Retrouve-nous

À la une

Les racines hardcore brutal d’un des groupes de pop punk les plus aimés

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

No Use for a Name
IllaZilla, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Les racines brutales du hardcore d’un groupe bien-aimé du pop-punk

Il est facile d’oublier les origines tranchantes de nombreux groupes qui sont devenus les porte-étendards du son pop-punk en tête des hit-parades. Tout au long des années 80 et 90, un certain nombre de groupes qui sont aujourd’hui synonymes des accroches accrocheuses et des refrains anthémiques du genre ont en réalité commencé en jouant un style de musique beaucoup plus agressif. Par exemple, NOFX a initialement pris son nom du légendaire groupe de hardcore de Boston, Negative FX, et a commencé comme un groupe de thrash. De même, le premier 45 tours de Bad Religion et leur premier album How Could Hell Be Any Worse? présentaient un son nettement plus viscéral par rapport aux harmonies sophistiquées et au punk poli qu’ils ont plus tard popularisés. De plus, la transformation de Hüsker Dü, d’un groupe de hardcore féroce et rapide à des maîtres de la mélodie, est un passage bien documenté dans la chronique étendue de la musique underground.

Au milieu de cette toile de fond de sons transformatifs se trouve No Use For A Name, un groupe avec une lignée musicale plus lourde que celle de ses contemporains. Originaire de Sunnyvale, en Californie, le groupe a été fondé en 1986 par Chris Dodge à la guitare, aux côtés de ses camarades de groupe Steve Papoutsis à la basse et Rory Koff à la batterie. Ces trois musiciens allaient entreprendre un voyage des racines incendiaires de la scène hardcore à un punk mélodique plus raffiné qui résonnerait avec les publics du monde entier pendant des décennies à venir.

Évolution musicale de No Use For A Name

Malgré son association avec un groupe qui allait devenir synonyme de mélodies envolées, Chris Dodge est sans aucun doute plus connu comme l’un des pères fondateurs du mouvement power violence. En défendant un style caractérisé par des tempos effrénés, des riffs brutalement atonaux et un style de performance antagoniste qui faisait écho aux premiers jours confrontants du hardcore, Dodge a non seulement fondé le label de power violence influent Slap A Ham Records en 1989, mais est devenu un acteur essentiel de l’underground à travers ses groupes dévastateurs tels que Spazz, Hellnation, Infest, Despise You et Lack Of Interest.

Chris Dodge se souvient de la phase primordiale de No Use For A Name dans une interview avec No Echo, disant : “Nous nous appelions Angry White Boys [rires]. Le nom du groupe était [l’idée de Steve]. C’était du genre : ‘Nous sommes en colère et nous sommes blancs, alors nous devrions nous appeler comme ça !’ Ensuite, un autre de nos amis de l’école, Rory [Koff], a joué de la batterie, alors nous nous retrouvions chez lui pour jammer. Nous enregistrions ces chansons pourries sur un boombox. Cela a fini par devenir No Use for a Name vers 1986 environ.”

Publicité

L’évolution du son de No Use For A Name est un témoignage de leur sens de l’art en constante évolution, de leurs premières incursions dans le hardcore à leur succès ultérieur avec le punk mélodique. “Quand nous avons formé le groupe, nous voulions faire quelque chose dans le style de Black Flag”, se souvient Dodge. “Je suppose que c’était un mélange entre Black Flag et du thrash générique au début du groupe. No Use for a Name n’a trouvé sa véritable identité que des années plus tard.”

Le départ initial de Chris de No Use For A Name pour rejoindre Stikky en 1987 n’a pas rompu définitivement ses liens avec le groupe. Le musicien revenait occasionnellement, notamment en assurant les chants principaux pour leurs EP éponyme et Let ‘Em Out!, qui étaient clairement hardcore. La deuxième participation de Dodge au groupe en 1989 a ouvert la voie au guitariste Tony Sly pour assumer les fonctions de chanteur et annoncer une nouvelle ère avec leur premier album, Incognito. “Je finissais toujours par revenir par défaut quand quelqu’un quittait le groupe”, dit Dodge. “Quand ils avaient quelque chose de prévu, ils me sollicitaient. ‘Nous avons un concert dans une semaine et untel a quitté… peux-tu le faire ?’ C’est ainsi que je suis resté pour une période prolongée la deuxième fois.”

Le retour de Dodge à la deuxième guitare en 1991 a contribué à l’EP Death Doesn’t Care ainsi qu’à leur deuxième album, Don’t Miss The Train. C’est après cette période qu’il a quitté définitivement No Use For A Name, ayant marqué les années formatrices du groupe. Dodge a réfléchi à son dernier départ et à l’évolution de la scène punk de la baie, disant : “La baie était le point de départ de tout ce qui concerne le pop-punk à travers les labels Lookout! Records et Green Day, mais je voulais jouer du hardcore rapide. J’ai fini par rencontrer les gars de Plutocracy, qui étaient tous plus jeunes que moi, mais ils avaient déjà un groupe ensemble. À cette époque, j’ai fini par rejoindre No Use for a Name pour la troisième fois [rires].”

“Je voulais juste jouer, même si ce n’était pas idéalement le genre de musique que je voulais faire. Ils revenaient juste d’Europe et faisaient des trucs cools, alors j’ai rejoint en tant que deuxième guitariste pendant encore quelques années. Après cela, c’était 1992, le groupe allait dans cette direction de Bad Religion, que j’aimais bien, mais ce n’était pas ma passion. Donc j’ai quitté pour la dernière fois.”

“Des années plus tard, j’ai fini par travailler chez Fat Wreck Chords, le label de No Use for a Name, donc je ne pouvais pas m’en éloigner”, se souvient Dodge avec tendresse. “Mais bien sûr, quand les gens sont finalement tombés amoureux du groupe, je n’en faisais plus partie [rires]. J’étais tellement heureux pour eux quand cela est arrivé. Tony est devenu le grand compositeur qu’il aurait toujours dû être.”

Ainsi, l’histoire de No Use For A Name est une illustration de l’évolution d’un groupe de hardcore abrasif à un punk mélodique plus raffiné, avec Chris Dodge jouant un rôle clé dans les premières années du groupe.

Publicité





Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *