Retrouve-nous

À la une

Comment Al Jourgensen de Ministry a involontairement sauvé la carrière de ZZ Top

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Comment Al Jourgensen de Ministry a involontairement sauvé la carrière de ZZ Top

Imaginez ceci : nous sommes en 1990, et la rock star par excellence, Billy Gibbons de ZZ Top, roule à bord d’une Mercury de 1934, vêtu de blanc et arborant une barbe qui pourrait rivaliser avec les contes folkloriques.

Il se rend dans une salle de concert de taille moyenne à Houston alors que les troubadours du rock industriel Revolting Cocks font leurs balances. Non, ce n’était pas une rencontre avec les fans ou un hommage au rock n’ roll, mais une invitation à dîner plutôt inhabituelle.

Une rencontre inattendue

“Il est arrivé dans une Mercury de 1934, vêtu d’un costume blanc”, a déclaré le guitariste des Revolting Cocks, Al Jourgensen (qui est également le leader du groupe Ministry, au cas où vous auriez vécu au fond de l’océan ces 40 dernières années) lors d’une interview avec Classic Rock.

“Moi et Mikey [Scaccia, guitariste des Revolting Cocks] sommes montés à bord et nous étions tout simplement abasourdis : ‘C’est Billy fucking Gibbons, en costume blanc, avec la barbe, en plein jour’.”

“J’adore ce que vous faites”, leur a dit Gibbons. “Je veux vous inviter à dîner.”

Publicité

Le sauvetage de carrière

Bien qu’un repas gratuit offert par un véritable dieu du rock n’ roll ne soit pas à dédaigner, Jourgensen n’était pas vraiment sûr de ce qui avait motivé cette manifestation surprise de l’hospitalité texane. “Je lui ai finalement demandé : ‘Pourquoi sommes-nous ici ?’ Et il m’a répondu : ‘Eh bien, je pense vous devoir un dîner, car ma carrière a connu une période difficile, mais maintenant nous vendons des disques comme des petits pains’.”

À lire aussi :  ZZ Top retrouve peu à peu l’équilibre avec l’arrivée d’Elwood Francis!

Gibbons a ensuite avoué à Jourgensen : “La raison, c’est que nous sommes passés à des batteries programmées, et tous les échantillons de batterie que nous avons utilisés provenaient de chansons de Ministry et des Revolting Cocks.”

“Nous étions juste abasourdis, c’était un moment de rock-god”, a déclaré Jourgensen. “Avec tous les egos et les avocats dans l’industrie musicale, il était plutôt audacieux de sa part de dire : ‘Ouais, j’ai juste pompé toutes vos conneries, je vais vous payer à dîner.’ C’était suffisant pour moi.”

Une amitié improbable

Une décennie plus tard, Jourgensen a invité Gibbons à une jam spontanée lors d’une session d’enregistrement des Revolting Cocks au studio Sonic Ranch près d’El Paso.

“La cave à vin là-bas contient des bouteilles qui valent littéralement cinquante mille, cent mille dollars”, se souvient Jourgensen. “Nous les avons sorties cette nuit-là et nous sommes complètement saouls. Billy avait apporté un sac géant de piments Hatch du Nouveau-Mexique, nous buvions un vin ridiculement cher et nous nous sommes lancés dans un concours de dégustation de piments. C’est la seule fois où je l’ai vu moins élégant, car il s’est mis à quatre pattes et a vomi partout.”

Publicité

Voici Billy Gibbons et Al Jourgensen, le duo le plus improbable d’amis que le rock n’ roll ait connu. À travers le vol de son de batterie, les dîners, les sessions de jam spontanées et les concours de dégustation de piments, ce duo improbable est devenu un témoignage de l’étreinte imprévisible et universelle du rock n’ roll.





Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *