Retrouve-nous

À la une

L’album des années 90 qui a brisé toutes les règles du heavy metal et a changé le genre à jamais

Kylian Lecore

Publié

le

Un album révolutionnaire qui a changé le genre à jamais

Dans la grande histoire du heavy metal, certains albums résonnent avec une intensité inégalée. Ils ne définissent pas seulement une période, mais annoncent une toute nouvelle vague de révolution sonore.

Le premier album éponyme de Korn en 1994 est l’un de ces chefs-d’œuvre, une œuvre qui a transformé à jamais le paysage de la musique heavy du jour au lendemain.

La naissance du nu-metal

Des décennies plus tard, les fans de musique sont toujours captivés par sa puissance émotionnelle brute et son énergie viscérale, que l’on peut voir partout dans la culture moderne, de la résurgence chez les adolescents de la “génération TikTok” aux nouveaux groupes émergents comme Spiritbox, Vended, Tetrarch et Wargasm, qui intègrent tous avec fierté des éléments de ce que Korn a commencé dans leur son moderne.

En se concentrant sur leur premier album, il est stupéfiant de considérer son influence sismique. Ce n’était pas seulement un disque à succès ; il a pratiquement donné naissance à un genre.

Le nu-metal, comme on l’a appelé par la suite, combinait la puissance viscérale du heavy metal avec des éléments de rock alternatif, de hip-hop et de funk, créant un paysage sonore à la fois brutalement lourd et étrangement accrocheur.

Publicité

Et au cœur de cette révolution se trouvait Korn, brandissant leur émotion brute, leurs riffs accordés en drop, et la gamme vocale inégalée et les paroles crues, vulnérables et émotionnelles de Jonathan Davis sur des sujets tels que les abus sexuels, la toxicomanie, le harcèlement scolaire et bien plus encore.

Tout ce qui entourait ce groupe à l’époque était différent. La pochette inquiétante, mettant en vedette une fille ombragée sur une balançoire, complétait les thèmes sombres et introspectifs de l’album. Mais dès que vous mettiez le CD en lecture : l’interprétation vocale, le sujet, l’utilisation des guitares Ibanez à 7 cordes. Leur apparence avec cette tenue de survêtement ADIDAS. Ils ont pris des éléments qui ne seraient traditionnellement jamais acceptés dans le monde de la musique heavy (comme la passion de Jonathan Davis pour la cornemuse en studio et lors de leurs concerts)… et en ont fait quelque chose de cool. Tout cela.

Et rien de tout cela n’était un accident heureux. En fait, leur originalité était presque, comme l’a rappelé Davis une fois, intentionnelle :

“Nous ne pouvons pas faire de solos. Pas de trucs de glam metal. Pas de chant aigu. Si ce n’était pas sombre ou menaçant et que ça ne vous donnait pas cette vibe, c’était mauvais. Tout ce qui était joyeux était mauvais. Mais c’était juste la vibe que nous avions tous à cette époque. Tout le monde était en difficulté.”

Et lorsqu’il est sorti, l’impact du premier album de Korn a atteint de nombreux horizons, inspirant rapidement toute une génération de nouveaux groupes comme Limp Bizkit, Deftones et Linkin Park, chacun ajoutant sa propre saveur au genre. Et sa popularité croissante a également forcé (euh, inspiré) certains des groupes phares du metal comme Fear Factory, Machine Head et Max Cavalera à changer leur son en incorporant des éléments de “nu metal”.

Publicité

Mais soyons honnêtes, personne n’a pu capturer l’énergie brute et la vulnérabilité que Korn a affichées sur leur premier album éponyme. C’était la référence, et il est presque impossible de la reproduire près de trois décennies après sa sortie.

En fin de compte, bien que Korn continue à produire de la musique et à évoluer, il y a quelque chose d’indélébile dans cette période initiale d’énergie brute et d’innovation au milieu des années 90 de leur carrière. Leur premier album reste une déclaration épocale, un témoignage d’un groupe qui refusait d’être enfermé et dont l’influence peut encore être ressentie dans la musique heavy aujourd’hui (et probablement pour des générations de groupes et de fans à venir).





Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.