Retrouve-nous

À la une

Les 10 albums de metal les plus heavy de tous les temps

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Pantera – The Great Southern Trendkill

Après avoir évolué dans la scène hair metal du Texas pendant près d’une décennie, quelque chose de curieux s’est produit avec Pantera. Dès l’instant où ils ont ajouté Phil Anselmo, originaire de La Nouvelle-Orléans, à la formation sur l’album Power Metal en 1988, le groupe a fait un effort conscient pour rendre chaque nouvel enregistrement plus lourd que le précédent. Alors que leurs trois premiers albums sur un label majeur attirent le plus d’attention, The Great Southern Trendkill est leur magnum opus de la misère ; surprenant par son niveau de talent, de force brute et d’honnêteté écrasante. Sur leur album suivant, Reinventing The Steel, Pantera a finalement arrêté de chercher à devenir plus lourd. Peut-être parce que Trendkill a perfectionné le genre.

Electric Wizard – Dopethrone

Que se passe-t-il lorsque qu’une maison de disques force trois toxicomanes aux prises avec des problèmes juridiques croissants à enregistrer un album en grande partie non écrit en seulement quatre jours ? Bien que cela semble être une recette pour le désastre, cette impulsion de Rise Above Records de Lee Dorrian était exactement ce dont les membres d’Electric Wizard avaient besoin pour créer l’un des albums de doom stoner les plus lourds jamais conçus avec Dopethrone en 2000. En canalisant toutes les horreurs de leur vie personnelle en plus d’une heure de saleté sans compromis et sans excuse, c’est un témoignage amer du pouvoir des substances illicites, de la misanthropie totale et du volume pur.

Godflesh – Streetcleaner

Le duo révolutionnaire dont les penchants industriels sont l’équivalent musical des thèmes exposés dans le film cyberpunk avant-gardiste japonais, Tetsuo: The Iron Man. Godflesh est le son de l’homme se transformant en machine pour ensuite se livrer une guerre à lui-même. Après avoir fait ses armes en jouant de la guitare avec les pionniers du grindcore Napalm Death et de la batterie avec les industrialistes Head Of David, le leader Justin Broadrick a canalisé ses angoisses dans un médium encore plus dystopique. Avec le bassiste G.C. Green et les rythmes hip-hop impulsifs d’une boîte à rythmes Alesis HR-16; Godflesh a été l’unique groupe à introduire le death metal dans l’ère numérique avec leur premier album complet, Streetcleaner.

Sleep – Dopesmoker

Un album si lourd qu’il a littéralement brisé le groupe, l’opus magnum de Sleep restera la référence pour tous les albums de stoner metal jusqu’à la fin des temps. Ayant signé un contrat à six chiffres avec le label majeur London Records avec la clause selon laquelle ils conserveraient un contrôle total sur leur création musicale, les Californiens se sont lancés dans la création de leur opus fumant d’une heure. Un exercice de tonalité, de volume pur et de subtils changements sur de longues périodes de temps ; la maison de disques (qui, rappelons-le, avait promis à Sleep qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient) a rejeté Dopesmoker lorsqu’il leur a été présenté. Cela a entraîné un cycle apparemment sans fin de remixage, de montage et d’incertitude générale qui a finalement tué le groupe. Nous sommes reconnaissants pour leur sacrifice.

À lire aussi :  Charlie Benante parle de son premier enregistrement de blastbeat dans l'histoire de la musique

Neurosis – Through Silver In Blood

Ils ont peut-être commencé comme un simple groupe de hardcore apocalyptique, mais Neurosis a rapidement évolué à partir de cette boue croustillante avec un mélange unique de doom gothique épique qui a fini par définir le son post-metal. Ils ont probablement perfectionné cette formule sur leur premier album chez Relapse Records, Through Silver In Blood. Un album incroyablement dense qui parle des coins les plus sombres de l’âme humaine grâce à des riffs écrasants, des polyrythmies complexes, des synthétiseurs atmosphériques et des hurlements agonisants ; choses qui n’avaient jamais été entendues auparavant. Les enregistrements suivants se sont développés à partir de ce modèle, mais Through Silver In Blood a vu Neurosis à son apogée apocalyptique.

Publicité

Swans – Cop

Le plus souvent, la musique vraiment lourde est le reflet d’un environnement. En canalisant les horreurs du Manhattan du début des années 80 dans un hachoir à viande de boucles de bandes et de rythmes lentement paralysants, accompagné de basses assourdissantes et de guitares à la tronçonneuse atonales, le deuxième album de Swans est un instantané sonore d’une ville agonisante. Associé aux catalogues furieusement hurlés et détaillés de Michael Gira sur les abus institutionnels et interpersonnels, Cop est aussi dérangeant aujourd’hui qu’il y a quatre décennies. Un album incroyablement influent qui crache au visage du bon goût et de la catégorisation. C’est l’Enfer.

Meshuggah – Chaosphere

En règle générale, la musique lourde a plus à voir avec la création d’une ambiance qu’avec la démonstration d’une virtuosité technique. Bien qu’il y ait certainement des endroits où la fusion de mathématiques complexes et de dextérité physique est appréciée, les changements soudains de signatures rythmiques et les notes superflues peuvent tuer l’ambiance. Une grande exception est le groupe de brutal death technique suédois Meshuggah, qui abandonne toute mélodie en utilisant plutôt la guitare, la basse et la voix comme des instruments rythmiques violents et uniques en leur genre. Un meurtre en un million de battements.

À lire aussi :  Rex Brown sur Pantera : "Ce n'est pas un groupe hommage"

Eyehategod – Dopesick

Allons droit au but et posons l’aiguille au début de la première piste du troisième album d’Eyehategod, Dopesick. Dès le départ, les sons de verre brisé et de cris fous et douloureux vous frappent comme un témoin d’une crise avant qu’une ligne de basse chancelante ne se transforme en un riff imposant digne du pire cauchemar de Tony Iommi qui vous frappe en plein estomac. Une fois que vous reprenez votre souffle, vous attrapez le disque et remarquez que cette chanson s’appelle “My Name Is God (I Hate You)”. Alors que la chanson évolue vers une galopade brutale inspirée de Discharge, vous allez sur internet et lisez comment le chanteur Mike IX Williams s’est ouvert les mains en brisant ce verre et comment le groupe a utilisé son sang pour écrire “Hell” et “Death To Pigs” sur les murs du studio. Tout cela est bien réel et vous vous recroquevillez de peur, reconnaissant pour votre vie sûre et ennuyeuse. L’art fait peur.

Crowbar – Odd Fellows Rest

Il doit y avoir quelque chose dans l’eau de La Nouvelle-Orléans. Alors que des groupes comme Acid Bath, Eyehategod et Soilent Green accentuaient les horreurs caustiques du punk et du noise rock avec des riffs inspirés de Black Sabbath, l’approche plus bluesy et mélodique de leurs pairs dans Crowbar ne fait guère baisser l’intensité de leur musique. Bien que le principal moteur créatif, Kirk Windstein et ses camarades, n’aient jamais vraiment fait une mauvaise chanson sur douze albums, leur cinquième album, Odd Fellows Rest, se distingue par sa densité anthémique et sa profondeur émotionnelle.

Black Sabbath – Master Of Reality

Le contexte est tout. Certes, il y a des albums plus extrêmes, mais le fait est que rien de tout cela ne serait arrivé (peut-être à l’exception de Swans) sans Black Sabbath. Alors que leurs deux premiers albums ont jeté les bases du heavy metal, Master Of Reality est le géant au son accordé plus bas qui a tout simplement changé la qualité sonore de la musique rock pour toujours. En raison de la douleur persistante causée par l’accident d’usine qui lui a coûté ses bouts de doigts, Tony Iommi a commencé à accorder sa guitare un ton et demi plus bas lors de l’enregistrement de cet album. Le reste du groupe a suivi, donnant ainsi naissance à un son plus lourd que jamais. Master Of Reality est le big bang qui a tout déclenché.

Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag