Retrouve-nous

À la une

Le dieu du thrash qui a enregistré un solo en tant qu’invité dans une salle de bain

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Kerry King
Narcoticq, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

Le dieu du thrash qui a enregistré un solo en tant qu’invité dans une salle de bain

Il est un signe de profond respect et d’admiration pour un groupe d’inviter un autre musicien à figurer sur leur album.

De telles collaborations sont considérées comme des symboles de camaraderie au sein d’une communauté d’artistes très soudée. Il ne s’agit pas seulement de prêter son talent, mais aussi de rendre hommage aux contributions de ceux qui ont contribué à ouvrir la voie à un groupe.

L’invitation de Pantera à Kerry King, guitariste de Slayer, pour jouer sur leur morceau “Goddamn Electric” est un témoignage de cette tradition de respect mutuel au sein de l’élite du metal.

L’album de Pantera, “Reinventing The Steel”, peut être considéré comme un hommage à leurs racines. Bien que leur son se soit développé pour devenir de plus en plus intense et brutal avec chaque album depuis “Cowboys From Hell”, le groupe a délibérément intégré son appréciation du heavy metal traditionnel dans son chant du cygne.

En particulier, la chanson “Goddamn Electric” sert de véritable lettre d’amour au genre. Ses paroles rendent vivement hommage aux pionniers du heavy metal en citant notamment des poids lourds comme Black Sabbath et des contemporains tels que Slayer.

Publicité

Le morceau célèbre également sans complexe d’autres éléments essentiels du rock ‘n’ roll, avec le whisky et l’herbe recevant leur dû, le tout tissé dans un salut sans excuse au heavy metal lui-même.

Le morceau comprend un solo invité brûlant de Kerry King.

Cette combinaison du soutien robuste de Pantera avec la conduite féroce du légendaire guitariste de Slayer se mélange dans une combinaison qui est électrique (jeu de mots voulu) à la fois par son nom et par son esprit.

À lire aussi :  Charlie Benante veut que les détracteurs du retour de Pantera "se taisent"

Les circonstances dans lesquelles King a enregistré son segment pour la chanson étaient aussi extraordinaires que la collaboration elle-même, car ce n’était pas dans un studio luxueux mais dans un lieu bien plus inhabituel pour cette pièce d’histoire.

Eh oui, le décor pour les solos de King était tout simplement les modestes confins d’une putain de salle de bain.

Le guitariste emblématique de Pantera, Dimebag Darrell, a raconté les événements à Guitar World en 2000 :

Publicité

“Il se trouve que, lorsque [nous] nous préparions à enregistrer cette chanson l’année dernière, Slayer passait en ville lors de l’Ozzfest avec Sabbath, et Kerry m’a appelé. J’ai dit : ‘Mec, j’apporte quelque chose là-bas, alors prépare-toi.’ Je ne lui ai pas dit ce que c’était.”

Il continue :

“Nous avons apporté un DA-88, une bande avec un mix stéréo approximatif de toute la chanson dessus, un SM-58 et un câble micro. J’ai attrapé Kerry avant qu’il ne monte sur scène. Il s’échauffait, et j’ai dit : ‘Tu veux jouer sur ce morceau ? On se moque de Slayer.’”

“Kerry est toujours excité et prêt à défoncer sur n’importe quoi”, a déclaré Darrell. “Ils sont montés sur scène et ont joué leur set. Tout le temps, je criais : ‘Kerry ! Déchire tout !’ Ils déchiraient tout.”

“Après la fin du set, j’ai vu la pile d’amplis Marshall entrer par la porte, et voilà Kerry”, se souvient le guitariste. “On l’a branché. Vinnie était là-bas et il avait tout branché. Il a appuyé sur ‘record’, et la première chose que Kerry a jouée était géniale. On peut m’entendre à la fin de la prise crier : ‘Ne touche pas à ça ! Putain, c’est chaud !’ Il l’a enregistré là, sur le moment, dans les coulisses du Starplex à Dallas, dans une salle de bain. Kerry a emballé ses affaires et s’est foutu en l’air quelque part d’autre et a joué encore un peu.”

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag