Retrouve-nous

À la une

Les 20 meilleurs riffs de Slayer de tous les temps

Quentin Fossé

Publié

le

Slayer
Selbymay, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Slayer est étonnamment revenu sur le devant de la scène médiatique avec sa reformation surprise en 2024 pour deux concerts (à minima) aux États-Unis après 5 ans d’absence. C’était donc le moment parfait pour se replonger dans la discographie de ce groupe de thrash légendaire.

Choisir un riff de Slayer parmi un autre est difficile

La longue carrière de quatre décennies du groupe est parsemée de riffs de guitare incroyables. Voici les 20 riffs de Slayer que nous avons choisi pour ce classement :

20. “Payback” – Riff Principal

“Payback” était la chanson avec laquelle Slayer a officiellement annoncé leur retour en force sur God Hates Us All de 2001, sa vitesse et sa rage sans excuse illustrant pourquoi ils représentaient une menace pour les parents chrétiens dans les années 80. La misanthropie grinçante du riff d’ouverture était le moyen parfait de le faire, plongeant immédiatement l’auditeur dans le mosh pit. Aujourd’hui, même les jeunes fans de métal sont familiers avec quelques chansons de Slayer ici et là, mais au tournant du millénaire, pendant le pic du nu-metal, cette partie de guitare bourdonnante et grondante était un mal nécessaire qui rappelait aux fans pourquoi ils étaient venus ici en premier lieu.

19. “Necrophiliac” – Riff de Pont

Bien que Hell Awaits de 1985 soit l’album le plus austère et le plus abrasif de Slayer en termes de production, Hanneman et King parviennent à inclure beaucoup d’atmosphère aux côtés de la brûlure acide. Les riffs de “Necrophiliac” possèdent le genre de malice lugubre que l’on imagine en exhumant une date, de l’ouverture moqueuse aux parties de couplet punk et entraînées. Mais ce sont les harmonies galopantes du riff pendant le pont de la chanson qui capturent le mieux l’amour de Slayer pour les guitares qui déchirent et les activités nocturnes sinistres.

Publicité

18. “Stain of Mind” – Riff d’ouverture

Les puristes du metal détestaient Diabolus In Musica de 1998 lors de sa sortie, mais “Stain of Mind” était un tel tube indéniable qu’il est resté l’une des pierres angulaires du groupe en concert jusqu’à la fin. Les groupes de nu-metal ne pouvaient que fantasmer sur l’écriture d’un riff aussi puissant que cette partie d’ouverture, son élan et son urgence agissant comme un déclencheur instantané de mosh pit. Bien que le groupe n’ait pas tout à fait retrouvé son équilibre avant God Hates Us All de 2001, ce riff reste un joyau qui justifie toute la sortie qui l’entoure.

17. “Aggressive Perfector” – Riff Principal

Bon sang, à quelle vitesse peut sonner un groupe ? “Aggressive Perfector” est l’une des plus anciennes chansons de Slayer, mais elle se sent chez elle à la fin de l’édition spéciale de Reign In Blood. Le riff principal de la piste sprinte en même temps qu’il saute, apportant à la fois une vitesse explosive et une règle ivre à la table. C’est une piste que vous pouvez soit sacrifier un être humain, soit écraser une canette de bière sur votre tête – bien que cela puisse être les deux, si vous êtes à la hauteur.

Publicité

16. “Disciple” – Riff d’ouverture

Bien que God Hates Us All de 2001 ait vu Slayer adopter un style de guitare plus orienté hardcore, le groupe a tout de même réussi à s’approprier le tout. L’ouverture de “Disciple” a cette obscurité de corde mineure cornue à sa fin, tandis que son grondement, son riff de force brute étreinte immédiatement les nouveaux fans du groupe lorsqu’ils l’ont entendu pour la première fois. Alors que beaucoup du matériel plus récent de Slayer est tombé en désuétude, cette piste reste une entrée incontournable dans leur discographie, et cette partie d’ouverture est en grande partie pourquoi. Il est temps d’enlever votre chemise.

15. “Postmortem” – Riff d’ouverture

“Postmortem” est passé d’être simplement une introduction à “Raining Blood” à l’une des chansons les plus aimées de Slayer. Une grande partie de cela vient du riff de guitare d’ouverture massif de la piste, qui sonne comme un temple dédié à Satan émergeant à l’horizon. Avec cette partie, Slayer montre que même leurs moments à tempo moyen ont la même grandeur et le même feu de l’enfer que leurs attaques thrash ultra-rapides.

14. “Ghosts of War” – Riff de Fin

Le succès surprise de South of Heaven de 1988, “Ghosts of War”, prouvait que la tentative active du groupe de ralentir les choses ne devait pas être entièrement sans vitesse. Mais alors que toute la piste est une belle chevauchée, c’est le riff de pont qui revient plus tard lors des deux chants finaux de Tom Araya qui le rend. Tout groupe peut écrire une partie de guitare rapide et assommante, mais seul Slayer pouvait ajouter ce petit supplément de clocher et de poison à leurs riffs, qui les emmène dans un endroit particulièrement impie.

Publicité

13. “Hell Awaits” – Riff d’ouverture

Si Show No Mercy de 1983 voit Slayer brûler le monde, alors les riffs d’ouverture de Hell Awaits de 1985 les voient invoquer un nouvel âge sombre des cendres. Le moment où le chuintement, la chug constante de cette section d’introduction se transforme en sa forme finale majestueuse et baignée de sang est impressionnant, et transforme cette chanson d’un simple broyeur à une véritable démonstration de pouvoir démoniaque. La plupart des groupes de thrash ne pourraient pas maintenir l’attention de l’auditeur pendant plus d’une minute d’introduction ; pour Slayer, c’est juste un présage de carnage à venir.

À lire aussi :  Le groupe immense qui a changé son nom à cause du Black Metal

12. “Psychopathy Red” – Riff Principal

Rarement un riff sonne autant comme le sujet de sa chanson que le pilier de “Psychopathy Red”. Les paroles de la chanson ont été inspirées par le tueur en série russe Andrei Chikatilo (cherchez-le, mais soyez prêt), et la partie de guitare d’ouverture frénétique et secouée de Jeff Hanneman semble parfaitement incarner le pandémonium mental de Citizen X. De plus, lorsque la piste est sortie pour la première fois, elle a montré aux fans que Slayer pouvait non seulement encore écrire des chansons vraiment rapides, mais aussi le faire avec autant de chaos contrôlé qu’au début de leur carrière. Douce, impitoyable folie.

Publicité

11. “Spirit In Black” – Riff d’ouverture

La plupart des chansons de fan des groupes sont sur le fait de s’unir et d’être ensemble ; celle de Slayer concerne le fait de se vouer aux pouvoirs des ténèbres. Mais alors que “Spirit In Black” n’est pas une piste en rotation lourde pour de nombreux fans occasionnels, elle a l’un de ces riffs d’ouverture tranchants qui rendent le groupe unique en son genre. Le son du coup de pied de la chanson a une saveur distincte – personne d’autre n’aurait pu écrire cette partie de guitare, et s’ils l’avaient fait, nous saurions de qui ils se seraient inspirés.

10. “Angel of Death” – Riff de Pont

Nous aimons penser à “Angel of Death” comme une chanson rapide car son ouverture et son solo sont si totalement frénétiques. Mais le riff de pont de cette piste montre comment Slayer pouvait s’arrêter sur un sou et vous passer de la fosse de mosh au headbanging instantanément. Étant donné à quel point ce riff est délicieux et malveillant, il n’est pas étonnant que Public Enemy et KMFDM l’aient échantillonné dans leur propre musique. La seule chanson de cette liste qui obtient deux entrées, parce que bien sûr.

9. “Epidemic” – Riff Central

Les gens aiment dire que les chansons thrash chargent ou attaquent ou courent – mais qu’en est-il de l’insidieux ? Le riff central de “Epidemic” de Reign In Blood sonne comme le Cavalier Pestilence se faufilant malicieusement d’une maison à l’autre, semant les graines de la maladie. En même temps, cette partie de guitare a assez de chug cinétique et de momentum ininterrompu pour ne jamais perdre sa persistance.

Publicité

8. “War Ensemble” – Deuxième Riff d’Introduction

Il y a tellement de fichus bons riffs dans “War Ensemble”, l’appel à la bataille d’ouverture du jeu changeant Seasons In The Abyss de Slayer de 1990, qu’il est difficile de les élever au-dessus de leurs voisins. Mais le deuxième riff ascendant de la chanson qui est utilisé derrière le refrain pourrait bien prendre le gâteau. Cette partie est tellement diabolique et agitée, et si typiquement Slayer, qu’elle semble incarner la colère profonde et la rage croissante de chaque fan.

7. “South of Heaven” – Mélodie d’ouverture

Hanté n’est pas un mot qu’on associe souvent à Slayer (bon, sauf le nom de leur premier EP, mais bon). Et pourtant, “South of Heaven” a parfaitement déplacé le groupe du feu aux ténèbres lorsqu’elle a lancé leur album déterminant de 1988 du même nom. Ce riff d’ouverture sonne comme le soulèvement d’un rideau derrière lequel se cache votre propre mort, le genre de mélodie inquiétante qui pourrait être trouvée dans la bibliothèque du Vatican dans un livre intitulé ‘NE PAS JOUER’. En 35 secondes, Slayer est passé d’un acte thrash énervé aux nouveaux rois de la scène black metal en plein essor. L’enfer les a suivis.

À lire aussi :  Gary Holt de Slayer encense ce prodige de la guitare d'internet

Publicité

6. “The Antichrist” – Riff d’ouverture

Si un riff de Slayer pouvait être qualifié de plaisant, ce serait l’ouverture de “The Antichrist” de leur premier album de 1983 Show No Mercy. Il y a une vraie galopade de heavy metal classique dans cette piste, complète avec un genre de casque cornu et un brassard épineux au milieu du biceps. Ce riff bondissant mélangé avec le satanisme hilare du groupe a tellement établi Slayer comme un groupe de métal avec lequel vous pourriez traîner, même en portant des protège-tibias en cuir. Bien qu’il soit généralement accepté que les gars aient copié Venom sur Show No Mercy, un riff comme celui-ci illustre qu’ils amélioraient déjà la formule dès le début.

5. “Mandatory Suicide” – Riff d’ouverture

L’expérience de South of Heaven dans la lenteur a peut-être contrarié certains fans de thrash des années 80, mais si vous avez entendu le début de “Mandatory Suicide” et que vous n’avez pas réalisé que c’était du sérieux, vous n’étiez pas fait pour l’armée de Satan en premier lieu. Le tempo moyen du riff ne fait que le rendre plus imposant que la vitesse fulgurante de Reign In Blood ne pourrait jamais l’être, et a sorti le groupe de la course au tempo pour les placer dans une classe à part. La puissance de Slayer réside dans la psychologie de leur mal, et l’ouverture de cette piste atteint immédiatement la partie la plus sombre du cerveau de l’auditeur. “For Whom The Bell Tolls” ne sonne tout simplement pas assez comme une guillotine.

4. “Angel of Death” – Riff d’ouverture

Quelqu’un devrait faire une étude scientifique sur l’ouverture de “Angel of Death”. Les résultats montreront probablement que lorsque la chanson commence, ce riff dentelé – sans oublier les accents de batterie qui l’accompagnent – provoque une augmentation immédiate du rythme cardiaque et de la température corporelle parmi les fans de métal. Les guitares qui lancent ce rageur sans pareil auront toujours un effet physiologique profond sur les fans de grosses guitares, de livres sur la guerre et du Diable. Que cela soit causé par des décennies d’association avec des pits mosh insensés ou simplement par la force brute de ce riff, on ne peut que deviner.

Publicité

3. “Dead Skin Mask” – Riff d’ouverture

On pourrait arguer qu’aucun autre groupe de metal n’a comblé le fossé entre la fureur acide et le sinistre nocturne aussi bien que Slayer. Les guitares d’ouverture de “Dead Skin Mask” évoquent immédiatement des images des visites nocturnes au cimetière faites par les goules, les nécrophiles et les psychopathes inspirés des histoires d’Ed Gein. L’histoire de Gein serait gâchée avec beaucoup de blastbeats, mais la partie de guitare étrange et sinistre de Jeff Hanneman fait justice au trouble psychologique profond du meurtrier de Milwaukee.

2. “Die By The Sword” – Riff Principal

Slayer est devenu assez légendaire pour qu’on oublie parfois qu’ils étaient autrefois un groupe avec lequel on se tapait simplement sur la tête avec une bière. Mais le riff central de “Die By The Sword” évoque instantanément cette photo classique des gars baignant dans du faux sang sur une mannequin nue. Avançant, alimenté par des accents de batterie brillants, ce riff a un galop aussi parfait que le metal ait jamais connu.

Publicité

1. “Raining Blood” – Riff d’ouverture

La tempête gronde, les tambours tonnent, le feedback atteint son apogée, et ensuite, l’histoire. Le début de “Raining Blood” est le carrefour de toute la carrière de Slayer, là où la radness speed-metal totalement enracinée rencontre le potentiel de menace véritable qui vit dans l’underground du métal. La façon dont les guitares de Kerry King et Jeff Hanneman s’entrelacent est une chose de beauté qui ne semble pas moins dangereuse, si tranchante à ses bords que vous pourriez vous couper dessus. Aucun autre riff ne sonne autant comme une annonce selon laquelle le groupe le plus effrayant des Big Four est arrivé ; c’est à bien des égards l’équivalent sonore de quelqu’un criant, “SLAYER !” à plein poumons. Allons tous mourir et aller en Enfer, car quand nous y serons, ils joueront probablement cette chanson.

Batteur, passionné de rock & métal depuis mon plus jeune âge, j'ai repris le site Hard Rock Mag en 2022 pour faire renaître de ses cendres ce magazine historique.

Hard Rock Mag