Retrouve-nous

À la une

Les meilleures mascottes du Metal de tous les temps

Kylian Lecore

Publié

le

Les 10 meilleurs mascottes du metal

La musique puissante est une chose, mais un élément visuel supplémentaire contribue grandement à consolider la grandeur. Dans le monde du heavy metal, les mascottes deviennent l’incarnation du groupe. Sans avoir à écouter une seule chanson, ces personnages permettent au monde de savoir de quoi un groupe est fait. Voici les 10 meilleures mascottes du metal :

Chaly (Overkill)

Présente depuis les débuts du groupe en 1988 avec Under the Influence, Chaly, le héros à tête de mort ailé d’Overkill, a semé la destruction sur toutes leurs pochettes d’albums pendant des décennies. Des débuts modestes où il tire des lasers de ses yeux, Chaly est devenu la porte d’une grotte, un pochoir de graffiti, électrocuté et enchaîné des centaines de fois.

Chaly Overkill

Jack O. Lantern (Helloween)

Il est indéniable que l’approche du power metal nécessite un certain sens de l’humour. Et il n’y a pas meilleur exemple que les maîtres du genre, Helloween, dont la mascotte à tête de citrouille, Jack O. Lantern, est constamment présente dans l’art du groupe. La tête de Jack représente généralement le “O” dans le nom de Helloween, mais il a également un corps complet pour des tâches spéciales comme les voyages dans le temps et la destruction de la Statue de la Liberté.

Helloween Jack O Lantern

 

L’homme au masque de fer (Quiet Riot)

Metal Health a bouleversé le paysage de la culture populaire lorsqu’il est devenu le premier album de metal à atteindre le sommet du classement Billboard. Un album qui a été renforcé par deux types de couvertures distincts ; et bien que leur reprise de “Cum On Feel The Noize” de Slade ait pu bénéficier de toute la diffusion radio, l’homme au masque de fer ornant littéralement la pochette de l’album a peut-être encore plus contribué à introduire l’esthétique du heavy metal dans le grand public.

Publicité

 

Korgull (Voivod)

Bien que leur logo ait changé d’innombrables fois au fil des décennies, la mascotte de Voivod, Korgull, est restée une constante fidèle. Avec un nom qui remonte à la chanson “Korgull the Exterminator” de l’album Rrröööaaarrr, Voivod n’a pas détaillé son histoire avant deux albums plus tard avec Dimension Hatross. Bien que le visage de Korgull ait changé au fil des ans, sa haine omniprésente envers l’humanité reste la même.

Not Man (Anthrax)

Malgré sa présence quelque peu omniprésente dans la culture qui les entoure, la mascotte d’Anthrax, Not Man, n’est jamais apparue sur un album, bien qu’elle puisse parfois apparaître sur des produits dérivés. L’image a été prise d’une étrange marionnette en forme de doigt en caoutchouc, et Island Records a été déterminant pour que le groupe l’utilise pendant le cycle de l’album Spreading The Disease. Bien qu’il apparaisse rarement, cette énorme tête de dessin animé est devenue synonyme de tout ce qui concerne Anthrax.

not man anthrax

Knarrenheinz (Sodom)

Alors que la plupart des mascottes du metal peuvent sembler effrayantes, leurs pitreries sont généralement chargées d’humour burlesque. Ce n’est pas du tout le cas du totem vicieux de Sodom, Knarrenheinz. Lorsque les thrashers teutoniques ont changé de focus lyrique du satanisme à la guerre avec leur album Persecution Mania, la présence inquiétante et masquée au gaz a contribué à inaugurer la nouvelle ère. Knarrenheinz est resté depuis, toujours consumé par la violence. Bien qu’il ait connu plusieurs itérations différentes, elles sont toujours axées sur le combat.

Knarrenheinz Sodom

 

Publicité

Vic Rattlehead (Megadeth)

Facilement l’une des mascottes les plus aimées du heavy metal, le bouffon Vic Rattlehead de Megadeth incarne parfaitement la rage, la frustration et l’humour que le groupe a toujours recherchés. Étant un squelette privé de la vue, de l’ouïe et de la parole grâce aux instruments de torture fixés sur son crâne, une mascotte moins forte aurait pu être contrariée par son sort dans la vie. Cependant, le sourire espiègle de Vic n’a jamais quitté son visage. Après tout, tuer est son affaire… et les affaires sont bonnes !

Vic Rattlehead Megadeth

Snaggletooth (Motorhead)

La bête aux crocs qui domine le tiroir à t-shirts de millions de fans de heavy metal dans le monde entier, Snaggletooth a fait ses débuts en 1977 sur le premier album éponyme de Motorhead. Rempli de hargne et de venin, ce cher Toothy vous faisait savoir de quoi Motorhead était fait avant même que vous n’entendiez une seule note. Plus encore que le visage de Lemmy, Snaggletooth est l’incarnation visuelle de tout ce que représente Motorhead.

Murray (Dio)

Ronnie James Dio était peut-être une créature de pure bonté et merveille, mais les intentions de sa mascotte semblent un peu plus ambiguës. Ce n’était pas toujours le cas, cependant. La légende raconte que Murralsee vient d’une race ancienne et digne. Quand son père a tenté de le tuer, la mère de Murralsee lui a donné une potion pour qu’il dorme jusqu’à ce que tout se calme. Il a bien dormi, et lorsque Ronnie James Dio l’a découvert près d’un trillion d’années plus tard, le sommeil prolongé avait transformé le garçon en un démon colossal. L’apparence de Murralsee n’a pas suffi à effrayer Ronnie, qui l’a surnommé “Murray” et a pris le brute sous son aile. N’est-on pas heureux que Dio ne fume pas de marijuana ? Je sais que je le suis.

Murray Dio

Eddie (Iron Maiden)

Soyons réalistes : ce n’était jamais un concours. Sans aucun doute, Eddie the Head est l’icône la plus reconnaissable de l’histoire du heavy metal. Iron Maiden a vécu d’innombrables aventures au cours de ses quatre décennies d’existence, et Eddie a été présent pour presque toutes. Il a été un souverain égyptien, a été exposé à des armes nucléaires, a voyagé à travers l’espace et le temps, a subi une lobotomie et a même joué le diable lui-même comme une marionnette ! Eddie the Head, c’est le heavy metal et le heavy metal, c’est Eddie the Head, tout simplement.

 

Publicité

Eddie Iron Maiden

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.