Retrouve-nous

À la une

‘J’adore la vitesse’ : Pete Sandoval et l’évolution du blast beat

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

‘J’adore la vitesse’ : Pete Sandoval et l’évolution du blast beat

Un élément fondamental de la musique extrême, la force primitive d’un blast beat bien exécuté est aussi essentielle à certains genres que les cris, les power chords ou le jeu en tremolo. Bien qu’il soit impossible pour les batteurs de metal et de punk modernes d’imaginer un monde où cela ne faisait pas partie de leur répertoire sonore naturel, en réalité, il a fallu beaucoup de temps pour que cette syncopation déceptivement simple de kick-snare-cymbale évolue d’une brutalité atonale à un outil de mesure précis.

L’origine du blast beat

Le terme “blast beat” a été utilisé pour la première fois pour décrire le style de Mick “The Human Tornado” Harris. Après avoir remplacé Miles “The Rat” Ratledge, batteur fondateur de Napalm Death, derrière le kit, le jeune Harris a apporté une marque unique de vitesse et d’énergie cinétique au groupe pionnier du grindcore (eh oui, il a également inventé le terme “grindcore”). Bien qu’un mot pour ce type de jeu n’ait peut-être pas existé avant Harris, la technique elle-même avait été utilisée par des contemporains extrêmes comme D.R.I., Beastie Boys, Sepultura, S.O.D., Sarcófago et Repulsion.

Alors que le punk hardcore a peut-être popularisé le son, il existe de nombreux exemples de batteurs de jazz et de rock progressif utilisant des variations du beat depuis les années 1960. C’est cette fusion de compétences jazz et de fureur punk qui fait de Pete Sandoval le père du blast beat moderne. Grâce au travail de Sandoval dans Terrorizer et les débuts de Morbid Angel, le blast beat a changé de contexte sonore, passant d’un blitzkrieg chaotique à une attaque de tir rapide basée sur la précision.

À lire aussi :  Rob Halford de Judas Priest sur la communauté metal : "Il n'y a rien de mieux que de nous retrouver tous ensemble dans la même salle"

Le témoignage de Pete Sandoval

Dans une interview de 2018, Sandoval a parlé du développement de son style de blast beat avec Drumtalk :

« J’adore jouer de la batterie pour la vitesse, vous savez, la batterie est l’épine dorsale de la musique. La fondation. Je suis passionné par ce style de musique que je joue depuis… vous savez depuis quand… c’est pourquoi je l’aime, car c’est un défi. À cette époque, il n’y avait pas de death metal. Je ne connaissais que le hardcore, les groupes les plus durs étaient des groupes comme Master, Repulsion et je pense que Napalm Death était aussi là, mais je n’en ai entendu parler que lorsque nous avons sorti l’album ‘World Downfall’. C’était naturel pour moi, honnêtement, avant, vers 1984 ou 1985, j’ai essayé de jouer de la guitare. J’ai même des photos de cette époque où je suis en train d’essayer d’être un guitariste, mais ça n’a pas marché pour moi au bout de quelques mois. Ensuite, j’ai commencé à réaliser que la batterie était mon truc. Chaque fois que je l’entendais, même si j’entendais des groupes comme Judas Priest, disons, Van Halen, vous savez, c’était la batterie que je ressentais. J’ai juste décidé : ‘Hé, je veux ça.’ C’est venu à moi comme ‘Je veux jouer de la batterie.’ Vous savez, je jouais sans batterie, bien sûr, chez moi, sur la chaise, les oreillers, je mettais un oreiller et je faisais semblant de jouer, donc tout était à l’oreille. Je n’ai jamais appris à jouer de la batterie. Je n’ai pas été à l’école, je n’ai pas eu de professeur. Je me suis appris tout seul, et finalement, après avoir compris que la batterie était mon truc, je cherchais déjà de nouveaux groupes qui étaient plus lourds, plus extrêmes que les groupes précédents. C’est à ce moment-là que j’ai découvert Hellhammer, Sentence Of Death, Destruction, c’était ‘Wow !’ L’album Kill ‘Em All de Metallica, pour moi, c’est de l’histoire, Show No Mercy de Slayer, bien sûr. Quand j’ai entendu ce genre de thrash, je me suis dit ‘Non, non, non. J’adore ça. J’adore la vitesse.’ La vitesse était naturelle pour moi. J’ai appris le skank beat qui était populaire à l’époque, le beat de Slayer, puis je me suis dit ‘Hé, je veux doubler la vitesse.’ Mais rappelez-vous, je n’ai jamais joué de double grosse caisse avant de rejoindre Morbid Angel. C’était juste une grosse caisse. C’étaient des blast beats à une seule pédale, c’est pourquoi on m’appelle [l’inventeur] des blast beats à une seule pédale. C’est ce que je ressentais. Je voulais doubler la vitesse. C’est comme ça que tout a commencé. La vitesse. Je voulais juste rendre les choses plus rapides, d’une manière ou d’une autre. Il n’y avait pas ce genre de musique en 1986. Allez. C’est à ce moment-là que j’ai commencé avec Terrorizer. En 1987, nous avons fait quelques démos. C’était le début pour moi. Je voulais amener les choses au niveau supérieur en termes de vitesse. C’était logique.”

Publicité





Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Hard Rock Mag