelles drogues prenions-nous ? Honnêtement, c’était étrange de vivre dans un bus. Nous avons joué une fois dans 23 villes en 23 nuits. À ce moment-là, nous prenions beaucoup de cocaïne pour maintenir l’énergie. En termes de soirées folles, quand un groupe reste dans une ville pendant deux jours, tu peux être sûr qu’il y aura une quantité intense de boissons alcoolisées.

Quand nous faisions la première partie de groupes plus importants, les gens n’arrêtaient pas de se lancer de la bière et de se mettre des tartes dans le visage. Une fois, nous avons mis une tarte dans le visage de Kiss et ils ont fait la même chose avec nous. L’hôtel dans lequel nous séjournions était complètement dévasté. Quelqu’un a pris une énorme plante en pot et l’a jetée par-dessus le balcon. Il aurait pu tuer quelqu’un ! Mais c’est ce que nous étions censés faire, je suppose.”





Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.