Retrouve-nous

À la une

Jeff Waters d’Annihilator révèle avoir sorti trois albums solo rock : “C’était le moment de faire quelque chose en dehors de l’univers du heavy metal”

Kylian Lecore

Publié

le

Jeff Waters - Annihilator
V-spectrum, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Jeff Waters se lance dans un projet solo axé sur le rock classique et hard rock

Après 35 ans à la tête de son groupe emblématique de thrash metal, Annihilator, Jeff Waters se lance en solo, mais pas tout à fait comme on pourrait le penser. Au lieu de lancer une nouvelle attaque métallique, il a créé une surprenante déclaration d’amour au rock classique et au hard rock.

Un projet solo axé sur le rock classique et le hard rock

Lors d’une interview avec The Metal Voice lors de la convention NAMM en Californie le mois dernier, Waters a révélé sa récente incursion créative :

“Je fais cette chose avec Annihilator depuis… Eh bien, cela fait 35 ans maintenant depuis que j’ai sorti mon premier petit album appelé Alice In Hell, et je vais juste faire un concert, un festival en Europe cette année. Mais j’ai travaillé sur ce que tous les gars semblent vouloir faire quand ils veulent s’éloigner d’un groupe auquel ils appartiennent, c’est-à-dire un projet solo. Donc j’ai un truc en solo que je fais. J’ai terminé trois albums au cours des trois dernières années. Et cela va sortir.”

Un mélange musical surprenant

Un cocktail sonore de The Knack, Kiss et du début de Van Halen, avec une touche de hard rock des années 70 et 80, c’est dans ce monde que Waters vous invite avec son prochain projet solo, une trilogie d’albums.

Waters a expliqué :

Publicité

“J’habite en Angleterre. J’ai un studio avec ma femme là-bas depuis environ six ans. Et juste avant que la pandémie de coronavirus ne frappe, nous avons installé des consoles d’échange SSL, amélioré les choses et en avons fait un studio de mixage de folie. Et puis la chose est arrivée. J’étais un peu coincé avec ce magnifique studio, ces instruments et tout ce matériel amusant.”

“Et je me suis dit, ‘Tant pis. C’est le moment de faire preuve de créativité et de faire quelque chose en dehors du heavy metal.’ Donc c’est plutôt des trucs de hard rock. C’est tout, de la disco à The Knack en passant par Kiss, des trucs du début – hard rock, heavy metal, années 70, 80, un peu de Van Halen, bien sûr. Donc ce n’est pas quelque chose de révolutionnaire, de nouveau et incroyable qui sortira de moi. C’est plutôt un hommage à ma manière.” a ajouté Waters.

Une approche innovante

Maintenant, la sortie pourrait vous surprendre autant que la musique elle-même. Oubliez les maisons de disques traditionnelles ; Waters adopte une approche innovante en s’associant à une entreprise de jeux vidéo. Il leur offre l’ensemble complet – musique, artwork, branding – en échange d’un paiement unique. C’est un choix audacieux, qui lui a rapporté plus d’argent que ses cinq derniers albums d’Annihilator réunis !

“Je pense que le premier album sortira, je pense, cet été. Je n’ai pas beaucoup d’informations car j’ai décidé de faire quelque chose de différent. J’ai essayé de proposer le premier album à quelques maisons de disques, et c’était du genre ‘Oh, mon Dieu, ce n’est plus comme avant’. Donc au lieu de juste le laisser sortir et de savoir que rien ne se passera vraiment, j’ai essayé une autre idée, et je suis allé voir des entreprises de jeux vidéo.”

“Et je me suis dit, ‘Et si je faisais un album, ou trois, et que je vous donnais les pochettes d’album, les livrets, la marque, le nom du groupe, le logo, et maintenant vous pouvez les avoir tous les trois. C’est fait. Je ne touche pas de royalties, je ne touche rien si ça marche bien, mais je veux un seul chèque.’ Et la deuxième entreprise à laquelle je me suis adressé – sans être désagréable, nous avons reçu plus d’argent de la part de l’entreprise de jeux vidéo que pour mes cinq ou six albums d’Annihilator. Donc quelqu’un m’a payé pour faire un album solo plus que mon vrai groupe. Cela a simplement payé les factures et cela a aidé à financer cette console dont je vous parlais.”

Une collaboration vocale surprenante

Pour donner vie à cette métamorphose musicale, Waters a fait appel aux talents vocaux de Stu Block, un chanteur puissant connu pour son travail avec Iced Earth et Into Eternity. Mais oubliez les grondements et les cris – Block libère son côté Michael Jackson et George Michael sur ce projet, explorant une toute nouvelle tessiture vocale qui vous surprendra.

“J’ai de vrais chanteurs. Stu Block, qui était dans Iced Earth et Into Eternity et tout ça, un autre Canadien et un grand chanteur, je l’ai sollicité. L’accord avec Stu était que je savais qu’il était un chanteur de metal incroyable. Et je sais que Iced Earth l’a sollicité pour quelques autres choses, mais je pouvais entendre en lui qu’il avait tout, de Michael Jackson, George Michael, jusqu’à des trucs bluesy. Mais personne ne l’a jamais sollicité en tant que producteur ou auteur là-dessus. Donc j’ai dit, ‘Serait-ce intéressant pour toi d’essayer quelque chose de différent ?’ Il était du genre, ‘Je ne sais pas. Qu’est-ce que tu veux dire ?’ Et fondamentalement, vous ne pourrez pas reconnaître que c’est lui. C’est fantastique… Il a fait quelques albums avec moi.”



Publicité
À lire aussi :  « Ce foutu gamin » : David Lee Roth est sérieusement énervé contre Wolfgang Van Halen

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *