Retrouve-nous

À la une

La faute d’orthographe qui a propulsé le plus grand groupe de metal de tous les temps

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Metallica
Siechfred, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Il était une fois, au début des années 1980, un petit label indépendant qui sortit une compilation qui deviendrait légendaire.

Sous la direction de Brian Slagel, employé dans un magasin de disques, Metal Blade Records cherchait à mettre en avant les talents bruts qui bouillonnaient sous la surface de la scène métal de Los Angeles.

La faute d’orthographe qui a propulsé le plus grand groupe de metal de tous les temps

Ainsi, le 14 juin 1982, Metal Massacre fut dévoilé au monde. Alors que la compilation offrait au genre des morceaux phares de nombreux artistes émergents, c’est l’inclusion d’un groupe en particulier qui propulsa cet album dans les annales de l’histoire.

Parmi les noms de Cirith Ungol et Ratt se trouvait Metallica, un groupe naissant qui allait dominer le paysage métal.

Publicité

À première vue, les amateurs de vinyles contemporains qui jetaient un œil à la liste des titres de l’album original remarqueront quelque chose d’inhabituel : Metallica était erronément orthographié “Mettallica“.

Une petite erreur tout bien considéré, mais c’est sur la première édition de cette compilation que Metallica, malgré cette faute typographique, a été présenté aux masses avec leur légendaire morceau “Hit the Lights”.

Composé de James Hetfield à la guitare rythmique et au chant, Lars Ulrich à la batterie, Lloyd Grant et Dave Mustaine aux guitares lead, avec Hetfield également à la basse, cette formation a capturé un son brut et non filtré qui annonçait l’ascension imminente de Metallica.

Alors que le temps passait et que Metal Massacre passait à sa deuxième édition, une version révisée de “Hit the Lights” a été gravée sur vinyle, d’une durée de 13 secondes de moins que son prédécesseur.

Si le nom du groupe était désormais correctement orthographié, les configurations d’enregistrement ont également été modifiées car Ron McGovney avait pris en charge la basse. Dans ces moments formateurs capturés sur disque, les auditeurs ont été témoins de la métamorphose du groupe de metal le plus emblématique.

Publicité

La reconnaissance intuitive de Slagel quant au potentiel de Metallica a été un moment décisif dans la trajectoire du groupe. Un an après leur apparition sur Metal Massacre, ils ont fait équipe avec Megaforce Records pour enregistrer leur premier album légendaire Kill ‘Em All. En clin d’œil à leurs origines, ce premier album emblématique commence par la chanson qui les a révélés, “Hit the Lights”.

À lire aussi :  Metallica devient un groupe de super Héros pour les étudiants dans le besoin !

Metal Massacre a servi de catalyseur pour l’avènement d’une nouvelle ère qui a non seulement propulsé Metallica sous les projecteurs, mais a également établi Metal Blade Records en tant qu’institution du heavy metal. La série de compilations a continué pendant 15 éditions, chacune étant une photographie de la vitalité de la scène à l’époque.

Metallica eux-mêmes ont reconnu le rôle de Slagel dans leur succès, en leur ouvrant un avenir qui n’aurait peut-être pas été réalisé aussi rapidement sans son soutien précoce. “À quel point Metal Blade est-il important pour notre carrière ?”, s’est interrogé James Hetfield dans une citation sur le site officiel de Metal Blade.

“Ils sont simplement la raison pour laquelle nous connaissons aujourd’hui un succès mondial.”

Alors que nous réfléchissons à cette attribution erronée plus de quatre décennies plus tard, elle reste une note de bas de page attachante dans l’héritage légendaire de Metallica. C’est un témoignage du fait que la perfection n’est pas une condition préalable à la signification et que parfois, une simple faute de frappe peut être immortalisée dans l’histoire du rock. Metal Blade Records, avec sa première compilation Metal Massacre, a déclenché une onde qui s’est transformée en une vague déferlante et a solidifié sa place en tant que chapitre indélébile de la saga du heavy metal telle que nous la connaissons.

Publicité





Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.