Retrouve-nous

À la une

Aucun groupe n’était meilleur pour les blagues en tournée que Pantera

Kylian Lecore

Publié

le

Pantera : Les Rois de la Farce Rock & Métal

Pantera est sans aucun doute l’un des groupes qui a le plus vécu le style de vie rock n’ roll de manière intense. Certes, ils étaient capables de jouer du groove metal assez brutal pour réveiller les morts, mais il y avait bien plus à ces gars-là que leurs morceaux assourdissants. À leur apogée, les Cowboys From Hell étaient connus pour leurs farces incessantes, souvent au détriment de leurs compagnons de tournée en plein concert. Comme le raconte le livre Raising Hell: Backstage Tales from the Lives of Metal Legends, Pantera aimait autant rire que jouer des riffs enflammés.

Des farces à n’en plus finir

Kirk Windstein de Crowbar a noté que tout avec Pantera, et en particulier Dimebag Darrell, était une aventure sauvage. Les farces commençaient dès le début des tournées, et non pas seulement en guise de grand final comme le faisaient traditionnellement les autres groupes. Un incident mémorable a eu lieu lors d’un concert à St. Louis, lorsque Pantera a joué un tour à l’équipe de Crowbar. Les membres de Pantera ont rempli des sacs en plastique de petites boules de polystyrène et les ont ouverts au-dessus de la scène en plein concert, provoquant une tempête de polystyrène qui a initialement été prise pour l’effondrement du plafond. “Nous avons arrêté le concert et nous avons éclaté de rire”, se souvient Windstein. “Je leur ai dit : ‘Oh, vous m’avez encore eu, fils de pute’. Le lendemain, nous avons joué à Kansas City et notre équipe a dû utiliser un aspirateur pour nettoyer tous nos instruments. Il y avait du polystyrène partout. Il était même coincé dans les micros des guitares, sous les cordes. Vous ne pouvez pas imaginer la quantité de cette merde.”

Les farces de Vinnie Paul

Vinnie Paul avait aussi son lot de mauvais tours. Pendant une tournée avec White Zombie, Dimebag s’amusait régulièrement à défigurer la tête de diable géante utilisée par Zombie en y collant du ruban adhésif noir pour lui donner des problèmes dentaires bien distincts. Rob de White Zombie ne trouvait pas ça drôle du tout. “Une nuit, il s’est fâché parce que quelqu’un avait pris ses bagels dans sa loge”, raconte Vinnie. “Alors, le lendemain soir, nous avons pris un tas de bagels et nous les avons collés avec du ruban adhésif sur l’évier de sa loge. Il n’a pas trouvé ça drôle non plus.” La bassiste de White Zombie, Sean Yseult, avait un meilleur sens de l’humour que leur leader. “Pantera essayait constamment de nous divertir”, dit-elle. “Ils jouaient pour le public, mais si vous étiez dans les coulisses à les regarder, ils jouaient aussi pour vous tout le temps. Parfois, Dime ou Phil me montraient du doigt, puis tombaient par terre et je restais là à m’esclaffer.”

La revanche de White Zombie

Philip Anselmo se souvient du moment où White Zombie et Trouble ont décidé de se venger des Cowboys From Hell lors du dernier jour de la tournée. Les groupes sont montés sur scène pendant la dernière chanson de Pantera, vêtus de perruques chauves, torse nu et, surtout, avec des godemichés entre les jambes. “Rob Zombie est monté sur scène déguisé en singe et Sean [Yseult] était déguisée en Dimebag”, se souvient le chanteur. “Elle avait une fausse barbe et un chapeau de cowboy avec des shorts. Je suppose que c’était leur façon de se venger de nous.”

Publicité

Des farces même à l’étranger

Les guerres de farces ne se limitaient pas aux groupes lorsqu’ils étaient chez eux. Rob Zombie raconte un concert que White Zombie a donné avec Pantera à Tokyo : “Nous avons apporté une énorme table remplie de nourriture au milieu de la scène et nous avons dîné pendant qu’ils jouaient. Cela s’est transformé en une énorme bataille de nourriture. Le promoteur était furieux et il a dit : ‘Vous avez déshonoré cette scène.’”

À lire aussi :  Découvrez cette incroyable performance : Quand Dave Mustaine et Dream Theater reprennent le légendaire "Cemetery Gates" de Pantera !

Des objets insolites et des surprises

Pantera avait également un don pour trouver des objets uniques et surprenants à lancer sur les artistes. Lors d’une tournée avec Type O Negative, Anselmo lançait des asperges sur Pete Steele en plein concert. Ils avaient aussi un gros alligator en caoutchouc qu’ils jetaient sur le guitariste Kenny Hickey. Hickey, toujours partant, leur renvoyait l’imposant reptile. Type O Negative a eu le dernier mot lors de cette tournée. Comme le raconte Anselmo : “Nous jouions à Vegas, et à la fin de la tournée, ils nous ont tellement bien eus. Ils ont donné des rouleaux de papier toilette aux spectateurs. Alors nous avons commencé à jouer et la prochaine chose que nous savions, des montagnes de papier toilette volaient partout sur nous. C’était humide et ça ressemblait à du plâtre. Nous tombions et nous étions recouverts de cette merde. Je crois que nous avons réussi à jouer une chanson et demie. Pauvres gens de Vegas.”

Les farces de Pantera

Tommy Victor de Prong a également eu affaire à la machine à farces de Pantera. Lors d’un concert à Corpus Christi, Pantera a sorti un barbecue pendant le set de Prong et a refusé de quitter la scène, les éclipsant complètement. Les farces ont continué tout au long de la tournée, Pantera lançant même des billes sur scène pendant que Prong jouait. “Et nous étions juste des idiots de toute façon, donc nous ne pouvions jamais faire mieux qu’eux, que ce soit le groupe lui-même ou l’une de leurs farces”, se lamente Tommy.

Des Cowboys From Hell aux farceurs de l’enfer

Oui, ces gars du Texas étaient bien plus que des Cowboys From Hell ; ils étaient des farceurs de l’enfer, toujours à la recherche du prochain grand éclat de rire. Ils étaient un groupe qui incarnait l’esprit du rock’n’roll à tous égards : bruyant, impertinent, impitoyable et ne se prenant jamais trop au sérieux. Parce qu’en fin de compte, n’est-ce pas cela, le rock’n’roll ? Se lâcher, s’amuser et peut-être, juste peut-être, jouer un tour ou deux en chemin. Comme l’a dit Rex Brown de Pantera : “Dime s’amusait à faire des farces à tout le monde. Il avait toujours quelque chose dans sa manche qui nous faisait rire. Et s’il était abattu par quelque chose, nous étions là pour le relever. C’est comme ça que nous étions. Nous étions une famille.” Voilà, mesdames et messieurs, bien avant les hashtags et les défis en ligne, il y avait Pantera, nous montrant à tous comment faire.

Publicité

Spécialisé dans du metal typé core il y a une bonne dizaine d'années, j'ai commencé en tant que chanteur en 2015 dans mon premier groupe Collide With Your Pride. À sa fin il y a deux ans, j'ai co-fondé Fight For Fate avec "Giant ". On a depuis recruté deux membres, sorti un E.P et plusieurs singles, avec très probablement le premier long-play du groupe cette année. On est actuellement un groupe de 4 prêt à en découdre.