Retrouve-nous

À la une

Le chef-d’œuvre controversé de 1993 qui a réuni le hard rock et le death metal

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Entombed
S. Bollmann, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Le chef-d’œuvre controversé de 1993 qui a réuni le hard rock et le death metal

En l’an de grâce 1993, une secousse sonique résonna des profondeurs glaciales de la Suède, secouant le cœur même du heavy metal et changeant la trajectoire du genre pour les décennies à venir.

Ce cataclysme auditif prit la forme de Wolverine Blues, le troisième album des maestros suédois du death metal, Entombed. Considéré comme divisif par certains, l’album finit par devenir une pierre angulaire qui engendra un genre que le monde ne savait même pas qu’il désirait – le death ‘n’ roll.

L’élixir résultant

Entombed fusionna l’énergie brute du punk et du hardcore avec la grandeur du rock classique et le blitzkrieg incessant du death metal européen, et l’élixir résultant fut tout simplement une révélation.

Leur expérience sauvage engendra un son rempli de groove qui trouvait des parallèles avec des groupes tels que Pantera et Crowbar, évoquant une essence rock américaine séduisante à une époque où les États-Unis flirtaient avec une approche plus orientée country du metal.

Publicité

La lourdeur caractéristique de l’album fut accentuée par l’accordage audacieux en C bémol, une demi-tonne plus bas que les tonalités menaçantes de Black Sabbath. Cette décision ajouta une couche supplémentaire de profondeur aux titres phares tels que l’inquiétant et captivant “Rotten Soil” et le titre accrocheur “Wolverine Blues”, établissant ainsi de nouvelles normes pour les hymnes du rock classique.

Un soupçon de chaos de bande dessinée

Ajoutant une touche de chaos de bande dessinée à l’ensemble, l’album fut momentanément associé à Wolverine de Marvel, grâce à un accord signé par Earache Records sans le consentement du groupe.

À lire aussi :  Ozzy Osbourne encense la reprise de "War Pigs" par T-Pain, qui lui répond

Cela aboutit à une version en édition limitée de Wolverine Blues comprenant une mini-bande dessinée, un objet qui se vend aujourd’hui à prix d’or sur le marché des collectionneurs, même s’il ne comprend pas le titre phare “Out of Hand”.

Interrogé sur l’inspiration derrière le titre, le guitariste Alex Hellid cita le livre de James Elroy, “The Big Nowhere”, une histoire d’un meurtrier influencé par les instincts de chasse d’un wolverine, établissant une coïncidence aussi sinistre que l’album lui-même.

Même si Wolverine Blues a froissé quelques puristes du death metal à l’époque, son influence est indéniable, son héritage incontestable.

Publicité

Cet album a élevé la barre initiale pour l’évolution des genres de niche, inspirant toute une génération à embrasser le mariage délicieusement blasphématoire du death metal et du rock ‘n’ roll.

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.