Retrouve-nous

À la une

Comment une collaboration précoce de heavy metal est devenue un succès majeur au Royaume-Uni

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Girlschool_band_2009.jpg: Edward Burkederivative work: Lewismaster, CC BY-SA 2.0 , via Wikimedia Commons Photograph by Rama, Wikimedia Commons, Cc-by-sa-2.0-fr, CC BY-SA 2.0 FR , via Wikimedia Commons

Comment une collaboration précoce dans le heavy metal est devenue un grand succès au Royaume-Uni

Les scènes musicales sont à la fois des laboratoires et des écosystèmes. Bien qu’il puisse sembler à l’extérieur que les fans assistent à une fête sans fin et insouciante, la réalité est que les groupes sont souvent en constante évolution en raison de leur proximité les uns avec les autres. Maintenir un calendrier constant de tournées et d’enregistrements est un travail difficile et solitaire, mais l’admiration empathique et la camaraderie entre musiciens dans ce monde insulaire peuvent se révéler être un terreau fertile pour la créativité.

Les collaborations sont des manifestations d’un profond respect mutuel entre pairs. Bien qu’elles soient devenues plus courantes ces dernières années, cette pratique est presque aussi vieille que le genre lui-même. Bien qu’elle ne soit pas très souvent évoquée dans les conversations contemporaines, lorsque les grands britanniques Motörhead et Girlschool ont uni leurs forces sous la bannière de Headgirl en 1981, cela a donné le plus grand succès pour chacun des deux groupes à l’époque.

Une rencontre décisive

Tout a commencé en mars 1979, lorsque Motörhead a emmené Girlschool en tournée pour assurer leur première partie lors de leur tournée “Overkill“. Dans son autobiographie “White Line Fever”, le leader de Motörhead, Lemmy Kilmister, a déclaré : “J’ai écouté un single appelé ‘Take It All Away’ qu’ils avaient sorti sur un petit label et j’ai pensé qu’ils étaient excellents. De plus, j’aimais l’idée de voir des filles dans un groupe – je voulais le faire à ces guitaristes pompeux, car la guitariste de Girlschool, Kelly Johnson, était aussi bonne que n’importe quel guitariste que j’ai jamais vu de ma vie. Les soirs où elle était vraiment en forme, elle était aussi bonne que Jeff Beck. Alors je suis allé les voir lors d’une répétition qu’ils faisaient. Je les ai trouvés géniaux, et je suis revenu dire aux autres : ‘Ils vont venir en tournée avec nous.’ Les gars étaient un peu étranges au début, mais après la première soirée où ils ont joué avec nous, ils se sont tus.”

À lire aussi :  Robert Trujillo aimerait ressusciter son ancien groupe Mass Mental

Une collaboration fructueuse

En décembre 1980, le batteur de Motörhead, Phil “Philthy Animal” Taylor, s’est cassé le cou. Incapable de jouer, le producteur de Motörhead, Vic Maile, a suggéré d’enregistrer un single avec Girlschool. À la suggestion de Lemmy, cette nouvelle formation s’est attaquée à une reprise de la chanson “Please Don’t Touch” de Johnny Kidd and the Pirates. Pour le verso de la galette, chaque groupe a repris un morceau du répertoire de l’autre, Girlschool donnant tout pour “Bomber” et Motörhead attaquant “Emergency”. Il convient de noter que la batteuse de Girlschool, Denise Dufort, a joué de la batterie sur tout le single en raison de l’absence médicalement induite de Taylor.

Un succès inattendu

Sorti le 14 février 1981, l’EP “St. Valentine’s Day Massacre” a atteint la 5e place du classement des singles au Royaume-Uni, marquant le plus grand succès jamais réalisé par l’un ou l’autre groupe jusqu’à ce moment-là. Les groupes ont enregistré un concert pour une émission de télévision de Nottingham appelée “Rockstage” le 6 février, et le 19 février, ils sont apparus sous le nom de “Headgirl” dans l’émission “Top of the Pops” pour jouer “Please Don’t Touch”.

Publicité

Même si la collaboration a été de courte durée, les deux groupes ont maintenu une amitié étroite pendant de nombreuses années. Lorsque Girlschool a rejoint Motörhead en tant qu’invité spécial pour leur “Inferno UK Tour” en 2005, Lemmy s’est joint au groupe à la fin de leur concert au Brixton Academy le 19 novembre pour jouer “Please Don’t Touch” pour la première fois lors d’un véritable événement live.

À lire aussi :  Ce groupe de métal légendaire qui apparait dans le générique de fin d'un film d'horreur culte

Regardez Headgirl démolir “Top of the Pops” ci-dessous !

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag