Retrouve-nous

À la une

L’album Black N’ Roll de 2006 qui a donné une nouvelle identité à ces icônes norvégiennes

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Darkthrone
Metal Chris, CC BY-NC 2.0, via Flickr

L’album Black N’ Roll de 2006 qui a donné une nouvelle identité à ces icônes norvégiennes

Les figures emblématiques de la scène Black Metal norvégienne, Darkthrone, ont été déterminantes pour façonner le style distinctif de la deuxième vague tout au long des années 1990. Avec une production brute et une esthétique lo-fi, Fenriz et Nocturno Culto semblaient déclarer la guerre à la musique elle-même, tandis que des albums tels que A Blaze in the Northern Sky, Under A Funeral Moon et Transilvanian Hunger sont devenus des œuvres marquantes qui ont influencé de nombreux artistes avec leur son froid, sinistre et leur approche minimaliste. À travers leur art antagoniste, le groupe a construit un héritage qui a profondément façonné l’évolution du Black Metal.

Cependant, un virage radical dans la direction musicale de Darkthrone a commencé à se manifester avec leur album de 2006, The Cult Is Alive. Allant apparemment à l’encontre de la frénésie froide et détachée de leur apogée, le groupe a commencé à introduire un genre totalement différent dans leur dynamique sonore, signalant un nouveau chapitre horrifiant dans leur évolution. Bien que The Cult Is Alive conserve l’esthétique lo-fi propre au groupe et la batterie viscérale inimitable de Fenriz, on remarque une intégration notable du rock ‘n’ roll dans leur cadre de Black Metal, s’appuyant fortement sur un style qui sera connu sous le nom de “black ‘n’ roll”.

Cette nouvelle direction semblait plus accessible et axée sur le rythme, et démontrait une sorte de ludisme jusqu’alors inédit dans les offres du groupe. Le morceau d’ouverture de l’album, “The Cult of Goliath”, se délecte immédiatement de cette nouvelle attitude avec ses riffs entraînants et une accroche qui marie la nature ésotérique du Black Metal avec une flamme inspirée de Motörhead. Ce mélange n’était pas seulement un choix stylistique, mais aussi idéologique ; Darkthrone se rebellait contre les règles strictes et l’élitisme qui peuvent parfois sévir dans les scènes de Black Metal. Connu pour ses opinions directes, le groupe orientait délibérément sa production créative vers un son plus punk.

Publicité

L’incorporation d’éléments rock injectait une sorte d’irrévérence envers une scène de plus en plus homogène et sérieuse quant à l’orthodoxie du son et de l’apparence. “Nous sommes le Black Metal brut”, déclare Fenriz dans une interview avec Thrashocore. “Je ne vois pas en quoi c’est brut d’avoir une compétition de celui qui joue le plus vite (déjà tournée en dérision par Quorthon en 88). Nous avons toujours eu des éléments de thrash, mais nous jouons ces riffs différemment à chaque fois. Plus proche de ce que Destruction faisait parfois, mais pas comme ça non plus. Nous saluons le punk comme l’un des pères fondateurs du METAL réel (pas cette merde de metal moderne), donc quand nous mettons tout ça ensemble, il est difficile de dire ce que nous sommes maintenant peut-être… comme Motörhead – est-ce du punk ? Du rock ? Du metal ?”

À lire aussi :  Damnation's Hammer annonce son nouvel album "Into The Silent Nebula"

Le contenu lyrique de “The Cult Is Alive” conservait également certains des thèmes traditionnels du groupe, tels que la misanthropie et le satanisme. Mais, en même temps, il exprimait un mépris pour le monde moderne et un sentiment de rébellion et de liberté. Cela était manifesté dans des morceaux comme “Too Old Too Cold”, qui non seulement concrétisait un changement sonore audacieux, mais aussi un esprit sardonique dans ses paroles – “Rien à prouver / Juste un putain de freak de rock ‘n’ roll / Tu appelles ton metal black ? / C’est juste spasmodique, nul et faible”.

Les critiques et les fans étaient divisés par le virage pris par Darkthrone, certains regrettant l’ère classique du groupe tandis que d’autres accueillaient favorablement l’évolution directionnelle. “Avec autant de Black Metal là-bas, nous oublions parfois à quel point la pureté punk de l’underground d’un album de Darkthrone peut être rafraîchissante”, lit-on dans la critique de Blabbermouth. “Si vous ne sortez pas de cette séance d’écoute avec un sourire narquois, une aura diabolique et une forte envie de vous enivrer de bière, alors vous n’étiez probablement pas si fan de Darkthrone que ça.”

Au contraire, Metalous affirmait que “non seulement c’est l’un des changements stylistiques les plus idéologiquement vides et artistiquement sans valeur de l’histoire du metal, mais même pris dans ses propres attributs musicaux sans contexte, The Cult Is Alive est un album vraiment horrible, générique et inécoutable que quiconque en possession de toutes ses facultés devrait renier sans y réfléchir à deux fois.”

Malgré la réception mitigée, The Cult Is Alive a bien fonctionné commercialement et a renforcé le statut de Darkthrone en tant qu’innovateurs intrépides prêts à piétiner les normes. Il a marqué un nouveau chapitre dans la carrière du groupe, mêlant la rudesse glacée du Black Metal à l’assurance du rock ‘n’ roll – un hybride qu’ils exploreront encore plus en profondeur avec leur album suivant, F.O.A.D.

Publicité

“Il y aura toujours des gens qui se plaignent”, réfléchit Nocturno Culto lors d’une interview avec Voices From The Darkside. “Les gens aiment se plaindre, et surtout de choses comme ça. Mais qui s’en fout ? Pas nous. J’en ai vraiment marre de cette prétendue “scène” du Black Metal. La “scène” contient surtout des gens qui se plaignent.”

Et de poursuivre :

“Darkthrone fera toujours des albums qui nous conviennent en tant que groupe. Nous jouons du Metal d’une certaine sorte, je dirais du Black, mais nous sommes si libres et nous faisons des riffs qui nous plaisent, pas à eux… nous avons d’autres groupes pour ça…”





Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.