Retrouve-nous

À la une

Les albums de Heavy Metal les plus sous-estimés des années 1990

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Les albums de Heavy Metal les plus sous-estimés des années 1990

Le temps lui-même est un paradoxe. Alors que vieillir est souvent une cruelle plaisanterie avec pour punchline l’atrophie, le désespoir et l’irrélevance, le fait est que certaines des meilleures choses dans la vie s’améliorent avec l’âge. Les années 1990 ont été des jours étranges pour la musique heavy. Selon le sens du vent, une œuvre de pure génie pouvait être ignorée ou décriée. En raison de circonstances indépendantes de leur volonté, certains groupes qui étaient sur le point de connaître un succès massif ont été emportés par les courants culturels, tandis que leurs chefs-d’œuvre étaient oubliés dans les bacs à un dollar des disquaires d’occasion. Embellis avec l’âge et prêts à être redécouverts, voici les albums les plus sous-estimés des années 1990.

Killing Joke – Democracy
Il est fort probable que le metal industriel tel que nous le connaissons n’existerait pas sans Killing Joke. Il y a une corrélation directe entre les diatribes synthétiques paranoïaques du groupe dans les années 1980 et les moments les plus mordants de Nine Inch Nails, Ministry, Marilyn Manson et Fear Factory ; une relation rendue évidente dans l’éclat glacial de leur album “retrouvailles” à succès commercial de 1994, Pandemonium. Au lieu de se reposer sur les lauriers du genre qu’ils ont sans doute créé, Killing Joke a presque abandonné les claviers et les palm mutes sur leur album de 1996, Democracy. Les accroches mélodiques de guitare sont ancrées par des lignes de basse lourdes et des rythmes entraînants, créant un arrière-plan mélancolique et hanté pour les diatribes et les prophéties à la voix grave de Jaz Coleman. Rejeté par les masses au moment de sa sortie, Democracy conserve une place spéciale dans le cœur des fans inconditionnels de Killing Joke. Il est temps qu’il soit réévalué à grande échelle.

Hum – Downward Is Heavenward
Bien que l’album de Hum en 1995, You’d Prefer An Astronaut, ait définitivement consacré le groupe en tant que héros cultes grâce au succès inattendu de leur titre “Stars”, les singles suivants de cet album n’ont pas réussi à attirer l’attention du grand public. Alors que la radio alternative et MTV se tournaient vers le nü-metal et les divagations molles qui passaient pour du hard rock dans la dernière partie de la décennie, le groupe était à peine considéré comme une pensée après-coup de la culture pop en 1998 lorsqu’ils ont sorti leur chef-d’œuvre, Downward Is Heavenward. Ce qui aurait dû être un jalon de mélodies complexes, de distorsion écrasante et de pathos brillamment déchirant a été presque ignoré à l’époque, ce qui a conduit le groupe à être abandonné par RCA et à se séparer deux ans plus tard. Si vous êtes fan des Deftones à leur apogée émotionnelle, cet album est un incontournable.

The Jesus Lizard – Down
Bien que Down de The Jesus Lizard n’ait pas été exactement maltraité de la même manière que leurs albums chez une major à l’époque, il s’agit d’un joyau criminellement sous-estimé dans le catalogue du groupe. Certes, aucune des chansons du dernier album du groupe chez Touch & Go ne possède le même genre de coup de poing immédiat que les morceaux classiques de Goat et Liar, mais alors que ces albums sont définis par plusieurs chansons indéniablement puissantes, le fait est que Down est un meilleur exemple du génie dément de The Jesus Lizard dans son ensemble. Ce qui peut sembler être un exercice consistant à jeter des spaghetti contre le mur entre des mains moins habiles, la véritable force de l’album réside dans ses changements tonals. Aucune chanson de Down ne ressemble à une autre, et pourtant chaque morceau conserve une obscurité uniforme qui, lorsque vous prenez du recul, crée une image cohérente du groupe le plus terrifiant du monde à l’apogée de ses capacités.

Publicité

The God Machine – One Last Laugh In A Place Of Dying…
Presque ignoré sur sa terre natale à San Diego, The God Machine a déménagé à Londres au début des années 1990, où leur style de metal alternatif sombre et teinté d’industriel a trouvé un écho favorable chez Fiction Records. Salué par les critiques et le public, le premier album du groupe, Scenes From The Second Storey, s’est révélé être un succès modeste, atteignant la 55ème place des charts britanniques en 1993. Le destin en a décidé autrement, et toutes les aspirations commerciales futures ont été brisées en 1994, lorsque le groupe s’est immédiatement séparé après la mort du bassiste Jimmy Fernandez d’une hémorragie cérébrale pendant les sessions d’enregistrement de leur deuxième album, One Last Laugh In A Place Of Dying…. L’ironie macabre entourant le titre de l’album et la mort de Fernandez est infiniment amplifiée lorsque l’on réalise à quel point One Last Laugh In A Place Of Dying… est vraiment saisissant et révolutionnaire. C’est un album hantant et dévastateur d’une profondeur émotionnelle et sonore infinie. Nous ne saurons jamais jusqu’où cet album aurait pu porter le groupe.

À lire aussi :  Whoa. Regardez un jeune Trent Reznor chanter pour Option 30, son groupe des années 1980 avant Nine Inch Nails.

Demolition Hammer – Epidemic Of Violence
Bien que Manhattan et Brooklyn aient été des foyers de thrash crossover à la fin des années 1980 et au début des années 1990, pour accéder aux choses vraiment lourdes dans la région métropolitaine de New York, il fallait se déplacer un peu plus au nord. Originaire du Bronx, Demolition Hammer jouait un style de thrash qui n’était pas très différent du travail des titans du death metal Possessed, bien que considérablement plus rapide et discutablement plus violent. Bien que le groupe finisse par succomber aux pièges populaires du groove metal plus tard dans la décennie, Epidemic Of Violence, acclamé par la critique en 1992, est un assaut de vitesse et d’agression qui semblait cracher au visage des pairs de Demolition Hammer qui s’adoucissaient de plus en plus dans la scène du thrash nord-américain.

Ripping Corpse – Dreaming With The Dead
Probablement mieux connu comme le tremplin qui a lancé la carrière du légendaire musicien et producteur de death metal Erik Rutan, les maniaques du New Jersey Ripping Corpse ont laissé une empreinte indélébile sur la scène de la musique extrême du nord-est des États-Unis qui se fait encore sentir aujourd’hui. Leur seul album complet, Dreaming With The Dead, est un chef-d’œuvre du metal sous-estimé, naviguant sans effort dans les eaux troubles du doom, du death et du thrash metal tout en appliquant une férocité écumeuse de bouche non-dissimilaire au hardcore lunatique de Siege et Negative Approach. Maigre et méchant, aucun moment n’est gaspillé dans ces douze chansons (qui durent moins de 35 minutes au total). Cela peut sembler un peu chaotique au début, mais prenez du recul et vous réaliserez que chaque note et chaque battement sont placés avec une précision chirurgicale qui donnerait aux groupes les plus techniques une raison de saliver. Une brutalité contrôlée et brillamment étudiée.

Dark Angel – Time Does Not Heal
Si un groupe du panthéon classique du thrash de la côte ouest n’a jamais eu le jour de gloire qui lui était dû, c’est Dark Angel. Bien aimé par les amateurs de headbanging avertis grâce à leur production enregistrée féroce et à leurs tournées incessantes, le groupe n’a jamais atteint le succès commercial de leurs pairs. Cela peut en partie s’expliquer par la nature résolument cérébrale de leur écriture de chansons. Par exemple, leur dernier album studio, Time Does Not Heal, a été largement promu avec le slogan “9 chansons, 67 minutes et 246 riffs”. Aussi impressionnant que cela puisse paraître, cela pourrait être un peu intimidant pour ceux d’entre nous qui sont moins doués en mathématiques. Cela dit, le contenu de Time Does Not Heal est bien plus grand que les vantardises numériques revendiquées dans la publicité. Pour les non-initiés, imaginez la complexité de “…And Justice For All” associée à l’intensité de “Reign In Blood” et vous y êtes presque. Oui, c’est sérieusement aussi bon que ça.

Mötley Crüe – Mötley Crüe
Les années 1990 ont été une période cruelle pour

Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.