Retrouve-nous

À la une

Comment un album très attendu en 2011 a entaché l’héritage légendaire du death metal

Cyril "Sinners 6" Richard

Publié

le

Morbid Angel
mario pleitez, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons

Comment un album tant attendu en 2011 a terni un héritage légendaire du death metal

Le 7 juin 2011 est une journée qui restera à jamais dans l’infamie de la musique extrême.

Ce jour-là, l’un des groupes de death metal les plus aimés de tous les temps a sorti son huitième album studio, “Illud Divinum Insanus”. Malheureusement, Morbid Angel a plongé dans une mer chaotique avec cet album très attendu, prenant ainsi une direction totalement différente de son héritage légendaire.

Une déviation marquante

Après huit ans d’attente pour un nouvel album et seize ans sans nouvelle musique avec le chanteur emblématique David Vincent, ce saut douteux dans le métal industriel et l’électronica a laissé les fans se sentir plus aliénés qu’émerveillés.

Des titres comme “Radikult” et “Too Extreme!” ont peut-être été une tentative de Morbid Angel de repousser les limites, mais au lieu de créer un nouveau style, ils ont simplement sombré dans les abysses de leur propre héritage.

Publicité

Une chute de grâce

En un rien de temps, les fans ont perdu leur foi de longue date. La férocité viscérale qui était autrefois la marque de fabrique de Morbid Angel s’était transformée en un mélange de genres qui non seulement ne se mariaient pas, mais semblaient même s’opposer les uns aux autres.

Le groupe qui était autrefois synonyme de brutalité sans compromis et d’innovation était maintenant la risée du monde du metal.

Un héritage terni

Les conséquences ont été immédiates. “Illud Divinum Insanus” a été accueilli par une avalanche de critiques négatives, les critiques dénonçant le changement stylistique radical du groupe et les fans pleurant la perte du Morbid Angel qu’ils aimaient tant.

Cet album restera dans l’histoire comme une preuve d’un groupe qui s’est égaré, une erreur qui a indéniablement terni l’héritage de Morbid Angel. “Illud Divinum Insanus” représente un abandon complet de l’éthos sur lequel le groupe avait construit sa carrière. Ce pari sonore aurait pu propulser le groupe vers une nouvelle ère, mais les risques n’ont pas payé, laissant une cicatrice indélébile sur leur héritage.

Malheureusement, cet album controversé rappelle aux groupes qui veulent innover qu’ils doivent rester fidèles à leurs racines, sous peine de se perdre dans les méandres de l’irrélevance.

Publicité

Je suis guitariste-chanteur, je fais parti de nombreux projet musicaux mais je suis désormais dans le groupe Skydrol, j’écoute, joue du Metal et tout ce qui touche à cette scène depuis plus de 15 ans désormais.

Publicité Suivez-nous sur Google Actualités
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *