Retrouve-nous

À la une

Pourquoi un groupe de métal légendaire n’a pas été autorisé à jouer dans sa ville natale

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Suicidal Tendencies
Frank Schwichtenberg, CC BY-SA 4.0 , via Wikimedia Commons

Pourquoi un groupe de métal légendaire n’a pas été autorisé à jouer dans sa ville natale

La vie est compliquée. Les gens craignent ce qu’ils ne comprennent pas. L’une des principales raisons pour lesquelles les fans sont attirés par le métal et le punk est en raison d’un sentiment d’empathie avec les artistes. Il s’agit d’une musique qui parle de nos passions, de nos pires peurs et de nos plus grands espoirs. Dans de nombreux cas, il s’agit de musique créée par des personnes ayant une compréhension intime de ces sujets.

Les origines de Suicidal Tendencies dans une communauté urbaine en difficulté

Le monde était différent pendant la seconde moitié du XXe siècle. En période de troubles sociaux massifs et de fluctuations financières, de nombreuses communautés urbaines se sont retrouvées sans ressources gouvernementales ni infrastructure fonctionnelle, car les pouvoirs en place ont déplacé leur attention vers les banlieues. Alors que les gens étaient laissés à eux-mêmes, l’adhésion à des gangs locaux offrait camaraderie, sécurité et opportunités économiques. Ce sont les conditions dans lesquelles Suicidal Tendencies a émergé au début des années 1980.

Si la section de Venice à Los Angeles est surtout connue pour ses plages et son célèbre boardwalk, il y a un côté sombre derrière l’ambiance balnéaire. C’était particulièrement vrai à l’époque où Suicidal Tendences a commencé à jouer des concerts dans des arrière-cours, au cœur de l’explosion punk de Los Angeles. Fondé par le chanteur Mike Muir (frère du célèbre skateur Jim Muir des Z-Boys), le guitariste Mike Ball, le batteur Carlos “Egie” Egert et le batteur Mike Dunnigan, le groupe a connu plusieurs changements de personnel avant que la formation de Muir, le guitariste Grant Estes, le batteur Amery “AWOL” Smith et le bassiste Louiche Mayorga ne publie leur premier album éponyme sur le label indépendant Frontier Records en 1983.

Les rumeurs d’affiliations néfastes et la controverse

Depuis sa création, des rumeurs d’affiliations néfastes ont hanté Suicidal Tendencies. À l’intérieur de leur premier album, Amery Smith a été photographié portant un chapeau avec le logo du gang de rue Venice 13. Bien que Smith ne soit pas membre de Venice 13, il avait emprunté le chapeau au frère de Louiche Mayorga, Steve, qui faisait partie intégrante de l’équipe. La présence de gangs dans l’entourage de Suicidal Tendencies a conduit à la création d’une branche de Venice 13, appelée The Suicidals. L’attitude désinvolte du groupe envers la violence lors de ses concerts lui a valu l’honneur d’être nommé “Pire groupe/plus gros connards” dans une édition de 1982 du magazine Flipside (une distinction qui sera inversée un an plus tard lorsque le magazine nommera Suicidal Tendencies “Meilleur nouveau groupe”).

La controverse autour des concerts à Los Angeles

Malgré le succès de leur single “Institutionalized” et la diffusion régulière de leur vidéo sur MTV, les mythes négatifs sur leurs associations ont continué de se propager à mesure que leur popularité augmentait. Après un incident en 1984 au Perkins Palace de Pasadena, où les fans ont arraché dix rangées de sièges, les craintes d’une présence de gangs prononcée ont conduit à l’interdiction informelle du groupe de jouer des concerts dans leur Los Angeles natal.

Publicité

Après une courte pause, Suicidal Tendencies est revenu en 1987 avec leur deuxième album, “Join The Army”. À la suite d’une tournée réussie avec Anthrax, le groupe a signé avec le label majeur Epic Records, qui a sorti leur troisième album, “How Will I Laugh Tomorrow When I Can’t Even Smile Today”, en avril 1988. Malgré leur popularité semi-grand public, l’interdiction de jouer à Los Angeles est restée en vigueur.

La levée de l’interdiction et le retour à Los Angeles

Ce n’est que le 23 septembre 1989 que Suicidal Tendencies a pu jouer un concert local. La performance au Country Club de Reseda, en Californie, est non seulement notable pour être la première fois que Suicidal Tendencies monte sur scène dans le comté de Los Angeles, mais c’est aussi l’introduction du nouveau bassiste Robert Trujillo à un public américain (il avait déjà tourné avec le groupe en Europe plus tôt cet été-là).

Malgré ce concert marquant un assouplissement de la part des promoteurs de Los Angeles pour réserver Suicidal Tendencies, il faudra encore plusieurs années avant que l’interdiction ne soit complètement levée. Un concert promotionnel dans un magasin de disques local, Music Plus, le 4 août 1990, a été interrompu lorsque l’alimentation électrique de la scène a été coupée après seulement six chansons.

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.