Retrouve-nous

À la une

Shaka Ponk au Hellfest : la participation qui pose problème…

Quentin Fossé

Publié

le

Shaka Ponk
Eddy BERTHIER from Brussels, Belgium, CC0, via Wikimedia Commons

Avant même l’annonce complète des artistes, il y avait déjà quelques polémiques autour du côté pas assez (plus du tout pour certains) “metal” du Hellfest. Avec Foo Fighters, Queens of the Stone Age et Royal Blood notamment, le Hellfest était comparé par certains à “Rock en Seine” ou d’autres festivals grand public français. Le Hellfest, symbole du rock et du metal en France, surprend encore une fois en annonçant la présence d’un groupe bien connu du public français : Shaka Ponk. Cette décision provoque un débat passionné quant à la direction que prend le festival, suscitant des inquiétudes quant à son identité et son avenir.

Qui est Shaka Ponk ?

Shaka Ponk est un groupe musical français qui se distingue par son caractère singulier et sa capacité à transcender les frontières musicales. Fondé en 2004, ce collectif hybride a su marquer les esprits par sa fusion audacieuse de rock, de punk, d’électro et d’éléments visuels uniques.

À la croisée des genres, Shaka Ponk s’est forgé une identité musicale distinctive, mêlant des sonorités explosives et des performances scéniques envoûtantes. Le groupe se compose de différents membres, notamment Frah et Sam à la voix, CC à la guitare, Ion à la batterie, Mandris à la basse et Steve au clavier.

L’année 2024 prendra une tournure particulière pour Shaka Ponk : ce sera leur dernière tournée. En effet le groupe a décidé de mettre fin à sa carrière avec une série de concerts qui se terminera par deux dates en novembre à l’Accor Arena, à Paris mais également par un passage controversé au Hellfest en juin prochain.

Publicité

 

Une discographie qui se prête au Hellfest

La présence de Shaka Ponk au Hellfest 2024 a engendré un débat intense quant à sa cohérence avec l’esprit même du festival. Et on peut dire que les réactions sont plutôt (très) négatives.

L’éventail stylistique de Shaka Ponk comporte des compositions qui ne sont pas forcément en phase avec l’essence du festival que d’autres groupes. Des morceaux comme “My Name is Stain”, probablement un des morceaux les plus connus du grand public, ou encore “Story O’ my LF” aux sonorités plus électro-pop pourraient être perçus comme détonnant au sein d’un festival axé principalement sur le metal.

Cependant, lorsqu’on décortique leur discographie (et plus particulièrement les morceaux les plus souvent joués en live), il n’y a pas tant de morceaux qui ne fonctionneraient pas au Hellfest. La diversité musicale de Shaka Ponk offre pas mal d’opportunités intéressantes pour un show au Hellfest. Certains morceaux de leur discographie sont taillés pour s’intégrer parfaitement à l’énergie brute et à l’intensité caractéristiques du festival. Par exemple, des titres comme “Dad’Algorhythm“, “Twisted Minda“, “Black Listed” ou encore “Shiza Radio” pourraient parfaitement résonner avec l’atmosphère électrique du Hellfest, portant une énergie et une intensité propres à enflammer la foule.

Publicité

Un groupe qui ne vient pas en terrain conquis

On est donc en droit de se poser la question suivante : où est le problème finalement avec Shaka Ponk ? Pourquoi est-ce tant controversé ?

Publicité

Citons quelques commentaires trouvés sur les réseaux sociaux :

Est-ce que c’est le fait que c’est une figure phare des grands festivals français, attirant un public (trop) large ? Probablement.

C’est certainement pour beaucoup le symbole d’un Hellfest qui devient “comme les autres” qui engendre cette polémique. Et c’est bien dommage. Même si oui, le Hellfest n’est plus le Hellfest d’antan, est-ce que Shaka Ponk doit être l’étendard de cette “ouverture” qui déplaît au plus grand nombre ? Selon nous, pas forcément, ou en tout cas, c’est à nuancer.

Publicité

Shaka Ponk possède un dynamisme et une énergie rock tout aussi marqués, voire plus, que des groupes tels que Foo Fighters ou Queens of the Stone Age par exemple (que nous apprécions, soit dit en passant).

On peut cependant concéder dans le cas de Shaka Ponk que les festivaliers attendent autre chose qu’un groupe qu’ils ont certainement déjà vues au moins une fois dans les quatre coins de la France pendant plus d’une décennie. On recherche des groupes plus exclusifs, plus nichés, qui font la particularité et l’essence du Hellfest chaque année.

Malgré ça, bien que Shaka Ponk soit un groupe bien établi auprès du public français, déclarer qu’il n’a pas sa place au Hellfest ne semble pas juste.

Un traitement injuste par rapport à d’autres groupes ?

Malgré cette controverse, il est surprenant de constater qu’une partie du débat se concentre sur Shaka Ponk alors que d’autres groupes, dont la position en tête d’affiche est tout aussi en vue, ne font pas l’objet de la même controverse.

Un exemple frappant est celui de “The Prodigy”. Ce groupe emblématique, reconnu pour son mélange explosif d’électronique et de punk. Cependant, bien que leur musique se situe dans un registre électronique et parfois industriel, la réception de leur présence en tête d’affiche n’a pas suscité autant de débats ou de critiques (même si il y en a eu aussi) que celle de Shaka Ponk.

Publicité

Sur le papier, même si une partie du public attend de voir The Prodigy au Hellfest en 2024, Shaka Ponk  est objectivement plus légitime au vu de la discographie et de l’ambiance live de Shaka Ponk.

Les craintes des festivaliers autour de l’avenir du Hellfest

Les fidèles du Hellfest depuis ses débuts expriment leurs inquiétudes quant à cette évolution vers des artistes perçus comme moins représentatifs de l’esprit initial du festival depuis quelques années maintenant. Ils redoutent une perte d’authenticité et d’énergie qui ont fait la renommée de cet événement.

Dans un autre registre déjà, signe de ce Hellfest “new gen”, on a déjà pu voir l’année dernière des artistes comme Machine Gun Kelly (cf. la vidéo de sa prestation ci-dessous), qui, critiqué dès l’apparition de son nom sur l’affiche, à su faire “le show” (même si cela n’a pas pour autant fait l’unanimité) avec des titres qui fonctionnaient tout aussi bien qu’un Sum 41 jouant plus tard dans la soirée. On soulignera malgré tout des loupés dans sa prestation, avec notamment sa mémorable sortie de scène avec son dernier single purement rap, diffusé sur les écrans et sans plus personne sur scène. Cela a bien entendu été sifflé comme il se doit, par le public en attente de musique rock et extrême.

À Shaka Ponk d’être plus judicieux que MGK, et de proposer un show qui saura embarquer le public du Hellfest du début à la fin.

Publicité

À lire aussi :  Quand Corey Taylor de Slipknot démolit Kanye West en le traitant de 'crétin'

Batteur, passionné de rock & métal depuis mon plus jeune âge, j'ai repris le site Hard Rock Mag en 2022 pour faire renaître de ses cendres ce magazine historique.